Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2016 1 30 /05 /mai /2016 17:49
Claude Beau - Photo Hiram.be

Claude Beau - Photo Hiram.be

Voici en écriture noire le texte intégral du rapport moral du Grand Maître Claude Beau, avec quelques commentaires du Myosotis du Dauphiné-Savoie en bleu.

"Avant de vous donner lecture de mon rapport moral, je voudrais vous exhorter, face aux difficultés que quelques-uns veulent nous imposer*, à tous vous rassembler autour de ceux qui se dépensent sans compter pour faire avancer ce gros navire qu’est notre Alliance. Nous n’y parviendrons qu’en étant tous unis en une seule et même famille et bien sûr, nous n’avons pas le droit de laisser faire ces quelques-uns qui veulent d’une Grande Loge à leur botte et à leur seule convenance, ceux qui s’évertuent sans cesse à opposer la Maison du REAA à la Grande Loge. Je veux leur dire à ceux-là, avec beaucoup de solennité et aussi de détermination : "Votre entreprise est vouée à l’échec, ne perdez pas votre temps parmi nous !" Tout à l’heure lorsqu’il vous sera demandé de voter le quitus de gestion, il faut que vous ayez bien à l’esprit qu’en cas de vote favorable de votre part, celui-ci sera particulièrement lourd de sens car vous manifesterez ainsi clairement et fermement votre adhésion à l’action menée par vos dirigeants à quelques niveaux qu’ils soient, ces dirigeants qui ne sont autres que les serviteurs de notre Grande Loge.

*Il est important de relever qu’avant même d’aborder son rapport moral, le Grand Maître de la GLAMF, Claude Beau, en préambule, évoque les rapports conflictuels entre la Maison du REAA et la direction de la GLAMF. C’est dire à la fois l’impact et l’importance de cette crise, aujourd’hui traitée par la suspension de l’Assistant Grand Maître Xavier Est.

Venons-en maintenant au Rapport Moral. Quoi qu’il en soit le chantier doit se poursuivre et je tiens à remercier du fond du cœur tous ceux qui œuvrent chaque jour avec beaucoup de dévouement pour que vive notre Grande Loge dans l’esprit qui a présidé à sa naissance. En guise d’introduction de ce rapport moral j’attirerai votre attention sur trois points essentiels.

1.1) Tout d’abord il faut rappeler que le rapport moral du Grand Maître est statutaire et nécessairement de nature politique au sens noble du terme, ça n’est pas un rapport d’activités qui, lui, vous sera présenté tout à l’heure par notre dévoué Grand Secrétaire, le rapport moral n’est pas là seulement pour revenir sur ce qui a été fait, il doit aussi se tourner vers l’avenir, évoquer des perspectives, proposer des pistes.

2.2) En second lieu il est important que nous gardions tous clairement à l’esprit l’objet social de notre Grande Loge qui est "la pratique et l’étude des trois premiers degrés ou grades de la Franc-maçonnerie conformément à sa Déclaration de Principes..." Et rien d’autre ! Aussi, toute action que nous mettons en œuvre, toute décision que nous prenons, à quelque niveau que ce soit, ne peuvent que tendre vers cet objet en toute indépendance et en toute souveraineté comme le rappelle nos textes. Bien entendu, et je le soulignais déjà dans mon rapport moral de l’année dernière, les Juridictions de "hauts grades" sont nos partenaires naturels puisque la plus grande partie de leurs membres sont des Frères de la GL-AMF. Sur cette question qui fait parfois débat de nos relations avec les Juridictions j’espère que nous signerons prochainement des conventions avec chacune d’elles*, comme pour les traités déjà signés ces conventions ne seront en rien contraignantes ; elles viseront simplement à instaurer un dialogue favorable à la confiance dans le seul but de faciliter, pour ceux qui le souhaitent, la poursuite de leur parcours initiatique dans les meilleures conditions.

*Mais Alain Juillet n’avait-il pas affirmé en septembre 2012 les avoir déjà signées ? (cf. l’épisode fameux de l’ « erreur de plume »…

3.3) Enfin, faut-il le rappeler, l’entité souveraine de notre Grande Loge, c’est le Congrès ! C’est vous mes Frères mandatés par vos Loges ! Vous seuls ! Ces propos sont simplement le reflet de l’exigence statutaire. Il faut que chacun d’entre vous soit pleinement conscient que les choix qui conditionnent l’avenir de notre Grande Loge sont de la responsabilité du Congrès, donc de votre responsabilité, aussi n’hésitez pas à vous faire entendre ! Les dirigeants qui sont devant vous ont reçu de votre part un mandat pour conduire la politique voulue par le plus grand nombre, c’est la règle, et lorsque l’on n’est pas en phase avec le Congrès il ne saurait être question d’imposer son point de vue, il faut avoir l’honnêteté et la loyauté de se soumettre, sinon de se démettre*. Ce que je vous dis là, mes chers Frères, concerne tous les dirigeants, à commencer par le Grand Maître. J’y reviendrai plus loin dans ce rapport en abordant la question du projet de notre Grande Loge.

* L’affirmation de Claude Beau est bien spécieuse : elle vise à n’en point douter celui qu’il vient de suspendre – avant de le radier – Xavier Est. Mais lorsqu’il dit que les dirigeants ont reçu mandat du plus grand nombre pour conduire la politique de la GLAMF, alors, soit il (se) trompe, soit il doit démissionner. En effet, le congrès devant lequel il a présenté son rapport ainsi que ses résolutions n’a réuni, au mieux de certaines d’entre elles, que 495 voix.

Selon le rapport du Grand Secrétaire Fred Pic., la GLAMF revendique 747 Loges. Comme chaque Loge envoie deux délégués, cela veut dire qu’auraient dû s’exprimer 1.494 votants. Or, il n’y en a eu que 495 !!! Même pas le tiers des votants ! Le courant soi-disant majoritaire est en fait totalement minoritaire au sein de la GLAMF, et il est même permis de penser que les opposants qui ne se sont pas exprimé, ont en fait boycotté le congrès.

Voyons maintenant les sujets qui constituent ce rapport moral.

NOS INSTALLATIONS DE CLICHY :

Cette question étant essentiellement d’ordre économique, je laisserai à notre Grand Trésorier le soin de vous présenter tout à l’heure la situation plus en détail. Sachez d’ores et déjà que concernant les travaux dont certains ont du être repris en raison de leur non- conformité et autres malfaçons, nous voyons le bout du tunnel et nous en aurons totalement terminé dans quelques semaines.

Quant à l’achat de l’immeuble*, le vendeur étant devenu plus gourmand que lorsque nous avons signé l’option, nous sommes engagés dans une négociation qui retardera probablement l’acquisition, ce qui n’est pas très grave en soi dans la mesure où, depuis ce début d’année, les loyers que nous versons viennent en déduction du prix.

*Cet achat est à mettre dans la perspective de ce que disaient les dirigeants de la GLAMF au moment de la scission d’avec la GLNF : Celle-ci, selon eux avait un parc immobilier trop couteux à l’entretien, et il convenait de ne pas en avoir, la propriété étant inutile pour une obédience maçonnique. Se souvient-on qu’il n’y a pas longtemps encore, ils nous traitaient de « moutons payeurs » ?

J’attire votre attention sur le fait que la proposition de cotisation qui vous sera faite tout à l’heure est d’un montant égal à celui des années précédentes, 90 euros, probablement une des plus basses de toutes les Grandes Loges. Contrairement à ce que nous avons connus ailleurs, nous faisons l’effort d’aligner les dépenses sur les recettes et non l’inverse qui oblige toujours à lever l’impôt.

LES ÉTATS GÉNÉRAUX DE LA RÉGULARITÉ :

Démarrés en avril 2015, terminés en mars 2016, les "États Généraux de la Régularité" ont été, comme nous le souhaitions, l’occasion d’une réflexion approfondie* sur des questions qu’il n’était pas dans nos habitudes d’évoquer puisque là d’où nous venons nous étions tenus à une forme de pensée unique et manichéenne. Souvenez-vous : nous étions dits réguliers parce que les anglais nous reconnaissaient, et les autres étaient dits irréguliers parce que les anglais ne les reconnaissaient pas... Alors, sans rien changer dans nos pratiques maçonniques nous serions devenus différents, sans même nous en rendre compte ; à qui pourrait-on faire croire ça ?

*Les règles qui régissent la régularité sont extrêmement claires, et sont connues de tous. Les dirigeants de la GLAMF, eux, en sont toujours en train de vouloir les déchiffrer, et auraient mis un an pour découvrir qu’en définitive, ils ne les remplissent pas ! Belle preuve de perspicacité…

Dans un premier temps, quelques Frères ont manifesté une certaine crainte face à la démarche engagée comme si une arrière-pensée se cachait derrière celle-ci. Cette inquiétude s’est estompée au fur et à mesure des Conférences locales et des contributions, l’affirmation maintes fois répétée que la Déclaration de Principes est le socle intangible sur lequel nous sommes tous réunis et qu’il ne saurait être question d’en changer la moindre virgule a rassuré les plus inquiets.

Aujourd’hui, on peut dire avec satisfaction et fierté que les États Généraux ont été d’une très grande richesse, et il faut souligner ici la qualité des nombreuses contributions qui nous ont été adressées et dont beaucoup ont été présentées lors des Conférences locales*. Le niveau de réflexion des Frères qui se sont exprimés témoigne d’une approche alliant le cœur et la raison, fidèle aux grands principes de la Maçonnerie de Tradition, soucieuse de fraternité et d’universalité et d’une grande maturité maçonnique.

*Il est connu que beaucoup de ces conférences locales se sont très mal déroulées, ceux qui plaidaient pour une application rigoureuse des règles de la régularité étant soit contraints au silence. Ce qui pourrait expliquer l’absence des 2/3 des électeurs au congrès.

J’avais souhaité dès le début que tous les sujets tournant naturellement autour des questions relatives à la Régularité, je parle bien sûr de régularité "maçonnique et initiatique", pas de régularité "administrative" et encore moins de cette régularité "politique" qui impose la soumission arbitraire à une tutelle*, soient aussi largement abordés dans les échanges et ça a été pleinement le cas.

*Le Grand Maître Beau fait ici un beau pied de nez à l’ensemble des Obédiences régulières qui représentent 90% des francs-maçons dans le monde, au premier rang desquelles la Grande Loge Unie d’Angleterre dont il y a peu, avec son prédécesseur Alain Juillet, il quémandait la reconnaissance en promettant d’observer rigoureusement leurs règles…Elles seront ravies de prendre connaissance de ces nouvelles notions de reconnaissance « administrative » ou « politique » théorisée par cette nouvelle obédience apparue dans l’ambition de se substituer à une Obédience régulière et centenaire, la GLNF…

Fort de la richesse des réflexions, le Conseil de Grande Loge a statué, comme c’est son rôle, sur la notion de souveraineté des Loges, un texte simple et précis vous sera proposé tout à l’heure. Par ailleurs, la nécessité de rappeler les règles en matière d’intervisites est clairement apparue, des dérives*, même si elles sont marginales, ont été constatées nous amenant à rédiger une ordonnance rappelant nos textes, chacun d’entre vous a pu en prendre connaissance et comprend bien que la "Régularité maçonnique", celle compatible avec la réalisation de la spiritualité initiatique que nous revendiquons a des exigences auxquelles nous devons nous soumettre. Vous aurez noté que des possibilités de dérogations exceptionnelles d’intervisites existent depuis la création de notre Grande Loge.

*Au moins, Claude Beau a l’honnêteté de reconnaître que les Frères de son obédience, forts de statuts « fluctuants » se sont laissé aller à des « dérives » (ce sont ses mots) en visitant ou en recevant des Frères ou des Sœurs irréguliers…Mais il faut encore expliquer comment des Frères irréguliers peuvent considérer d’autres Frères irréguliers ? Sont-ce des Frères « encore plus irréguliers » qu’eux ? De plus, on ne peut que sourire à la lecture du paragraphe qui précède, lorsque la conclusion est qu’il peut y avoir des « dérogations exceptionnelles » pour de pareilles inter visites !...

Enfin, pour en conclure avec la question des "États Généraux de la Régularité", j’ai demandé à un groupe de Frères particulièrement éminents de reprendre toutes les contributions des Loges, de nous en extraire la substantifique moelle et nous la livrer dans un opuscule qui en soit le reflet le plus fidèle possible. Leur texte devrait être disponible après les vacances d’été. A l’issue de ce rapport moral, le Vénérable Frère Dominique Moreau, Député Grand Maître vous présentera une synthèse plus détaillée de ces États Généraux.

LA POURSUITE DE L’OUVERTURE :

Les résultats des différentes consultations, la volonté manifestée par les délégués des Loges au Congrès de Lille en juin 2015 et celle sans cesse réitérée lors des Conférences locales ont mis clairement en évidence le désir profond que notre Grande Loge ne se recroqueville pas sur elle-même mais au contraire s’ouvre vers d’autres Grandes Loges qui partagent nos Principes et nos Valeurs. Qu’en est-il aujourd’hui ? Des accords avaient été signés dans le cadre de la Confédération Maçonnique de France ; ils sont toujours en vigueur avec la Grande Loge de France, l’objectif qui était à ce moment là fixé à la CMF visait la reconnaissance anglaise dont un certain nombre d’entre nous étaient alors nostalgiques, ce qui n’est plus le cas de l’immense majorité des Frères de l’Alliance aujourd’hui ; cette confédération*, sous ce nom ou sous un autre, se propose de rassembler, hors de tout formalisme contraignant, les Grandes Loges spiritualistes, ce qui ne signifie pas pour autant qu’il s’agit de créer un mouvement dans lequel tous les membres auraient des relations maçonniques. Je ne vous cache pas que ça ne sera pas facile et qu’il faudra du temps si l’on veut espérer rassembler ce qui est épars, les intérêts des uns et des autres trop souvent liés aux métaux et au paraître, sont quelquefois peu compatibles avec l’expression d’une fraternité authentique, ce qui, vous en conviendrez, est un comble ; c’est la raison pour laquelle il me semble préférable que les relations entre les Grandes Loges fassent l’objet de traités bilatéraux. C’est dans cet esprit que le Conseil de Grande Loge dont vous savez qu’il est composé essentiellement des responsables des Maisons des rites a ratifié à l’unanimité, je dis bien à l’unanimité, deux nouveaux accords, l’un avec La Grande Loge Écossaise Réformée et Rectifiée d’Occitanie à la demande de nos Frères du Rite Écossais Rectifié, l’autre avec la Grande Loge Traditionnelle et Symbolique Opéra, ce dernier ne faisant que réveiller des accords conclus en 2013. Ces traités figurent, bien entendu, sur notre site, le dernier en date signé le 27 février a été mis en ligne le 3 mars dans sa version in extenso.

*Il semble que le Grand Maitre de la GLAMF enterre bel et bien la CMF.

J’espère que nous aurons d’autres opportunités avec d’autres Grandes Loges qui partagent elles aussi nos Principes et nos Valeurs. En outre, à l’occasion des États Généraux de nombreux Frères ont aussi manifesté le désir que nous nous ouvrions vers des Grandes Loges étrangères ; sur cette question, comme sur d’autres d’ailleurs, nous avancerons sans précipitation et dans le strict respect de nos Principes, j’insiste sur ce point : le strict respect de nos Principes*.

*Certes, mais ceux-ci apparaissent être à géométrie variable !...

Je voudrais souligner ici un point qui me paraît particulièrement important dans le contexte du paysage maçonnique français : contrairement à ce que certains disent parfois, en contradiction avec la fraternité à laquelle ils prétendent se référer, ça n’est pas le nombre des membres d’une Grande Loge qui fait sa qualité et nous savons d’ailleurs que ça peut être parfois le contraire, je vous dis ça mes Frères car j’ai eu à rappeler il n’y a pas si longtemps qu’être membre d’une Grande Loge à effectif modeste ne fait pas de ceux qui lui appartiennent des "sous Frères" et que c’est toujours avec bienveillance qu’un Maçon digne de ce nom doit regarder son Frère d’où qu’il soit. La Maçonnerie souffre trop souvent d’un sectarisme mortifère situé aux antipodes de l’idée qui la fonde.

Si nos dispositions statutaires ne prévoient pas que le Congrès ait à se prononcer sur les traités d’amitié, il est de la plus haute importance que vous me donniez votre avis pour la poursuite du travail que vous m’avez confié dans ce domaine ; en effet, la situation est telle aujourd’hui qu’il ne peut, sur cette question, y avoir la moindre ambiguïté : aussi mes Frères je vous pose une première question à laquelle je vous remercie de répondre en levant la main : "approuvez-vous les accords signés à ce jour ?" La deuxième question est : "Confirmez-vous votre volonté de poursuivre l’ouverture vers d’autres Grandes Loges françaises et étrangères qui partagent nos Principes et nos valeurs ?"

UNE ADAPTATION NÉCESSAIRE DE NOS STATUTS À NOS BESOINS :

En rédigeant nos statuts nous avons tellement voulu être différents de ce que nous quittions que nous avons poussé le balancier avec excès. Des dispositions dont nous étions convaincus qu’elles seraient de nature à favoriser l’épanouissement de notre Grande Loge se révèlent à l’usage être des entraves à cet épanouissement espéré. Nous devons nous préoccuper de l’avenir de notre Grande Loge ; sa stabilité et son harmonie ne peuvent pas reposer uniquement sur la seule bonne volonté des uns et des autres, les évènements que nous vivons le montrent clairement. Aussi les règles que nous fixerons seront déterminantes.

Je vous propose qu’afin d’être prêt pour le mandat qui débutera en 2018 sous l’autorité du prochain Grand Maître, ce qui nous laisse le temps nécessaire, nous entamions dans les semaines à venir une réflexion approfondie sur nos statuts* ; pour cela je mettrai en place une commission consultative, l’ensemble de nos instances y sera représenté ; de plus les Loges qui souhaiteront s’exprimer sur ce sujet pourront le faire par écrit, leurs contributions seront examinées. Le Congrès de 2017 qui devrait avoir lieu en décembre si vous suivez tout à l’heure nos propositions se prononcera sur des modifications statutaires qui devront répondre aussi bien aux nécessités civiles de notre Grande Loge qu’à celles maçonniques et surtout que les premières seront comme il se doit entièrement au service des secondes, ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui.

*Il est intéressant de relever qu’implicitement, Claude Beau reprenne à son compte ce que le manifeste de Xavier Est. dénonçait : une usine à gaz et des institutions pour le moins inadaptées…Cela après l’avoir suspendu!

LE TRICENTENAIRE :

Le 24 juin 2017, jour de la St Jean Baptiste, sera la date anniversaire du tricentenaire de la fondation de la Grande Loge de Londres et de Westminster, notons au passage combien le calendrier fait bien les choses : ce jour de la St Jean d’été 2017 tombe un samedi, jour favorable à l’organisation de festivités. Chacun sait que le 24 juin 1717 (c’était alors un jeudi) quatre Loges se rassemblèrent dans un mouvement qui traversa rapidement la Manche et rencontra un véritable succès sur le continent et en particulier en France dans une période qui sera dite des Lumières. Cet anniversaire est une magnifique occasion de fêter cette Franc-Maçonnerie si chère à nos cœurs*, c’est aussi l’opportunité de communiquer en direction du grand public pour faire savoir qui nous sommes.

*N’est-t-il pas comique de voir Claude Beau Grand Maître d’une des multiples obédiences irrégulières proposer de fêter le tricentenaire de la Grande Loge de Londres et de Westminster !... Pense-t-il envoyer une délégation pour participer aux célébrations de la Grande Loge Unie d’Angleterre ?

Je souhaite que nous nous saisissions de cette occasion exceptionnelle qui devrait mobiliser nos Loges de manière transversale, je compte aussi beaucoup sur un soutien dynamique de nos Grands Experts / Grands Inspecteurs. J’aurais, je l’espère, l’occasion d’y revenir dans les semaines qui viennent mais sachez d’ores et déjà que toutes les initiatives qui iront dans ce sens seront les bienvenues.

LE DEVOIR DE DISCRÉTION DE LA GRANDE LOGE :

Face aux évènements tragiques qui ont frappés notre pays en novembre 2015, puis plus récemment nos voisins belges et aussi face aux problèmes que nous rappelle chaque jour le flux des migrants fuyant la guerre et le malheur, il n’est pas inutile de rappeler que notre Grande Loge n’a pas vocation à s’exprimer sur la place publique sur les sujets politiques et sociétaux, lors des Conférences locales de nombreux Frères ont fait part de leur attachement à ce principe que je partage totalement avec eux.

J’y reviens car quelques autres ont regretté que notre Grande Loge soit restée silencieuse au moment de ces évènements tragiques. Je ne doute pas un instant que chaque Frère de l’Alliance ait été profondément affecté devant la barbarie de ces actes terroristes ; je ne doute pas non plus que la question des migrants soit aussi la cause d’une véritable meurtrissure pour un Maçon dont le maître mot est fraternité ; pour autant ces douloureux évènements ne doivent pas être utilisés, pour ne pas dire récupérés et instrumentalisés, par des Maçons qui par définition se veulent humbles et discrets.

Par contre, si en tant qu’Obédience prônant une spiritualité initiatique nous n’avons pas vocation à nous exprimer es qualités dans le monde profane, ni compétence à interpeller publiquement les dirigeants politiques, chacun d’entre nous vit bien dans le siècle et dispose naturellement de la liberté de s’impliquer dans la vie sociale s’il le souhaite, dans des actions associatives, politiques ou humanitaires. Nous savons bien que si nous nous préparons en Loge c’est aussi pour agir dans le monde au service duquel nous devons être !

LE PROJET DE L’ALLIANCE ET SON AVENIR :

Avant de conclure ce rapport moral je voudrais revenir sur le projet de notre Grande Loge.

J’évoquais au début de ce rapport l’inquiétude que quelques uns ont manifestée lors des premières Conférences locales, une inquiétude qui témoignait des doutes qu’éprouvaient et peut-être même qu’éprouvent encore certains de nos Frères quant à nos intentions pour l’avenir. Je voudrais affirmer ici avec fermeté que le projet de l’Alliance est défini de manière on ne peut plus explicite dans notre Déclaration de Principes, qu’il n’est pas négociable comme je le répète chaque fois que l’occasion m’en est donnée. Que ces Frères inquiets soient rassurés, leurs dirigeants d’aujourd’hui, comme ceux de demain n’ont aucun pouvoir en la matière ; seule une décision du Congrès pourrait remettre en question ce qui a été fixé par le Congrès lui-même et je rappelle que la Déclaration de Principes est dans l’ordre hiérarchique de nos textes le premier d’entre eux selon l’article 26 de nos Statuts et Constitutions.

Et que ceux qui n’adhèrent pas à ce projet, soit parce qu’ils sont de farouches partisans de la mixité, soit parce qu’ils sont favorables aux débats sociétaux et politiques en Loge, soit parce qu’ils souhaitent se replier sur eux-mêmes, et bien que ceux-là se tournent vers des Grandes Loges qui leur permettront d’assouvir leurs aspirations*, elles existent et ils y trouveront leur bonheur et permettront aux autres, fidèles au projet de l’Alliance, de travailler en toute sérénité, comme ils l’entendent et peu importe combien nous serons, l’essentiel sera que nous soyons réellement unis en toute fraternité.

*Après avoir ainsi défini la manière de débattre à la GLAMF, si Claude Beau est exaucé et que les tenants de ces différents courants obtempèrent, qui restera dans son obédience ?

CONCLUSION :

Je conclurai, mes Chers Frères, en reprenant mes propos d’introduction : le choix de l’avenir de notre Grande Loge appartient à tous les Frères de bonne volonté qui la composent, il ne saurait être la propriété de seulement quelques uns, fussent-ils convaincus d’être les détenteurs de la Vérité...

*Et vice versa !

C’est pourquoi tous les votes que vous ferez lors de ce Congrès sont importants, à commencer par celui de ce rapport moral. Si vous l’approuvez, vous signifierez votre accord avec l’essentiel de son contenu et aussi que vous êtes favorables pour que soit appliquée une grande fermeté à l’encontre des fauteurs de troubles qui s’évertuent à mettre en péril l’unité de notre Alliance*.

*L’unité de cette obédience n’est-elle pas déjà sérieusement entachée dès lors que l’on constate que les deux tiers des délégués n’ont pas voté ? N’est-ce pas là un magistral désaveu ?

Ce que je souhaite vous dire pour en terminer avec ce rapport moral pourra paraître audacieux, je vous le dis quand même : j’ai la conviction que l’histoire nous a donné rendez-vous ; pour créer l’Alliance nous nous sommes extraits d’un système où se cultivait la pensée unique, nous nous sommes engagés à aller résolument de l’avant vers une Maçonnerie plus authentique, plus fraternelle et un peu plus universelle, cette démarche nous responsabilise et nous oblige à être des Maçons qui, respectueux des Traditions et des Landmarks, ont pleinement conscience de leur mission de transmettre, des Maçons qui doivent se soucier de projeter la Maçonnerie dans un avenir qui ne leur appartient pas, un avenir dans lequel beaucoup d’entre nous ne seront plus, comme ces pères qui s’attachent à préparer l’avenir de leurs enfants, soucieux de leur transmettre le meilleur.

*Au-delà des grandes phrases dont le caractère ampoulé n’échappe à personne, il convient de faire un constat : Claude Beau plaide pour une maçonnerie « plus fraternelle et un peu plus universelle ». Soit. Mais son problème, c’est que ce que propose son obédience n’a suscité aucune reconnaissance, alors que le modèle incarné par les Frères de la GLNF recueille la reconnaissance de quelques 171 Grandes Loges de par le monde…Pourquoi le Grand Maître Beau n’en tire-t-il pas les conclusions ? D’autant qu’en fait de « pensée unique », la suspension de ceux qui ne partagent pas sa vision s’inscrit en faux. N’a-t-il pas réagi exactement comme Monsieur François Stifani, avec une ordonnance de suspension exactement identique à celles qu’il signait ?

Soyons les dignes maillons de cette chaîne qui prend sa source dans la nuit des temps et se veut fidèle* aux plans du Grand Architecte de l’Univers !

*Fidèles aux plans du GADLU ? Fidèles ? Mais que fait Claude Beau des serments qu’il a prêté sur le V.’.L.’.S.’. envers la GLNF ?....

J’ai dit mes Très Chers Frères.

Claude BEAU

Partager cet article

Repost 0
Published by Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour
commenter cet article

commentaires

Arsène Mutin 03/06/2016 09:23

Bonjour à tous.
Même en cherchant à minimiser l’affaire, le GM de la GLAMF se sent obligé de reconnaître l’existence, dans sa très jeune obédience, d’un mouvement de ceux « veulent une grande loge à leur botte et à leur convenance ».
Ce n’est donc pas une équipe soudée et en ordre de marche qui se lance à la conquête de la maçonnerie internationale pour promouvoir, sinon imposer, sa 3ème voie qui doit mettre aux oubliettes trois siècles d’héritage de la GL de Londres et faire regretter aux Anderson, Ramsay et autres d’être nés - et surtout morts - trop tôt pour applaudir à ce chef d’œuvre..
Un discours politique en effet, qui ne s’interdit pas le non-sens et la contradiction, du moment que le ton y est.
Le mot « dérogation », qui n’avait guère sa place en franc-maçonnerie jusqu’à présent, fait son apparition dans le vocabulaire de cette nouvelle maçonnerie dite « à géométrie variable ».
L’emploi de l’expression « dérogations exceptionnelles » (pléonasme pour ceux qui ont appris le français classique) indique qu’il existe aussi et surtout des « dérogations courantes ».
Les usagers du français classique apprécieront aussi l’image de la « chaîne qui prend sa source ».
Et le bouquet final : « fidèle aux plans du GADLU ».
Qui est le ballot qui a dit que ses voies étaient impénétrables ?
Vous avez bien lu : le GADLU a filé les plans de la « 3ème voie » au GM de la GLAMF !
C’est pas de la « volonté révélée » ça ?
Allez, salutations fraternelles et, si possible, un peu de soleil pour tous.
Arsène

Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour 03/06/2016 15:13

Merci beaucoup, Mon Très Cher Frère Arsène!
Car en effet, cette affirmation a un caractère véritablement révolutionnaire....Peut-être est-ce là la fameuse troisième voie promise?
Bien à toi...

Arsène Mutin 03/06/2016 15:09

Mon TCF Emmanuel.
D’une façon générale, je m’applique à limiter mes commentaires en nombre et en longueur, à rester dans le sujet de l’article, autant que faire se peut, et à ne pas trop redire ce qui a déjà été dit, par toi-même ou d’autres visiteurs.
Je me suis donc abstenu pour « les trois grandes lumières et le VLS ».
Mais je reconnais volontiers que celle-là mérite d’être primée entre toutes.
Et je suis bien sûr prêt à honorer ta commande de tribune libre dès que possible.
Bien fraternellement.
Arsène

Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour 03/06/2016 09:30

Bonjour Mon Bien Aimé Frère,
Je te remercie pour tes observations aussi pertinentes que pleines d'humour...au dépens de l'auteur de ces "stupidités".
Toutefois, je m'étonne que l'une d'elles - que j'ai relevé dans mon article sur le discours du malheureux Moreau - t'échappe, car c'est la plus absurde: "Les trois grandes lumières et le V.'.L.'.S.'."...
Ne nous ferais-tu pas une Tribune Libre sur le sujet?
Très fraternellement à toi.

Présentation

  • : Le Myosotis du Dauphiné Savoie - Le Blog de Fidèle d'Amour -
  • : Tribune créée dans un premier temps pour restaurer les valeurs éthiques et morales de la Franc-maçonnerie de Tradition dans la GLNF. Désormais, ayant contribué au succès de cet objectif, elle se consacre à la défense de ceux-ci, à la défense de la GLNF contre des attaques extérieures, et à promouvoir une vision de la Franc-maçonnerie régulière. Par ailleurs, seront présentés des articles reflétant mon étude, mes lectures, mes engagements, et mes sympathies.
  • Contact

Référence et remerciements:

 

Par arrêt en date du 20 mai 2015, la cour d’appel de Paris a confirmé le jugement rendu le 6 mai 2014 par la chambre de la presse du tribunal de grande instance qui m'a déclaré coupable de diffamation publique envers François Stifani et Sébastien Dulac, à raison de la diffusion d’un message diffusé le 22 septembre 2010 sur le blog le myosotis-dauphine.savoie.over-blog.com. Je considère cet évènement comme l'attribution d'une Légion d'Honneur.

Merci aux soeurs et frères très nombreux qui m'ont soutenu dans ce combat de cinq années dont je m'honore, et dont je ne regrette rien.

Recherche