Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2016 4 12 /05 /mai /2016 08:49
(image alternatives-pyrenées-com)

(image alternatives-pyrenées-com)

Cela fait des années que le Myosotis du Dauphiné-Savoie analyse le fonctionnement de la nouvelle obédience et en pointe les graves dérives.

Les articles de ce blog sur ce sujet sont nombreux et disponibles dans les archives à droite de la page d’accueil.

A moult reprises, nous avons dénoncé la crise que cette obédience tente à tout prix de cacher.

Alors que la GLNF, sous le mandat du Grand Maître Jean-Pierre Servel a effectué un considérable travail de réformes et de modernisation, adoptant à la fois de nouvelles Constitutions et un esprit plus conforme à nos valeurs ancestrales, les Frères de la GLAMF eux, vont de conflits en conflits depuis la fondation de leur obédience qui fait penser à une usine à gaz.

Cela se confirme en effet – si besoin était – par la diffusion d’un « Manifeste de défense de l’Alliance Maçonnique Française » : la GLAMF est plongée dans une crise existentielle grave.

Si d’un côté les Frères de la GLNF bénéficient d’une identité et de valeurs fortes et centenaires ainsi que d’institutions dorénavant saines et transparentes qui rendent leur pratique de la maçonnerie aussi sereine qu’agréable, les Frères de la GLAMF sont confrontés à un climat délétère qui se traîne depuis des années, fait de tensions entre toutes ses institutions, dont la principale, la Maison du Rite Ecossais Ancien et Accepté (très largement majoritaire) mène une fronde contre les dirigeants de cette obédience mal en point.

Il s’avère donc que les raisons de la scission n’avaient pas lieu d’être.

En effet la GLNF a radié celui qui a semé troubles et division, Monsieur François Stifani, et ses principaux affidés ont pris le large avant d’avoir à répondre de leurs actes devant le Conseil de discipline (Ex : Sébastien Dulac etc.).

Les Constitutions fortement réformées, ont été conçues pour que la situation que nous avons connue ne puisse se reproduire. Dorénavant les Frères ne sont là que pour travailler leurs Rituels et se retrouver dans une sereine fraternité.

De leur côté, le constat que les Frères de la GLAMF peuvent faire est assez malheureux : Il leur avait été promis qu’ils obtiendraient la reconnaissance anglaise ainsi que de nombreuses reconnaissances étrangères, qu’ils participeraient à une confédération maçonnique française composée de nombreuses obédiences… Las, rien n’est venu, sauf  l’assurance qu’ils ne seront jamais reconnus par une Grande Loge régulière, puisqu’ils ont perdu leur régularité en quittant la GLNF ! Quant à la « Confédération » française, elle est réduite à sa plus simple expression.

Pire, ils vivent dans une maison qui n’a toujours pas trouvée son identité, et qui en est encore, au bout de quatre années (et souvent pour beaucoup des décennies à la GLNF) à vouloir définir la Régularité (pour mieux s’en éloigner), et à opposer le théisme au déisme….

C’est dans ce contexte que, en désespoir de cause, les plus sincères – et les plus honnêtes - des Frères lancent un manifeste en vue de sauver ce qui peut l’être.

Ces experts, savent d’autant mieux de quoi ils parlent qu’ils ont participé à sa fondation et vivent le quotidien à l’intérieur de la GLAMF et sont peu suspects d’être téléguidés par qui que ce soit.

Ce document pourrait être pathétique s’il n’était en même temps un audit exact de l’état de la GLAMF qui confirme point par point tout ce qu’en a dit le Myosotis du Dauphiné-Savoie depuis si longtemps.

Et leur constat est très fort. On relève des formules sévères, précises, factuelles et sans langue de bois, dont voici quelques-unes :

« …une crise larvée qui contient les ferments de sa désagrégation progressive.

- un dessein masqué…

- propagande de discrédit de la Franc-Maçonnerie traditionnelle et de ceux qui y demeurent attachés ;

- dévalorisation de l’Instruction Maçonnique traditionnelle ;

- propagation insidieuse de propos à caractère complotiste, voire pis.

 - un « shadow system », véritable hiérarchie parallèle

- Une dérive arbitraire

- Une forme de « coup d’État permanent »

- Instrumentalisation des différentes instances de l’Obédience, placées sous contrôle politique, la mise en place de structures parallèles constitutives d’un « shadow system », ou encore la politisation des fonctions de contrôle et de régulation.

- Le détournement et l’instrumentalisation des instances statutaires

- L’absence de lisibilité et de transparence du fonctionnement de l’Obédience Caractérisé par la dérive d’une vie associative partagée entre l’écueil d’un fonctionnement en « petit comité », la lourdeur de procédures mal maîtrisées, et une « réunionite » non contrôlée, ce risque est celui d’un éloignement des membres de l’Obédience et d’un clivage croissant entre une dimension institutionnelle sclérosée et la vie maçonnique réelle.

- Une dérive arbitraire marginalisant toute dimension véritablement délibérative

- Opacité du processus de décision et de délibération

- Une campagne de dénigrement indigne de notre Fraternité

Ce document, diffusé de manière anonyme, a pourtant été envoyé directement par ses auteurs avec leur signature à l’actuel Grand Maître en titre de la GLAMF, Claude Beau. A quelques semaines du convent de cette obédience malade, ce n’est pas innocent, d’autant que selon mes sources qui se recoupent, il émane bel et bien de Frères actifs au sein de la Maison du R.’.E.’.A.’.A.’. très largement majoritaires au sein de la GLAMF.

Clairement, même s’il prétend ne pas vouloir mettre quiconque en accusation – mais personne n’est dupe – c’est tout le fonctionnement de l’obédience qui est directement mis en cause, avec un soupçon évident de malhonnêteté intellectuelle touchant certains dirigeants actuels.

Quand on pense que ceux-ci, entre autres duperies, avaient justifié la scission « pour se mettre à l’abris des persécutions de Stifani et rompre avec son système », et que les frères qui se sont laissé berner se retrouvent à nouveau, selon les auteurs du manifeste, avec « un shadow system » ! Tout cela pour ça ! ... On ne peut pas ne pas éprouver une sensation de gâchis.

Ce sentiment partagé explique le fait que de nombreux Frères de la GLAMF choisissent de démissionner et de revenir au sein de la GLNF, laquelle les accueillent avec bienveillance - sans rien faire pour provoquer leur retour - et fraternité dès lors qu’ils l’ont quitté dans l’honneur.

Voici donc ce fameux manifeste, dont la lecture est intéressante - pour ceux qui veulent connaître l’état exact de la GLAMF – même si elle est fastidieuse :

MANIFESTE POUR LA DÉFENSE DE L’ALLIANCE MAÇONNIQUE FRANÇAISE PLUS DE CLARTÉ POUR L’ALLIANCE !

APPEL DES FRANCS-MAÇONS LIBRES DE TRADITION INITIATIQUE

I- UNE OBÉDIENCE EN DANGER

A la date du Congrès de 2016, force est de constater que la Grande Loge Maçonnique Française n’a pas su ou n’a pas pu prendre la juste mesure de sa vocation maçonnique, ni de son fonctionnement.

• Elle est porteuse une crise larvée qui contient les ferments de sa désagrégation progressive.

• Cette crise se traduit par une ambiguïté de positionnement, associée à un fonctionnement déficient.

• Elle est alimentée de manière systématique par un petit groupe qui poursuit méthodiquement un dessein masqué.

• Celui-ci vise à imposer le fait que les Landmarks, la Reconnaissance, la Régularité, les Basic Principles, la valorisation du rôle des Rites dans le processus initiatique, et l’instruction maçonnique traditionnelle, soient considérés désormais comme obsolètes au sein de la GL-AMF, inscrivant ainsi le destin de l’Obédience en opposition complète avec le modèle initial de l’Alliance, lequel était fondé sur :

la référence affirmée à la Franc-Maçonnerie de Tradition à vocation essentiellement Initiatique,

la valorisation du rôle des Rites comme véhicules du processus initiatique selon leurs propres traditions respectives, d’égale dignité, la recherche d’une reconnaissance internationale (cf. création de la CMF).

1- LE PROCÈS AMBIGU DE LA FRANC-MAÇONNERIE TRADITIONNELLE

Des ambigüités fondamentales

- relance du débat entre « théisme » et « déisme », et prise de distance à l’égard du « théisme » ;

- instrumentalisation des mots « spiritualisme » et « humanisme » ;

- « Etats généraux de la Régularité » aboutissant à la remise en cause du terme et de la notion de Régularité ;

- ouverture de la question de la mixité initiatique à travers l’évocation de « propositions d’évolution » ;

- ouverture aux débats de société « lors de suspensions de travaux ou aux agapes », « une Obédience spiritualiste ne pouvant ignorer pour autant les grandes crises sociales » ;

- dénonciation de la reconnaissance, considérée comme « mise sous tutelle autoritaire » ;

- assimilation réductrice des Landmarks aux critères pour la reconnaissance, pour justifier d’une remise en cause de la Régularité elle-même, présentée comme « une forme de dogmatisme et d’intolérance » ;

- référence centrale à une franc-maçonnerie dite « andersonienne », à l’instar du Grand Orient de 1877 ;

- déconstruction de la référence à la tradition, pour la réduire à des us et coutumes de nature contingente ;

- mise en exergue comme « valeur » de référence, de l’ouverture aux Grandes Loges, y compris « irrégulières »;

- assimilation fallacieuse de la liberté individuelle à la « liberté de conscience » , en écho au schisme du Grand Orient de 1877;

- substitution de la « Déclaration de Principes » de l’Obédience, elle-même modifiable, aux Basics Principles, plaçant les deux textes sur le même plan ;

- abandon de fait des Basics Principles.

Un projet de déconstruction par amalgames successifs, conduisant à l’abandon inéluctable des repères fondateurs

Exemple 1

- distinction de la « régularité », de la « reconnaissance » ;

- puis, assimilation des Landmarks aux critères pour la reconnaissance ;

- puis, réduction des Landmarks à de simples usages, qui plus est non définis ;

- enfin, abandon du terme « régularité », considéré désormais comme « inadéquat »

Exemple 2

- dans un premier temps, référence aux Basics Principles comme seul gage de Régularité pour les inter-visites;

- puis, réduction des Basic Principles à de simples usages contingents ;

- puis, assimilation des Basic Principles à une mise sous tutelle autoritaire ;

- puis, assimilation des Basic Principles aux Landmarks ;

- puis, renoncement aux Landmarks ;

- puis, substitution de la seule « Déclaration de Principes » de l’Obédience, jugée autosuffisante, aux Basics Principles ;

- enfin, ouverture de la possibilité de modifier les termes de ladite « Déclaration de Principes ».

Une campagne de dénigrement indigne de notre Fraternité

- propagande de discrédit de la Franc-Maçonnerie traditionnelle et de ceux qui y demeurent attachés ;

- dévalorisation de l’Instruction Maçonnique traditionnelle ;

- propagation insidieuse de propos à caractère complotiste, voire pis.

Mais quel est le nouveau modèle et le véritable projet des dé-constructeurs de l’Alliance ?

2- UN MODÈLE IDÉOLOGIQUE POUR UNE FRANC-MAÇONNERIE SUBSTITUÉE

Des « éléments de langage » à imposer

A l’instar des mouvements politiques ou sociaux, il s’agit d’imposer un nouveau vocabulaire. Par exemple de définir les termes « spiritualité », ou bien « humanisme », afin de pouvoir en assurer une instrumentalisation politique conformément à des buts non explicites.

Une Franc-Maçonnerie substituée

Le renoncement aux fondamentaux de la Franc-Maçonnerie traditionnelle et la substitution à ceux-ci d’un système de notions, de termes et de repères « sur mesure », prétendument mieux adaptés à « la France d’aujourd’hui », aux « mutations du monde contemporain » et « au XXIème siècle », a pour conséquence l’émergence d’« une franc-maçonnerie substituée ».

Une instrumentalisation institutionnelle

La mise en avant d’une pseudo « modernité » à caractère messianiste, relègue au second plan la fonction initiatique ancestrale de la Franc-Maçonnerie au profit d’un langage d’appareil institutionnel conçu pour poursuivre un objet ou un objectif indéterminé, et donc susceptible de prêter le flanc à toutes les instrumentalisations.

Une Franc-Maçonnerie idéologique

Une telle dérive ne peut que rappeler qu’à la fin du XVIIIème siècle, le terme « idéologie » a été créé pour substituer l’étude des idées à la métaphysique traditionnelle. Elle renvoie à la définition de Karl Jaspers, pour qui « Une idéologie est un complexe d’idées ou de représentations qui passe aux yeux du sujet pour une interprétation du monde ou de sa propre situation, qui lui représente la vérité absolue, mais sous la forme d’une illusion par quoi il se justifie, se dissimule, se dérobe d’une façon ou d’une autre, mais pour son avantage immédiat ».

3- UN RISQUE MAJEUR POUR L’IDENTITÉ ET LA PÉRENNITÉ DE L’ALLIANCE

Une marginalisation évidente

La conjonction d’un renoncement aux critères de reconnaissance traditionnelle, d’une part, et de la relativisation de la fonction initiatique des loges symboliques au profit de la mise en avant d’une représentation idéologique de l’Obédience, d’autre part, est une tenaille dont le piège ne peut que se refermer sur la marginalisation de l’Alliance. Elle conduit nécessairement au dé-positionnement de la Grande Loge et à sa très faible visibilité par rapport aux autres Obédiences françaises.

Un démembrement annoncé

La circonstance que du fait des conditions de sa création, la GL-AMF regroupe aujourd’hui plus de 15000 membres, ne constitue en rien à elle seule un gage de solidité ni de cohérence. En effet, faute d’un positionnement clair au sein du paysage maçonnique français, la GL-AMF ne pourra que voir le nombre de ses adhérents s’effilocher par suite de démissions individuelles et de micro-scissions, perspective aggravée par la taille critique insuffisante de nombreux Ateliers. Sa force d’attractivité pour initier de nouveaux membres s’en trouvera elle-aussi simultanément affaiblie.

Une perte d’identité inéluctable

L’absence de positionnement clair de la GL-AMF se cristallise sur la pratique des inter-visites. Leur ouverture mal définie, en-dehors de tout critère véritable de régularité, ne peut conduire, au fil des visites et des agapes, qu’à une porosité croissante avec des obédiences telles que le Grand Orient et des obédiences mixtes, et donc remettre en cause à terme la sacralisation du processus initiatique au profit de problématiques profanes.

4- UN FONCTIONNEMENT DÉFICIENT

Une difficulté manifeste à respecter l’esprit et la lettre des statuts

Ce constat révèle la lourdeur des procédures, l’empiètement et le flou des compétences des instances, de leurs champs et de leurs modalités d’intervention.

Une structure hétérogène et cloisonnée

La GL-AMF est aujourd’hui constituée de strates qui présentent des difficultés chroniques à communiquer entre elles et donc, a fortiori, à s’inscrire dans un processus délibératif partagé. Elle n’organise aucune coordination ni même communication entre les Maisons de Rites, dont le fonctionnement se retrouve ainsi segmenté en silos étanches, faute d’instance dédiée à leur coopération transversale.

Confusion des domaines d’intervention et de responsabilités

Le domaine maçonnique et le domaine civil de la gestion de l’association s’entremêlent abusivement. Ce constat se trouve aggravé par le glissement des compétences, des délibérations, et des décisions conduisant à un élargissement indéterminé des compétences du Bureau exécutif de l’association.

Confusion des fonctions et des compétences des instances

On assiste à une confusion des fonctions à vocations exécutive, d’administration maçonnique, d’administration générale, consultative, législative, de communication, juridictionnelle, ou de régulation fonctionnelle.

Exemples :

-le Bureau exécutif est appelé à statuer sur des décisions à caractère stratégique de portée maçonnique ;

-le Conseil des Sages mêle des compétences de nature consultative, de contrôle, règlementaires, interprétatives, juridictionnelles, et exécutives qu’il exerce par Ordonnances.

D’où un évident déficit de lisibilité et de légitimité des décisions.

Opacité du processus de décision et de délibération

Le Conseil de Grande Loge fonctionne comme une simple chambre d’enregistrement dont l’absence de caractère délibératif le conduit à espacer ses réunions, ne respectant plus de fait les exigences statutaires. D’où un glissement du processus de décision et de délibération du Conseil de Grande Loge au Bureau exécutif, ce qui constitue de facto une forme d’usurpation fonctionnelle. C’est ainsi que les Maisons de Rites ne sont plus associées en amont aux grandes décisions, orientations ou projets de portée maçonnique arrêtés par l’Obédience.

Un parasitisme institutionnel orchestré

La multiplication de réunions et d’instances non statutaires aggrave l’opacité et l’inefficience du processus de décision. Ces instances parallèles, comités de travail ou groupes thématiques interviennent pourtant dans des domaines maçonniques essentiels et stratégiques (cf. « états généraux de la régularité », communication, gestion informatique, site internet). En s’arrogeant un pouvoir délibératif, voire exécutif, non contrôlé, elles constituent un « shadow system », véritable hiérarchie parallèle (exemple : « correspondants régionaux ») qui contribue à l’opacité institutionnelle et à celle du processus de décision.

Un syndrome centralisateur préoccupant

La centralisation informelle des décisions entre le Bureau exécutif et le travail d’instances non statutaires, révèle une confiscation du pouvoir délibératif au sein de l’Obédience. Elle est renforcée aujourd’hui par l’objectif d’une centralisation numérique et de pratiques informatiques qui visent à concentrer l’ensemble de la communication et de la gestion des décisions au sein de l’Obédience et des Loges elles-mêmes entre les mains du seul Grand Secrétariat.

Le détournement et l’instrumentalisation des instances statutaires

Ils s’exercent en confiant de nouveaux rôles à des dispositions statutaires existantes : celles des conférences locales et de la conférence nationale des Loges. En effet, ce qui avait été conçu initialement comme moyen de communication interne et lieu d’expression et d’échanges entre les Loges, se mue désormais en instances d’orientations, organisées, sous couvert de synthèse, en un « storystelling », récit destiné à formaliser des décisions de portée stratégique. On assiste ainsi à une substitution de fonctions dans l’organisation de l’Obédience au détriment des rôles respectifs du Congrès, du Conseil de Grande Loge et des Maisons de Rites.

Des instances de régulation trop nombreuses et inadaptées

Le Conseil des Sages, instance hybride liée à l’exécutif, cumule des attributions qui excèdent largement des compétences de régulation. De plus, son activité s’exerce essentiellement à travers sa présidence.

La Chambre de Justice est constituée de membres désignés par le Conseil de Grande Loge, c’est-à-dire en réalité, dans les circonstances présentes, par l’exécutif, et ratifiés par le Conseil des Sages, alors même que celle-ci devrait rester strictement indépendante de l’exécutif et de l’administration générale de l’association.

Le Conseil de Surveillance, dont le nombre des membres en fait une véritable assemblée territoriale théoriquement représentative des différentes circonscriptions géographiques (en réalité élue subrepticement « lors du Congrès » avec un infime nombre de voix), devrait être strictement dédié au contrôle associatif de l’Obédience sans considération de quelque représentation que ce soit. Il est appelé à désigner trois des neuf membres du Conseil des Sages, contribuant ainsi également à l’entremêlement des fonctions.

La Commission Nationale de Contrôle des Finances est une instance distincte du Conseil de Surveillance, quoique désignée par lui, qui établit son propre Règlement particulier.

5- UNE DÉSTRUCTURATION INSIDIEUSE

L’absence de lisibilité et de transparence du fonctionnement de l’Obédience

Caractérisé par la dérive d’une vie associative partagée entre l’écueil d’un fonctionnement en « petit comité », la lourdeur de procédures mal maîtrisées, et une « réunionite » non contrôlée, ce risque est celui d’un éloignement des membres de l’Obédience et d’un clivage croissant entre une dimension institutionnelle sclérosée et la vie maçonnique réelle.

Une dérive arbitraire marginalisant toute dimension véritablement délibérative

Le risque d’une concentration centralisatrice de l’ensemble des fonctions à la fois maçonniques et civiles, s’avère contradictoire avec la logique de pyramide inversée qui fait de la Loge le socle de l’Obédience, garant, dans le cadre du Rite qu’elle pratique, de sa vocation initiatique. Il porte la menace du dessaisissement de la dimension maçonnique par une usurpation institutionnelle semblable à celle que l’on a pu connaître dans d’autres Obédiences, et dont les effets pervers ne manquent jamais de se produire à terme jusque dans le contenu des travaux maçonniques, à travers l’imposition de formes de syncrétisme des Rites ou de l’Instruction maçonniques qui n’obéissent en réalité qu’à un impératif de contrôle politique. Or, c’est précisément pour éviter de telles dérives que le modèle initial de l’Alliance avait été conçu en vue de préserver l’identité et l’intégrité maçonniques de chaque Rite pratiqué avec une égale dignité au sein de l’Obédience. •

. Une forme de « coup d’État permanent »

Il se traduit par l’instrumentalisation des différentes instances de l’Obédience, placées sous contrôle politique, la mise en place de structures parallèles constitutives d’un « shadow system », ou encore la politisation des fonctions de contrôle et de régulation. Il est par nature préjudiciable à la pérennité de toute organisation,

Dans un tel contexte, qui menace sa pérennité, la GL-AMF ne peut s’autoriser de nouveaux errements la conduisant à attendre une année de plus dans l’incertitude de sa vocation et de son positionnement, avec pour conséquence de dégrader encore davantage son modèle fondateur : elle doit donc arrêter sans tarder des objectifs clairs lui permettant de renouer avec sa vocation initiale.

II- UN PLAN D’URGENCE POUR L’ALLIANCE MAÇONNIQUE FRANÇAISE

1- OBJECTIFS POUR UN POSITIONNEMENT CLARIFIÉ

• Recentrer l’Obédience sur la promotion de la fonction initiatique et du travail maçonnique en Loge symbolique

• Renouer avec les fondamentaux de la Franc-Maçonnerie traditionnelle

• Valoriser le véhicule initiatique des Rites pratiqués dans leur diversité, d’égale dignité

• Affirmer des valeurs partagées sans idéologie imposée

• Organiser le rayonnement de l’Alliance, hors de toute dérive idéologique ou sociétale

2- LES FONDEMENTS D’UN NOUVEAU DÉPLOIEMENT

Réaffirmer l’intangibilité des principes fondamentaux

La Grande Loge, l’ensemble de ses composantes institutionnelles et des Loges qu’elle rassemblent, s’unissent et se reconnaissent dans les principes intangibles qui fondent son objet collectif en vue de la réalisation spirituelle personnelle et progressive de ses membres :

1-La foi en un principe divin créateur, transcendant et immanent, sous la dénomination de Grand Architecte de l’Univers, condition essentielle de l’admission de ses membres et fondement de ses travaux.

2-Le respect des Anciens Landmarks, repères immuables, écrits et non écrits, formant le corpus immémorial de la tradition Maçonnique et des us et coutumes de la Fraternité Maçonnique universelle.

3-Le respect des « basic principles », critères de reconnaissance de la Franc-Maçonnerie régulière, parmi lesquels, outre la référence au Grand Architecte de l’Univers et aux Anciens Landmarks de la Franc-Maçonnerie :

- la régularité originelle de fondation de la Grande Loge par trois Loges régulières ;

- l’exposition pendant le travail en Tenue, des trois Grandes Lumières de la Franc-Maçonnerie : la présence du Volume de la Loi Sacré, la Bible, ouvert en Loge, sur lequel le Franc-Maçon prend ses obligations, l’Equerre, et le Compas ;

- la pratique dans le cadre de la Grande Loge, de la voie masculine de l’Initiation Maçonnique, à l’exclusion de toute mixité du travail en Tenue ;

- l’assurance que la Grande Loge, gouvernée par elle-même, exerce sa juridiction incontestée sur les Loges symboliques du Métier d’Apprenti, de Compagnon et de Maître Maçon, de manière indépendante, sans partager sa gouvernance avec aucun autre organisme maçonnique ;

- la stricte interdiction de toute discussion de sujets politiques ou confessionnels au sein de la Loge.

Assumer une vocation initiatique reposant sur des valeurs partagées

1-L’Alliance Maçonnique Française prône des valeurs de simplicité applicables à la présence de l’Obédience, dont l’objet premier et la vocation essentielle sont de permettre et de faciliter le déploiement de la transmission initiatique assurée par le véhicule des Rites Maçonniques pratiqués au sein des Loges symboliques qu’elle rassemble et fédère. Elle affirme la prévalence du travail initiatique sur la représentation institutionnelle.

2-Elle se rattache à la tradition ancestrale de la Franc-Maçonnerie universelle, Fraternité Initiatique traditionnelle dont chaque Loge est le creuset. Il n’appartient en aucun cas à la Grande Loge de redéfinir elle-même pour son propre compte, ni pour le compte des Loges et des Frères qu’elle regroupe, une franc-maçonnerie particulière et auto-déclarée qui serait fondée sur la contingence de ses propres concepts, notions, méthodes, système idéologique, ou éléments de langage conjoncturels, par nature historiquement datés et aléatoires, déconnectés de la tradition ancestrale.

3-Elle est attachée au respect scrupuleux et à la préservation rigoureuse des pratiques, us et coutumes, de la Franc-Maçonnerie de Tradition et de ceux de chaque Rite particulier pratiqué par les Loges regroupées au sein de la Grande Loge.

4-L’Initiation à laquelle elle se réfère repose sur la construction d’un espace-temps sacré qui sépare le travail en Loge de toute porosité profane, étant entendu qu’il appartient par ailleurs à chaque Franc-Maçon de prolonger par son action dans le monde, et selon ses propres voies, l’œuvre commencée dans le Temple.

5-La Grande Loge veille au respect d’une part, de la liberté associative de ses membres, d’autre part, de l’engagement maçonnique traditionnel qui les unit. La Grande Loge n’impose dans le cadre de la quête initiatique de ses membres aucune limite à la recherche de la vérité. Elle garantit par ses règles et ses pratiques que rien de ce qui se fait en Loge ne doit être révélé hors de la Loge, qu’à un membre de la même Loge.

6-La Grande Loge veille à protéger scrupuleusement la liberté de ses membres de toute sollicitation distincte de son objet, qu’elle soit de nature politique, confessionnelle, de relations d’affaires, de réseaux, ou sectaire.

7-Les Francs-Maçons de la Grande Loge cultivent le respect mutuel, la concorde, et la bienveillance fraternelle.

8-Au sein de la Grande loge, des réunions et des Tenues maçonniques, tous les Francs-Maçons sont placés sous le niveau de l’égalité la plus parfaite. Il n’existe entre eux d’autre distinction que celle de la hiérarchie des Offices ou des responsabilités fonctionnelles découlant des mandats de l’association.

9-La Grande Loge est le cadre de regroupement du travail initiatique des Loges qui la composent: il lui appartient d’assurer, au service de ses membres, une mission de gestion associative fonctionnelle et transparente sans confusion avec sa vocation spirituelle de préservation et de transmission de la tradition symbolique qu’elle incarne.

Assurer le rayonnement de l’Obédience

1- Le rayonnement de l’Alliance Maçonnique est d’ordre spirituel. Il doit pouvoir s’exercer sur plusieurs plans, et par cercles concentriques.

a- Il passe avant tout par celui de ses membres, Frères en Initiation, à travers leur action personnelle dans le monde profane. Comme la Chaîne d’Union, issue de la « chaîne d’alliance » des maçons opératifs, se prolonge à travers chacun de ses maillons, c’est à partir du recentrage du travail initiatique dans l’espace sacré de la Loge que le Franc-Maçon prolonge dans le monde profane l’œuvre commencée dans le Temple. Dès lors, le processus initiatique enclenché par la séparation du monde profane est central. Ce processus, et cette séparation, ne peuvent donc être entachés d’aucun relativisme, en particulier à travers la mise en œuvre d’« inter-visites » dont la portée ne serait pas maîtrisée par la Loge.

b- Ce rayonnement spirituel, qui procède du processus initiatique, inhérent à la transformation qu’il opère, s’enrichit de la pratique des visites, dès lors que celles-ci ne se font pas au détriment du travail et de l’assiduité dans la Loge-mère, qui est le premier devoir du Maçon. Les Francs-Maçons de la GL-AMF doivent alors privilégier les visites des Loges de l’Obédience (quel que soit le Rite pratiqué). Les visites ne peuvent concerner, qu’elles soient entrantes ou sortantes, que des Francs-Maçons régulièrement initiés et membres de Loges inscrivant strictement leurs travaux dans le cadre initiatique de la Franc-Maçonnerie traditionnelle.

2- Ce rayonnement spirituel, fondé sur la force de la Fraternité initiatique, peut naturellement s’accommoder des relations et des échanges avec des membres d’autres Obédiences maçonniques, dès lors que ces relations et échanges se nouent en-dehors ou à côté du travail initiatique lui-même, et donc, de la participation aux Tenues.

3- Il peut être accompagné et facilité par le rayonnement institutionnel de la Grande Loge elle-même, qui est par définition d’une autre nature. Celui-ci peut s’exercer au plan territorial, national et international. Il ne peut toutefois en aucun cas conditionner par des contraintes ou des objectifs de nature contingente la nature des travaux maçonniques des Loges qu’elle regroupe, ni de leurs membres.

4- La Grande Loge est attentive aux mutations du monde contemporain. Toutefois, elle s’interdit toute immixtion dans les débats contingents de la société contemporaine, qui dénaturerait son objet, à l’exclusion des échanges dans les domaines spirituel, métaphysique, caritatif, historique ou artistique, dans lesquels elle pourrait s’engager, dès lors et à la seule condition que ceux-ci ne présentent aucun caractère politique ni confessionnel, et qu’en outre, ils demeurent périphériques et strictement distincts du travail maçonnique initiatique.

5-La Grande Loge s’interdit tout dogmatisme idéologique qu’elle imposerait à ses membres, fondé par exemple sur une interprétation « officielle » et institutionnelle des problématiques du monde contemporain. Elle considère la liberté d’opinion comme la première des libertés.

2- OBJECTIFSPOUR UNE CLARIFICATION FONCTIONNELLE

1-Entreprendre dans les meilleurs délais une réforme statutaire de l’Obédience visant à clarifier les conditions de son fonctionnement (attributions, compétences, équilibre des instances et des pouvoirs).

2-Assurer un véritable fonctionnement matriciel de l’Obédience, dans sa double dimension de rassemblement des Loges et de vie maçonnique des Rites.

3-Garantir la distinction des fonctions maçonniques et civiles et des décisions associées. 4-Assurer l’indépendance des instances de régulation et de contrôle à l’égard de l’exécutif.

5-Assurer une véritable fonction délibérative, en amont des décisions stratégiques de portée maçonnique ou civile.

6-Garantir la transparence des processus de décision.

7-Renforcer le rôle de coordination transversale du Conseil de Grande Loge.

8-Permettre et institutionnaliser une communication et une coordination inter Rites à vocation délibérative.

9-Supprimer les instances superfétatoires, hybrides ou aux attributions mal définies.

10-Réduire les réunions et établir un calendrier partagé.

3- LES AXES D’UNE INDISPENSABLE CLARIFICATION STATUTAIRE

Des principes d’organisation générale intangibles

1- La Grande Loge doit demeurer une fédération nationale de Loges.

2- L’Atelier qui forme la Loge est la structure de base de l’Alliance Maçonnique, la Loge est le creuset de la transmission initiatique.

3- Les Loges se gouvernent librement dans la limite des règles établies par l’Obédience sur le plan civil et sur le plan maçonnique.

4- La Grande Loge doit pouvoir accueillir en son sein des Loges pratiquant des Rites Maçonniques différents, tout en garantissant les spécificités de chacun des Rites concernés, cette dernière fonction étant assurée dans le cadre des Maisons de Rites.

5- La vie maçonnique des Loges relève de la Maison du Rite que celles-ci pratiquent.

6- La Grande Loge rassemble deux catégories de membres à part entière : les associations de Loges, qui disposent de la personnalité morale, et les Frères membres des Loges de l’Alliance. Nul ne peut être membre de la Grande Loge sans être membre d’une Loge membre de la Grande Loge. Nulle Loge ne peut être membre de la Grande Loge sans que l’ensemble de ses membres ne soit membre de la Grande Loge.

7- Les montants des cotisations et des capitations annuelles doivent rester maîtrisés afin de lever toute barrière matérielle à l’adhésion.

8- Toutes les fonctions de direction de la Grande Loge sont électives et temporaires.

9- L’activité d’administration générale de la Grande Loge est organisée de manière matricielle en vue de coordonner au mieux :

- le traitement des questions maçonniques et celui de la gestion associative de l’Obédience ;

- la dimension transversale de l’Obédience, incarnée par la Grande Maîtrise et le Conseil de Grande Loge, et la dimension spécifique des règles, us et coutumes de chaque Rite pratiqué, incarnée par chaque Maison de Rite.

10- Le processus des décisions de la Grande Loge obéit au triple impératif :

- d’une séparation des fonctions législatives, exécutives et judiciaires,

- d’une coordination transversale garantissant, dans l’équilibre de ses composantes et la transparence de son fonctionnement, l’harmonie générale de la Grande Loge.

- du respect d’un temps de réflexion et de consultation suffisant et d’une communication préalable de tous textes, traités ou projets de délibérations aux instances concernées à titre exécutif, législatif ou consultatif.

Une répartition fonctionnelle claire à travers des instances rénovées et simplifiées

1- instances de gouvernance à vocation exécutive :

- la Grande Maîtrise, pour les affaires générales

- les Assistants Grand Maître, pour chacun des Rites concernés

- le Bureau exécutif, pour l’administration des affaires civiles courantes et la préparation des délibérations de gestion du Conseil

2- instances à vocation d’administration générale ou maçonnique :

- le Conseil de Grande Loge, pour les questions générales d’ordre transversal et la préparation des délibérations du Congrès

- les Collèges des Maisons de Rites, pour les questions relevant de leur Rite et la préparation des délibérations des Convents

- le Comité des Solidarités, pour le traitement des dossiers d’entraide maçonnique

3- instances à vocation consultative et / ou de communication interne :

-les Conseils de Rites, pour les questions d’ordre maçonnique de leur Rites

-les Conférences locales de Loges, pour la communication transversale territoriale

4- instances à vocation législative et délibérative :

- le Congrès, pour les orientations générales de l’Obédience

- la Chambre des Rites, pour les échanges délibératifs inter Rites

- les Convents des Maisons de Rites, pour les orientations de chaque Maison de Rite.

5- instances à vocation de régulation fonctionnelle :

- la Chambre de Justice, pour les affaires disciplinaires

- la Commission de Contrôle Associatif, pour le contrôle du fonctionnement statutaire et financier

Cette répartition clarifiée permet d’assurer de manière distincte l’intégralité des fonctions exécutives, législatives, consultatives, de communication interne, judiciaire et de contrôle. Dès lors, le « Conseil des Sages », le « Conseil de Surveillance » la « Commission Nationale de contrôle des Finances » et la « Conférence nationale des Loges » n’ont plus de raison d’être.

Cet appel des Francs-Maçons libres attachés à la Tradition Initiatique a pour vocation le redressement de la GL-AMF. Le constat qu’il établit n’a pas pour objet de mettre en cause la Grande Maîtrise, ni aucun Frère en particulier, mais de permettre le discernement nécessaire aux conditions d’un véritable redressement en évitant toute scission au sein de l’Alliance.

Il peut être transmis à toutes les Respectables Loges et à tous les Frères de l’Alliance afin d’établir les fondations d’un renouveau de l’Alliance Maçonnique française dans la concorde, la fraternité, et la transparence, et peut être signé par toutes les Loges et les Frères qui s’y reconnaissent.

Partager cet article

Repost 0
Published by Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour
commenter cet article

commentaires

tom 14/09/2016 14:18

GLNF ..... Nous n' en sommes plus .... nous sommes heureux .... mais il reste quelques scories que nous vous proposons de récupérer. Notre assiette n'est pas plus remplie que la vôtre ... Alors pourquoi lorgner sur nous?
Continuez votre travail maçonnique. .. il vous reste encore

Le Perpétuel Initié 10/06/2016 15:14

Que dire...
Je ne pressens pas l'ordre jaillir de ce chaos, si ce n'est qu'il vienne de la liquidation pure et simple de la glamf et de sa réintégration (glnf/gldf/...) des FF malmenés, en laissant les autres au monde profane, vu qu'ils aiment tant les vices et les bassesses qu'ils en empoisonnent la maçonnerie.
Toutefois entre nous, comment faire lorsqu'au sein de leur loge, certains pressentent la fin de leur obédience mais que personne ne bouge car pensant que leur temple va être repris par une sci ou qu'ils seront moins libre, etc.. Une partie des Glamf se considèrent plus heureux pour ces raisons (quasi profane pour la ,plus part..) alors que le réel ordre véhiculé par l'équipe de JPS est primordiale. C'est tranquillisant pour tout le monde, même si on reste avec l'idée que ce qui importe c'est "le travail en loge". Il y a une vraie différence de sens lorsque ces derniers mots sortent de la bouche d'un GLNF ou d'un glamf, on sait que pour le glamf, c'est synonyme d'un aveuglement, une résignation, car ils savent qu'en haut, "ça pue".
Mais j'ai vraiment mal... pour ces vrais maçons parmi eux. Une vraie peine.
La dernière fois, j'ai encore un glamf qui m'a dit "et mais attends on a eu la reconnaissance des 5GL européennes".... Que dire, à défaut que les dirigeants aient le courage d'assumer leurs erreurs et de liquider la glamf pour arrêter d'embrumer le bas de la pyramide, les glamf ont vraiment du soucis à se faire pour l'harmonie même de leur loge et pour leur temple intérieur propre. Car celui-là subira les ravages du mal et retourneront à une pierre brute parsemée d'aspérités comme à l'aube de leur initiation.
J'ai mal pour les bons qui se sont laissés embarqués, les mauvais sont impardonnables et je compte sur la GLNF pour faire un tri impitoyable à tous les niveaux pour laisser les partisans du chaos au monde profane. Après je vous avouerai que je me fais pas trop de soucis à ce niveau là pour la GLNF, car elle est forte, mais j'ai peur qu'ils trouvent un nouveau putsch à faire dans une autre obédience, la gldf par ex, donc je leur souhaite aussi la plus grande attention (malgré tout).
Très fraternellement.

Comp. marcheur 25/05/2016 08:10

Il serait intéressant de savoir comment se passe la vie maçonnique dans la loge du ou des signataires de ce manifeste (initiations, démissions, augmentations de salaire). Ceci permettrait de voir par transposition simple le modèle qu'ils nous proposent.

Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour 25/05/2016 15:46

Mon Très Cher Frère,
Pour ce qui m'a été dit par mes sources - très autorisées - au sein de la GLAMF, ce frère, Xavier Est. Assistant Grand Maître et chef de la maison du REAA, suspendu donc par son Grand Maître, est membre de la RL L'Anglaise 204.
Celle-ci, est l'une des trois loges fondatrices de la GLAMF. L'une de ses autres particularités, est qu'elle a demandé son retour au sein de la GLNF, mais que les Frères de cette loge restée active au sein de celle-ci ont voté contre. Elle a donc été contrainte de rester dans l'obédience qu'elle voulait quitter.
Fraternellement,

Mathius 18/05/2016 19:48

Mon bien aimé frere Emanuel,
En realité ALAIN Juillet croyait arriver à faire , comme je dirais vulgairement, un casse maçonnique en pensant arriver à détourner la majorité des FF de la GLNF et ã piquer les décors pour devenir l'incontournalble maçonnique.
Il a confondu la stratégie politique profane avec la fraternité maçonnique.
Il n'a même pas pensé un seul instant que des ff démissionnaires de la GLNF aideraient avec vigueur cette dernière pour éviter que la maçonnerie régulière devienne une vulgaire association profane.
son échec est la pire punition qui peut avoir et il se retrouve avec des soutiens qui caricature leur laideur spirituel.
Je trouve cela extrêment positif comme exemple ã montrer aux ambieux démesurés.
Je t'embrasse ainsi tous nos freres.

le voyageur 18/05/2016 07:58

Cher Aymeric,
dans le monde profane, le mea culpa est possible. Il met rarement en jeu un serment.
Dans le monde qui touche au sacré, cela implique la totalité de l'Etre.
notre F Juillet (j'étais à côté de lui sur le banc des 32 lors d'une Fête de l'Ordre) ne peut plus faire marche arrière.
Se serait avouer qu'il a vendu son âme pour moins que 30 deniers.
fraternellement.

Aymeric 17/05/2016 22:30

Mes TCF,

Merci à ce blog de nous permettre d’exprimer notre point de vue et de commenter les événements dans un environnement sain et maçonnique dans le respect de l’opinion de chacun des intervenants.

Ayant eu l’occasion de travailler avec le 1er président de la GLAMF sur des dossiers non-maçonniques, je lui reconnais une finesse d’esprit et une justesse d’analyse que je n’ai pas trouvé chez lui dans la démarche de la création de la GLAMF ( à moins qu’il ait eu des motivations inavouables).
Son silence assourdissant depuis qu’il a quitté la présidence de cette association ne peut pas et ne doit pas être interprété comme un désintérêt pour sa créature. En plus, parmi ses qualités il faut lui reconnaitre qu’il a rarement abandonné un projet en cours de route. Ceci étant dit, revenons sur la situation lamentable de cette GLAMF qui n’aurait pas mérité une grande attention si un certain nombre de nos FF trompés n’étaient pas ses victimes innocentes.

Le président promettait la reconnaissance qu’il savait très bien ne pas pouvoir obtenir. Il promettait que son association allait récupérer les biens de la GLNF mise en faillite. Ce point-là non plus ne pouvait échapper à un esprit qui est tout sauf attardé. Il promettait le lancement d’une nouvelle famille maçonnique appelée la 3ème voie ; il aurait pu imaginer que l’espace pour un tel courant était plus qu’étroit.

Malgré un constat d’échec cuisant, pourquoi ce silence ? Pourquoi ne pas dire haut et fort qu’il s’est trompé, qu’il n’a pas pu réaliser aucune de ses promesses ? A 75-76 ans, il a eu les honneurs de la république ; pourquoi ne pas faire un mea culpa et obtenir le pardon de tous ceux qui ont été trompés ? Est-ce qu’un titre de 33ème vaut cette faillite? ? Attend-t-il autre chose de ses têtes couronnées actives qui décident pour lui ? Qu’a-t-il fait de son leitmotiv si souvent utilisé dans ses discours professionnels « obtenir des résultats tangibles, du concret » ?

Tout ça, pour ça ? Quel gâchis au niveau de l’homme et surtout pour tous ceux qui l’ont suivi !

Aymeric

sunirve 15/05/2016 16:11

Mon Très Cher Frère Emmanuel, et vous tous mes T.T. C.C. F.F.,
« Le poisson pourrit toujours par la tête », dit-on, en tout cas, tel semble bien être le cas de la G.L.-A.M.F. Les Frères se replient sur leur Loge, méprisant les jeux de pouvoirs de leur Obédience, les plus lucides retrouvant le chemin de la Maçonnerie traditionnelle et régulière authentique ; dans nos Provinces, on peut déjà voir des Loges « historiques » rallumer leurs Feux.
Il ne faut jamais oublier que, dès sa création, la G.L.-A.M.F. était frappée d’irrégularité au regard des principes de la Franc-Maçonnerie, tels que fixés par la G.L.U.A. Ainsi, en effet, les Loges qui furent à la création de cette Obédience n’étaient-elles pas régulières, puisque la seule régularité dont elles pouvaient se parer tenait à celle de leur Obédience d’origine, la G.L.N.F. Mais, simples émanations de celle-ci, dépourvues de la personnalité morale, elles ne pouvaient prétendre à la moindre continuité d’avec leur statut précédent, alors même que la G.L.N.F. les mettait en sommeil dans son sein. En se dotant de la personnalité morale, elles entérinaient de fait une rupture d’avec leur existence et leur statut précédents. Sur quoi, dans cette perspective, pouvaient-elles se fonder pour arguer de leur indispensable régularité, indispensable pour prétendre que l’Obédience qu’elle créait était régulière ? Sur le simple fait de reprendre le nom d’un Atelier ? Sur le fait que des Frères anciennement membres de cet Atelier étaient à l’origine de cette création de Loge ? Mais un nom d’Atelier n’en fait pas la régularité, et des Frères ayant quitté toute Obédience régulière ont, par là même, perdu leur propre statut de Maçon régulier !
Cette irrégularité fondamentale, bien que rarement soulignée, explique bien des choses : quand on commence à s’assoir sur un principe, on finit par tous les rejeter ! Les auteurs du Manifeste ne devraient donc pas s’étonner de la dérive qu’ils décrivent, et qui conduit irrévocablement la G.L.-A.M.F.vers la Voie substituée, déplorant, comme dit Bossuet, des effets dont ils chérissent les causes.
L’autre facteur originel de dérive réside dans cette idée farfelue de « maison de Rites » : en enfermant structurellement les Frères dans l’unilatéralité rituellique, on lézarde l’universalité de la Franc-Maçonnerie au-delà des légitimes spécificités des Rites. Les tristes conséquences en sont visibles dans la bataille interne que se livrent aujourd’hui les tenants du R.E.A.A. avec ceux du Rite Français, et demain, avec ceux des autres Rites. Ces derniers devront à terme, soit se soumettre, soit s’en aller, avec le choix de constituer – comme la G.L.I.F. – une micro Obédience ou de retrouver le chemin de la régularité.
Cette volonté de mainmise du R.E.A.A. est naturellement celle de ses véritables chefs, non pas les responsables de la Maison du Rite, mais celle des « toques violettes », ces prétendus « Souverains » cooptés, bien loin des philosophes rois platoniciens.
Sur ce point, je ne partage pas l’avis de notre T.C.F. Arsène : le Suprême Conseil de France n’est pas complice de Villiers ; pour avoir discuté avec l’un de ses membres éminents, son objectif est de ne surtout pas « faire affaire » avec un Suprême Conseil prétentieux (ne réclamait-il pas la moitié des places au sein d’un S.C. « réunifié » ?) et plutôt faiblard sur le plan initiatique, alors même que leur seul intérêt d’un tel rapprochement aurait été de récupérer les reconnaissances internationales qui, c’est l’avis de mon interlocuteur, seront perdues à plus ou moins brève échéance. Il faut noter d’ailleurs que la G.L.D.F. n’est pas beaucoup plus enthousiaste à l’idée de recueillir ce véritable radeau de la Méduse que devient chaque jour de plus en plus la G.L.-A.M.F.
Dans un drame – parce que c’en est un pour les Frères entraînés par de fallacieuses promesses sur le chemin d’une Maçonnerie dévoyée – il y a toujours une part de comédie. Elle nous vient, comme toujours, du blog poubelle et de ses porte-voix. D’abord, du Savonarole du barreau, l’homme aux slogans creux entre les dents, qui, dans un réflexe pavlovien digne des grandes heures de la PropagandaStaffel, a immédiatement réagi devant la publication du manifeste en le qualifiant de faux issu de la « cellule de veille » de la G.L.N.F. – qui n’existe que dans ses fantasmes -, puis l’a imputé au seul Frère du Myosotis occitan en réclamant pour lui l’excommunication majeure pour crime de lèse G.L.-A.M.F., l’enjoignant qui plus est d’en dénoncer les auteurs ! Vous savez, le Brutus des Bruti, c’est celui qui répète comme un vieillard radoteur que les Maçons réguliers du monde sont des bigots fachos, lui qui soutient sans vergogne la théocratie iranienne et ce grand démocrate de Poutine, sans compter son espérance tonitruante dans la victoire de Trump !
Dès qu’on parle de vieillard radoteur, on voir pointer la prose salace de Galipette pour affirmer sans vergogne que tout va bien, madame la marquise, au sein d’une G.L.-A.M.F.exemplaire, mais, pour une raison inconnue, que personne ne veut reconnaître. Mais tant qu’il peut contribuer à renforcer cette image exemplaire, avec des commentaires d’une hauteur de vue sans pareille : « ta mythomanie digne d'une vieille prostituée malade du bas ventre, qui coule du pus comme un robinet » ou « Vos attaques sont une sorte de pédophilie vicieuse, qui me donne des nausées » (on se demande ce que la pédophilie vient faire là-dedans, mais c’est sans importance pour Galipette qui se complait dans le « pipi-caca » !) et qui, au déni de toute réalité, affirme pour mieux s’en convaincre que « Le (sic) GLAMF va très bien, est tranquille, jeune, intelligente, digne et riche ».
Enfin, pour renforcer la rigolade, nos propagandistes se sont trouvé un appui de poids dans la personne du célèbre Joaben, sous un autre pseudo certes, mais dont la prose typique révèle la présence. Avec ce « profane en tablier » qui a mal digéré quelques lectures maçonniques hâtives, on est dans la part de marché et la concurrence. Ses pseudos analyses dont l’ineptie sauterait aux yeux d’un enfant de trois ans, fondées sur des approximations, voire des mensonges (comme je l’ai forcé à l’admettre sur le blog de « La Maçonne ») sont répétées à satiété d’un blog à l’autre (dont il se fait régulièrement exclure) dans un français et une orthographe approximatifs. Beau témoin de moralité pour le blog poubelle que ce triste monomaniaque !
Oui, tout ceci soulève l’hilarité, mais certainement pas celle de nos Frères séparés qui subissent l’opprobre d’être assimilés à cette pauvre cohorte. Comme me le disait récemment, en parodiant Molière, l’un d’eux qui revient à la G.L.N.F. : mais que diable sommes-nous allés faire en cette galère…

Theo 17/05/2016 02:38

Mon frère, merci de cette analyse limpide.

Une question me taraude cependant : comment se fait il que les frères et surtout les dirigeants de l'entreprise Glamf, tolèrent ces faux maçons.

Passons sur le vieillard sénile, il n'est digne d'aucun intérêt tant il ne comprend rien à rien. Il n'a de franc maçon que le tablier et le diplôme usurpé comme chacun sait.

Mais l'avocat qui ridiculise son obédience à force de methodes du pire fascisme, qui pense que la franc maconnerie se résume à une lutte de pouvoir, qui insulte tout le monde, comment peuvent ils tolérer ? Ne pas le sanctionner, est une manière de l'encourager avec l'aval du judoka ?

Même chose pour le tenancier du blog poubelle : comment des maçons sincères peuvent ils tolérer dans leurs rangs quelqu'un qui fait preuve d'une telle malhonnêteté intellectuelle ? Est ce avaliser ces methodes ?

Toutes ces personnes n'ont elles vraiment rien retenu du jour de leur initiation ? J'avoue mon incompréhension face à de telles dérives et grands écarts entre les mots et les actes. Ils nuisent à leurs frères, bien au delà de leur obédience de carnaval.

Je crois qu'ils font rigoler tout le monde, mais la rigolade à ses limites. Ils font à autrui ce qu'ils détesteraient qu'on leur fit...ils ont oublié la seconde partie de cette proposition à force de ne jamais faire le bien qu'ils aimeraient recevoir.

J'espère qu'ils seront vite relégués aux oubliettes par leurs propres frères.

Fraternellement

Arsène Mutin 14/05/2016 23:20

Bonsoir à tous.
Merci Emmanuel de ces précisions qui viennent bien à propos.
Donc, ce document a été signé et envoyé par ses auteurs directement au GM de la GLAMF puis publié, en version intégrale mais anonyme, par le Myosotis Occitan où nous l’avons tous découvert.
Ce diagnostic détaillé de la maladie incurable qui ronge la GLAMF n’est donc pas l’œuvre personnelle et partiale de notre frère Pierre L. comme certains ont tenté de le faire croire, ne serait-ce que pour gagner du temps.
En effet le contenu de ce document correspond à ce qui est dit de longue date sur ce blog dans les articles et les commentaires, comme le rappelle Emmanuel.
Le malaise de la GLAMF vient de son existence même : la GLAMF n’a pas de raison d’être et donc, finalement, pas de place dans le PMF.
Souvenons-nous.
La tentative de prise en main du commandement de la GLNF ayant échoué, on s’est résolu à faire une autre obédience qui viderait la GLNF de son contenu, en « aspirant » ses loges ou à défaut les frères de celles-ci. Une GLNF bis donc, ainsi que l’ont appelée alors certains observateurs.
Saluons ici la remarquable prestation des taupes de la GLAMF restées, pour faire ce boulot, dans les loges de la GLNF, ainsi que celle, conjuguée, des prédicateurs du SCPLF du REAA dans les ateliers dudit, appâtant les carriéristes avec des degrés et des postes d’officiers et mettant les récalcitrants au placard.
Mais alors, pourquoi une GLNF bis et pas une GLDF bis, puisque, finalement, en majorité, c’était les loges du REAA qui étaient convoitées et sensibilisées ?
Parce que le SCDF, instigateur très « présumé », avec son subordonné le SCPLF, de ce projet longtemps muri de captation de la régularité reconnue à valeur mondiale, avait déjà son obédience croupion, la GLDF, créée par lui et dont il contrôle depuis toujours la gouvernance.
Faire un double pour le substituer à l’original, oui, mais faire un double pour avoir les deux mêmes, non. (autant absorber directement les loges REAA de la GLNF, ce que la GLDF a fait parallèlement sans avoir l’air de les solliciter).
La GLNF bis devait ressembler suffisamment à l’originale pour mystifier la GLUA. Un espoir un peu fou, de croire que la vieille anglaise puisse avoir si mauvaise vue et si peu de discernement pour reconnaître dans les traits de la GLAMF ceux de l’enfant qu’elle avait mis au monde en 1913. Pour oser vouloir la convaincre en quelque sorte que l’esprit avait pu changer de corps.
Or, la suite a prouvé que ce n’est pas la GLUA qui avait la vue basse mais ceux qui ont mal lu ses communications sur la suspension de sa reconnaissance à la GLNF.
Résultat : La GLUA redonne sa confiance à sa fille turbulente et repentie, on prend conscience que la GLAMF n’a pas pu et ne pourra jamais faire office de GLNF bis et, qu’en définitive, elle ne sert plus à rien.
Et c’est là que les ennuis commencent, car on ne peut pas traîner indéfiniment une obédience inutile sur les bras, d’autant que si ses membres s’aperçoivent qu’ils ont été manipulés, ils risquent de revenir à leur GLNF d’origine avec une rancune tenace envers les manipulateurs.
Il faut trouver une motivation des troupes pour un autre projet.
On sait qu’au 33ème étage du REAA, on n’est jamais à cours d’idées lumineuses (la proximité du soleil).
La GLUA n’a pas joué le jeu ? Qu’à cela ne tienne, on va la mettre au rebus et inventer une autre régularité et une autre reconnaissance.
A moi les enfants d’Anderson !
Sortons de la naphtaline quelques théoriciens de la maçonnerie un peu connus, vantons-les, remontons-les comme des réveils, ajoutons conférenciers, blogueurs, caricaturiste, directeur de la communication et en route pour une nouvelle campagne d’enfumage.
Ça ne marche pas non plus ? Eh bien tant pis, continuons quand même jusqu’à épuisement des munitions, ça donne une contenance.
D’ailleurs, après tout, le problème, c’est la GLAMF qui l’a, pas la GLDF, ni le SCDF, ni même le SCPLF lequel, la dé-reconnaissance US venue, n’aura plus de raison d’exister en dehors du SCDF.
Et puis, comme chacun sait, il n’existe pas de problème qu’une absence de solution ne finisse par résoudre. (Henri Queuille, ministre de la 3ème)
Allons, il faut oublier, tout peut s’oublier, oublier le temps des malentendus et le temps perdu … (Jacques Brel, évidemment).
Gloire à Alzheimer ! (auteur inconnu)
L’appel de Bâle ? Jamais entendu parler. La CMF ? Connais pas.
La GLAMF ? Quelle …. Ah oui la GLAMF… Une obédience « intéressante », vous savez ...
Ben, ça va, ça va… On leur dit qu’il leur suffit de se reconnaître entre eux pour être réguliers et ça leur va comme ça, … alors…
On pourrait en rigoler, mais on n’en a pas bien envie : il paraît que c’est de franc-maçonnerie qu’il s’agit.
Et puis, allez, il est bien temps que je me taise, ne croyez-vous pas ?.
Salutations fraternelles à tous.
Arsène.

PIERREDULOT 14/05/2016 16:22

Quelle bureaucratie !!! Quand on pense que ceux qui l'ont fabriquée voulaient assurer transparence et clarté par rapport à ce qu'ils jugeaient opacité de la part de la GLNF.
Ils ont réussi à recréer une usine à gaz à la soviétique, et qui connaîtra sans doute la même fin pitoyable.
Plus c'est compliqué, plus il y a de micro pouvoirs, de potentats locaux et de petits chefs à chapeau à plumes...
C'est réussi !!! Vogue la galère, ..... mais ramez !!!

lefreredereccoetsesfreres 14/05/2016 10:08

bonjour Emmanuel ,

heureux de voir que tu vas bien .
effectivement ce qui ce passe est triste , mais les virages a 180° qu'ils ont pris depuis le début laissait présager ce genre de sortie d'autoroute , le conducteur de la voiture ne sachant pas régler sa vitesse et surtout ne sait pas se servir d'un GPS . bref ça promet un beau carambolage .
bises a toi

Melkisedek 19/05/2016 12:57

Nous avons la chance à la GLNF d'avoir un JPS infaillible !

Theo 14/05/2016 02:07

Bonsoir mon frère,

Cet audit interne (puisque c'est bien de cela dont il s'agit) est sans appel.

On le déplore pour les frères qui se sont fait berner il y a quelques années par les belles promesses de ceux qui se rêvaient califes. Beaucoup reviennent, en paix et désireux de rattraper ces quelques années perdues, c´est tres bien ainsi.

On le regrette amèrement pour ceux qui ont été initiés à marche forcée pour aider à remplir les caisses vides de la Glamf depuis ca création. Tu imagines leur déception lorsqu'ils vont se rendre compte de l'usurpation dont ils ont été victimes, qu'ils ont été pris pour des pigeons et sont désormais membres d'une obédience qui ne se construit sur rien mais contre tout, dont la pratique maçonnique les éloigne chaque jour des principes ancestraux de régularité. C'est triste avant tout.

Je ne sais pas si tu as eu l'occasion de lire la gazette interne de la Glamf, mais c'est édifiant. Ils osent se livrer à un véritable révisionnisme de l'histoire maçonnique, jouant aux équilibristes avec les mots, les dates, les textes, pour en arriver à des conclusions abracadabrantes qui n'ont ni queue ni tête. Et ce sont les initiés récents de la Glamf a qui ils vendent cette soupe infâme qui paient les pots cassés, pris pour des idiots de bout en bout.

C'est probablement ce qui manque dans cet audit, au demeurant fort lucide pour le reste. Il manque de dénoncer fermement cette tendance à réviser l'histoire, avec des methodes de véritables terroristes intellectuels. Ils font à la maçonnerie ce que d'autres font à l'islam aujourd'hui : ils la salissent, l'utilisent pour monter les uns contre les autres, pour endoctriner les plus "jeunes" avec des mensonges. A l'image de ce qu'ils font sur le blog dont le seul objet est de deverser leur haine et assouvir leur rancoeur, tels des mollahs combattants de l'ombre la plus,misérable.

Il n'y a qu'à voir leurs constants retournements d'alliances, leurs amis d'hier devenant leurs ennemis d'aujourd'hui à tour de rôle.

Tout cela me rend triste pour eux, pour la maconnerie et surtout pour ceux qui sont les victimes de leurs manœuvres. Heureusement que de plus en plus ouvrent les yeux et finissent par nous rejoindre. Meme un jeune apprenti me disaient il y a peu son desarroi et sa déception de découvrir que la maconnerie peut être aussi galvaudée par des maçons qui, le temps d'une tenue, sont dégoulinants de beaux mots qui sont oubliés sitôt la porte du temps rouverte.

Espérons que cet audit interne de la Glamf aura de vraies conséquences et qu'une grande majorité des frères reviendra progressivement à une maconnerie de tradition, régulière, apaisée, constructive. C'est notre responsabilité de les y aider et de les accueillir avec bienveillance.

Merci de ta vigilance et de nous avoir fait espérer grâce à cette information.

Theo

cincinnatus 13/05/2016 22:27

Hé bé, comme dirait l'aimable Mr Bayrou, la GLAMF me semble bien mal "barrée ", mais qu'en est il ailleurs?
Quand je lis le paragraphe ci dessous du manifeste des trublions de la GLAMF , sans doute le seul qui m'intéresse, à savoir:

• Réaffirmer l’intangibilité des principes fondamentaux

...je ne puis qu'y souscrire et je crois reconnaître dans ce texte ce qui m'avait conduit à rejoindre les "fils de la lumière"
Tout y est:
* la foi en un principe divin
* le respect des anciens landmarks
* celui des basic principles et notamment: "la régularité originelle de fondation de la Grande Loge par trois Loges régulières, l’exposition pendant le travail en Tenue, des trois Grandes Lumières de la Franc-Maçonnerie : la présence du Volume de la Loi Sacré, la Bible, ouverte en Loge, sur lequel le Franc-Maçon prend ses obligations, l’Equerre, et le Compas, la pratique dans le cadre de la Grande Loge, de la voie masculine de l’Initiation Maçonnique, à l’exclusion de toute mixité du travail en Tenue,l’assurance que la Grande Loge, gouvernée par elle-même, exerce sa juridiction incontestée sur les Loges symboliques du Métier d’Apprenti, de Compagnon et de Maître Maçon, de manière indépendante, sans partager sa gouvernance avec aucun autre organisme maçonnique, la stricte interdiction de toute discussion de sujets politiques ou confessionnels au sein de la Loge."
Ouf j'en ai terminé avec cet inventaire!
Tout cela est bien joli et m'agrée parfaitement, mais qu'en est il de la réalité...même à la GLNF!
La Bible ouverte dit on, oui bien sur à condition toutefois de ne point s'essuyer les pieds dessus, sinon mieux vaudrait mettre à sa place l'annuaire des chemins de fer ou le Kamasoutra et j'avoue que la montée au créneau de JPS à propos de cette obédience américaine qui n'aime guère les pratiquants du "culte uranien" m'a complètement abasourdi!
Le GM n'aurait il jamais lu le fameux livre sacré?
Quant à la mixité, elle est sérieusement remise en cause par le flirt poussé que l'on entretient avec les obédiences mixtes ou féminines, mais que ne ferait on pas pour paraître "moderne" ?
La encore il faudrait cesser d'être hypocrite, ne croyez vous pas?
Par ailleurs, que ce soit à la GLAMF ou à la GLNF, l'insupportable suffisance des hauts grades, ou réputés tels, vis à vis des ignares des loges bleues m'a profondément déplu et il est bien évident que les "ateliers supérieurs" oeuvrent d'une façon plus ou moins adroite ou brutales à mettre les ateliers symboliques "à leurs bottes" !
Emulation d'origine, "exalté" à l'AR quand même, je n'ai que faire des titres ronflants que les uns et les autres se plaisent à mettre en avant, mais si la chose les amuse et leur donne une haute opinion d'eux mêmes, tant mieux!
Bref, dans tout cela on cherche la Maçonnerie, celle que j'aimais et que je ne reconnais plus...comme telle!

le voyageur 13/05/2016 22:25

TC Emmanuel,
ce qui gêne le plus nos Ecossais (REAA) de la GLAMF c'est la menace pour leur fleuron SCPLF de perdre toutes relations avec les autres SC.
Déjà le SC anglais avait donné le premier signal...les ancêtres du SC "sud" Etats-unis les ont averti aussi d'une perte de leurs relations.
Restent encore les vassaux européens mais qui ont la crainte de voir les "Français" dans une impasse.
En effet, malgré la fierté bien connu des Ecossais (de France et d'ailleurs) l'internationale des SC peut de moins en moins maintenir une "indépendance" par rapport aux GL dont ils émanent..
Ce qui prime de plus en plus,c'est la cohérence:
- les FF quelque soit la grande juridiction, doivent appartenir à une GL reconnue ou accepter de rejoindre les FF "non reconnus".
Or, les "casquettes violettes" (33è dirigeants) du SCPLF ne veulent pas perdre ce qui a fait déjà l'exode des années 60 du REAA de la GLDF vers la GLNF...c'est à dire la quête de la reconnaissance internationale.
D'où le "camouflage" il y a quatre ans des dirigeants dans des GL "reconnues" afin de conserver un semblant de conformité.
Mais, les "Français" (du rite français) de la GLAMF, écartant l'idée d'être un jour reconnus et voulant profiter des inter-visites (avec les autres GL non-reconnues) sont entrain de faire disparaitre toutes possibilités de séduire la GLUA un jour...
Alors, "on" tente un dernier essai de maintenir une "GLAMF" "régulière"...et même de placer ci et là, en fonction des ouvertures, des FF membres du SCPLF dans des GL voisines de nos frontières afin d'essayer de modifier le pourcentage de FF "reconnus".
Bref, c'est le plan D (comme dernière chance?).
En attendant, l'élection du futur "président" du SCPLF s'annonce brulante...
C'est le moment de rappeler que ce SC est géré par les 33 "violets" (seuls membres avec droit de vote).
Très fraternellement.

Mathius 13/05/2016 21:02

Mon bien aimé frere Emanuel
Mais depuis le début je m'égosille ã dire que la glamf n'est qu'une association para maçonnique destinée à détruire la GLNF pour avoir le ticket de maçon régulier en vue d'amoindrir la grande loge d'Angleterre comme grande loge mère . Leur but était de crėer sur le vieux continent une association de grandes loges européennes qui pourrait manipuler la régularité maçonnique mondiale. C'est même plus en Dieu mais au père noël qu'il faut croire pour penser que cela allait marcher.
Ils n'ont pas comprit grand chose à la fraternité maçonnique et se retrouvent aujourd'hui ã se noyer dans d'interminables mots en croyant etre repêcher par une spiritualité qui n'ont jamais eu. Je réaffirme que les hauts grades sont fait pour des compagnons incapables d'assumer la maîtrise. La glamf est la démonstration de mon affirmation. Que les frere sincères de la glamf assument leurs erreurs en les assumant , c'est cela l'initiation maçonnique.
Je t'embrasse ainsi tous nos frères.

Chicken Run 13/05/2016 20:37

Ce manifeste serait tragi-comique s'il n'était en réalité pathétique et l'épilogue d'une mort annoncée, inéluctable, en dépit d'ultimes soubresauts dont nous vivons la un nouvel et peut être ultime épisode.
Toute cette malheureuse aventure dans laquelle les Frères de la GLAMF ont été entrainés, s'est construite autour d'une triste prophétie, d'un réel malentendu en fait, qui s'est démenti au grand dam de ceux qui ont voulu faire croire que la GLNF était appelée à disparaître et que le vide ainsi créé offrait des places à prendre.
La crise que connaît la GLAMF est en effet celle de son identité, qu'elle n'a su ni créer ni imposer dans le paysage maçonnique français, dans lequel elle n'a pas sa place.
Elle voulait être la seule Obédience régulière française et faisait de la reconnaissance le socle de sa légitimité. Elle a perdu ce pari prétendument fondateur, au profit de la GLNF. Pas besoin d'une GLNF "bis".
Elle voulait se construire autour de ses maisons du Rite et principalement celle du REAA. Pas besoin d'une Grande Loge de France bis.
Elle voulait imposer à ses membres la voie substituée déiste au nom d'une libre pensée "libérée" de la transcendance, ni D... ni Maître ? Pas besoin d'un Grand Orient bis.
Elle voulait ouvrir ses Loges aux autres Obédiences et commençait à envisager la mixité, pas besoin d'un Droit Humain bis.
Elle voulait conforter sa place de plus en plus isolée et trouver un semblant de légitimité au sein d'une Confédération Maçonnique qui désormais n'a pas davantage besoin d'elle ni d'une telle coquille vide.
Alors oui, tout cela serait en effet tragi-comique, si cette coupable aventure n'avait pas attiré dans sa chute des Frères, nos Frères.
Sachons leur ouvrir nos cœurs et s'ils le souhaitent, nos bras.

Condorcet 13/05/2016 19:33

Je ne suis pas informé des problèmes de la GLAMF, comment le pourrais je d'ailleurs, mais par contre je sais qu'une chasse aux sorcières est en cours contre certains FF qui ont osés résister à l' appel de Bâle et ses conséquences. Si la GLAMF est malade, la GLDF commence a être atteinte par le virus du dogmatisme.

Claudius 14/05/2016 20:29

A vous lire les uns et les autres, après 36 ans de Maçonnerie, si j'y ai cru,hélas c'est l'inverse, par vos propos vous montrez une Maçonnerie où toutes les obédiences sont présentées comme décadentes en recherche d'une pluralité sociale qui se développe dans tous les sens n'ayant plus aucune orientation spirituelle, mais bouffée par la modernité, la course au profit, aux honneurs,les luttes d'influence, nous sommes loin de la ferveur des constructeurs de cathédrales. Contacter un profane en lui présentant les vertus de cette franc maçonnerie en pleine lutte d'influence c'est devenir un parjure en tant que parrain.
Les obédiences sont montées dans le même train que les pauvres types qui se déchirent à la tête de notre pauvre France en voie d'islamisation;a terme la Franc Maçonnerie y sera balayée !!!!!
Claudius

Présentation

  • : Le Myosotis du Dauphiné Savoie - Le Blog de Fidèle d'Amour -
  • : Tribune créée dans un premier temps pour restaurer les valeurs éthiques et morales de la Franc-maçonnerie de Tradition dans la GLNF. Désormais, ayant contribué au succès de cet objectif, elle se consacre à la défense de ceux-ci, à la défense de la GLNF contre des attaques extérieures, et à promouvoir une vision de la Franc-maçonnerie régulière. Par ailleurs, seront présentés des articles reflétant mon étude, mes lectures, mes engagements, et mes sympathies.
  • Contact

Référence et remerciements:

 

Par arrêt en date du 20 mai 2015, la cour d’appel de Paris a confirmé le jugement rendu le 6 mai 2014 par la chambre de la presse du tribunal de grande instance qui m'a déclaré coupable de diffamation publique envers François Stifani et Sébastien Dulac, à raison de la diffusion d’un message diffusé le 22 septembre 2010 sur le blog le myosotis-dauphine.savoie.over-blog.com. Je considère cet évènement comme l'attribution d'une Légion d'Honneur.

Merci aux soeurs et frères très nombreux qui m'ont soutenu dans ce combat de cinq années dont je m'honore, et dont je ne regrette rien.

Recherche