Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2014 7 20 /04 /avril /2014 16:14

Les différents évènements qui se sont succédé depuis l’Installation du Grand Maître en décembre 2012, particulièrement depuis la Conférence des Grands Maîtres américains, y compris l’échec de Monsieur François Stifani qui attaquait la GLNF devant le Tribunal de Grandes Instances de Paris, ont créé une situation nouvelle que nous ne connaissions plus depuis l’élection de ce dernier personnage en 2007. Nos efforts et notre vote quasi unanime en faveur de nos nouveaux statuts, nous mettent sur la bonne voie en vue du rétablissement de la reconnaissance de la GLUA vis-à-vis de la GLNF. 

Face à cela, il semble bien que tous les adversaires de notre Obédience, soient en déroute.

Pour les Frères de la GLNF, c’est la première revanche de la justice : Le destin châtie les ennemis de toutes sortes de la GLNF, ceux qui s’en sont pris à eux en les bafouant dans leur intégrité.

Pour cela, ce blog a déjà rendu hommage au Grand Maître et à son équipe, pour le travail considérable qu’ils ont accompli en un laps de temps réduit.

Mais il y a aussi – et surtout – le travail énorme des Frères obscurs, ceux dont le nom n’apparait pas ou presque. Ceux qui du fond de leur loge éloignée de Paris (sans oublier pour autant les frères parisiens) qu’ils soient d’Alès ou de Nangy, de Rieux-la-Pape, de Villeneuve d’Ascq ou de Bastia, de Maine-Atlantique, d’Auvergne, de Bretagne, de St-Denis de la Réunion ou de Tahiti ont dit non aux dérives du passé, tout en faisant confiance aux ressources et aux valeurs de la GLNF pour rejeter les responsables du désastre loin de nous.

Ce combat, nous l’avons mené chacun avec nos moyens, chacun à sa place, comme nous le pouvions.

Nous avons servi la GLNF et elle seule. Nous l’avons libérée (au sens propre).

Nous avons battu un véritable ennemi de l’intérieur, nous avons chassé trois mauvais compagnons. Pas plus, par la volonté réconciliatrice du Grand Maître Jean-Pierre Servel, annoncée dès avant son Installation.

Nous avons arraché le bâillon que ces mauvais compagnons ont voulu nous enfoncer dans la gorge, ainsi que les chaînes qu’ils voulaient imposer à nos membres, et chacun peut désormais faire entendre sa voix.

Grâce à l’action de ces Frères, après quatre années d’indicibles épreuves, la GLNF reparaît. Elle  reparait en masse, rassemblée, enthousiaste, sous les plis de sa bannière. Et cette fois, elle reparaît unie.

Ceci met particulièrement en relief l’absurdité des (grands ?!...) projets qui visaient à utiliser les efforts des Frères de la GLNF en faisant abstraction de ceux-ci ! Leurs auteurs travaillant probablement à l’aune de leurs propres valeurs ont sans doute imaginé que ceux qui affrontaient les dérives passées ainsi que leurs auteurs, allaient au combat sans se soucier des raisons pour lesquelles ils prenaient tous les risques…Bref, ces théoriciens, prétendument « réalistes » et « Respectables », ont pu concevoir que, pour les Frères de la GLNF, et pour eux seulement, l’effort était susceptible d’exister en dehors de la morale. Nous déclarons à ces « réalistes » qu’ils ignorent la réalité. Les Frères qui ont combattu la gouvernance déchue, de manière désintéressée, non pas pour les intérêts d’un clan, d’une juridiction ou tout simplement d’égos en mal de titres mal acquis, l’ont fait pour la GLNF elle-même, et pour les valeurs fondamentales et profondes que nous ont transmises nos anciens, pétries de spiritualité, de morale et d’éthique.

Par opposition, tout système qui aurait durant ce temps été établi sur la base du mensonge mène à l’aventure ou à l’impuissance. L’actualité de ces derniers mois en atteste.

Maintenant que nous sommes libérés des entraves tant internes qu’externes,  il nous appartient bien-sûr de maintenir l’effort sur nous-mêmes. Après avoir glorifié les sacrifices, l’effort, et l’action, entretenons maintenant la flamme du renouveau. Nous avons identifié parfaitement les causes de notre malheur, parmi lesquels figurent le manque de propension initiatique de certains, le manque de formation d’autres, nous savons que nous avons à lutter aussi contre les mauvais penchants habituels de l’être humain.

La marée d’enthousiasme qui nous soulève aujourd’hui, nous indique que l’épreuve est en voie de se terminer, et se dessine la fin du pire drame de notre histoire.

Nous pouvons désormais à nouveau lever la tête, et nous serrer fraternellement les uns contre les autres, dans cette victoire, et vers notre nouvelle destinée.

Dans ce renouveau, nous sommes animés par le désir de réconciliation, d’union et de fraternité envers tous les Frères qui nous ont quitté honorablement, plutôt que par désir de vengeance, car au-delà des griefs imputables à une poignée d’ambitieux sans foi ni loi traîtres à la fois à leurs serments et aux valeurs maçonniques, demeure la fraternité qui lie les Frères de bonne foi, et les espoirs qu’elle suscite.

A n’en point douter, puisque le Grand Maître l’a réaffirmé à diverses reprises, la GLNF de demain ne se figera pas dans une attitude de rancœur à l’égard de frères qui ont vu la lumière en son sein, et que rien de fondamental ne sépare de nous.

J’en veux pour preuve que les différentes loges auxquelles j’appartiens, vont réintégrer prochainement des Frères qui nous avaient quittés. Un même phénomène peut s’observer au sein de toutes nos Provinces, et c’est tant mieux.

La voix de cette GLNF écrasée mais grondante et assurée, dorénavant libérée et mature, couvre, dorénavant le chuchotement des intrigues et les palabres des combinaisons de toutes sortes.

Et c’est tant mieux pour la maçonnerie en général.

 

 

P.S. : Bravo et merci à ces maçons de l’ombre qui, à l’exemple de nos Frères Pierre Gab. et Jean-Pierre Pai. (Province du Dauphiné-Savoie) sont venus le 12 avril dernier à Paris pour participer à l’enregistrement des Frères délégués, et qui leur mission terminée et comme ils n’étaient ni membre du SGC ni délégué d’une Loge, sans même rentrer dans la salle, sont discrètement rentrés à leurs domiciles…

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour
commenter cet article

commentaires

HAS 22/04/2014 23:43

TC et BAF Emmanuel,
Bravo pour ton article et tes remarques pertinentes, comme d'habitude!
C'est vrai que nous devons continuer notre travail sur nous et surtout rester fidèles à nos serments. Travailler pour que notre GLNF ne tombe plus jamais dans la situation des ces dernières années.
Pardonnons ceux qui nous ont offensés mais n'oublions jamais leur comportement.
HAS

Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour 23/04/2014 00:14



Bonsoir  Mon
Très Cher Frère HAS,


C’est effectivement un devoir sacré pour chacun de nous de
veiller à ce que jamais les dérives que nous avons connu ne se reproduisent. Tout comme de veiller à défendre la GLNF face aux attaques qu’elle subit à tous les niveaux. Est-t-il admissible, par
exemple, qu’un blog émanation d’une nouvelle obédience puisse impunément injurier les frères de la GLNF en les qualifiant de membres d’une firme mafieuse ?


Très fraternellement à toi.



Cyril78 21/04/2014 10:16

Tu as tout à fait raison MTCF Emmanuel, c'est à tous les Frères que la GLNF doit le grand pas en avant qu'elle vient de franchir le 12 avril. Le consensus qui a présidé à nos travaux du 12 avril
est la concrétisation de l'harmonie qui règne désormais au sein de l'obédience.

Je regrette évidemment beaucoup les attaques bien peu fraternelles qui fleurissent sur certains blogs. On se demande bien pour quoi ces faux Frères tiennent tellement à poursuivre la GLNF de leur
"rancoeur"...

Pour ma part, comme tous les Frères de la GLNF que je connais, nous ne nous occupons pas de ce qui se passe à la GL-AMF ou dans je ne sais quelle obédience. Et nous regardons tous nos Frères
membres de ces obédiences comme... des Frères.

S'agissant de la reconnaissance de la GLUA, nous n'avons pas d'effort particulier à faire sur le fond pour la recouvrer, car nous nous faisons exactement la même conception de la franc-maçonnerie
que la GLUA. Ce qui était vrai en 1913 est toujours vrai en 2014.

Il nous reste simplement à démontrer que ce qui a permis les dérives récentes de l'obédience a été éradiqué : c'est tout le sens de l'événement du 12 avril. D'où le soulagement et la joie, de tous
les Frères de la GLNF.

Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour 23/04/2014 00:09



Bonsoir Mon Très Cher Frère Cyrille,


Comme au commentateur précédent, je te demande pardon de
mettre en ligne ton commentaire avec un décalage de deux, jours, cela est dû au fait que j’ai été éloigné d’Internet par les célébrations de Pâques…D’ailleurs, comme en ce qui le concerne,
j’abonde dans ton sens. Quand à ce qui concerne les auteurs d’attaques contre la GLNF et les organisations qu’ils prétendent incarner, je ne m’intéresse à leur sujet que dans la mesure où ils
calomnient la GLNF et injurient ses frères…Et saurait apporter la réponse adéquate.


Très fraternellement à toi.



Bastien 20/04/2014 23:50

Mon Bien Cher Frère
tout en partageant ton point de vue sur 99% de ton article, permets moi de te livrer une vision personnelle : il n'y a plus d'ennemis de la GLNF.
Il y a des Frères d'autres obédiences.
Parmi eux, certains frustrés, qui, au lieu de construire leur propre édifice, tentent de détruire le nôtre. Ils me rappellent ces enfants, à la plage, qui, incapables de construire un château de
sable aussi valeureux que le nôtre, essayent de nous le casser, ou, moins courageux encore, prient pour qu'une vague emporte notre édifice.
Leur nombre est inversement proportionnel au bruit qu'ils font.
Laissons les à leurs incuries, on ne peut faire le bonheur de quelqu'un malgré lui.
Ceux encore qui, réfléchissant à postériori, réalisent, non qu'ils ont eu tord, mais simplement qu'ils se sont trompés. Ils méritent notre pardon le plus Fraternel (ne devons-nous pas nous
pardonner nos erreurs) si leur erreur était, justement, une erreur et non une faute (partir en laissant une "ardoise" et en sachant que c'est aux FF de notre Loge de régler est une faute Grave)
Enfin, ceux qui, en leur âme et conscience, se trouvent mieux ailleurs. Ils méritent notre respect, comme le méritent tous les FF de toutes les obédiences. A leur façon ils sont de belles personnes
, ne nous jalousent pas ni ne nous méprisent, sont démunis de toute arrogance à notre encontre comme nous le sommes à leur égard, et tout dialogue avec eux est fraternel et fructueux. Je leur
souhaite le meilleur.
J'ai dit.

Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour 23/04/2014 00:04



Bonsoir Mon Très Cher Frère Bastien,


Je te demande pardon de mettre en ligne ton commentaire avec
un décalage de deux, jours, cela est dû au fait que j’ai été éloigné d’Internet par les célébrations de Pâques…


Merci pour ton point de vue que je ne peux que partager…A
ceci près que ceux que je qualifie d’ennemis, continuent encore à œuvrer par différentes campagnes de calomnies auprès des obédiences amies, afin de tenter d’empêcher le retour des
reconnaissances…


Il est vrai que ces personnages sont si
« crédibles » qu’ils nous en informent aussitôt !


Très fraternellement à toi.



Présentation

  • : Le Myosotis du Dauphiné Savoie - Le Blog de Fidèle d'Amour -
  • : Tribune créée dans un premier temps pour restaurer les valeurs éthiques et morales de la Franc-maçonnerie de Tradition dans la GLNF. Désormais, ayant contribué au succès de cet objectif, elle se consacre à la défense de ceux-ci, à la défense de la GLNF contre des attaques extérieures, et à promouvoir une vision de la Franc-maçonnerie régulière. Par ailleurs, seront présentés des articles reflétant mon étude, mes lectures, mes engagements, et mes sympathies.
  • Contact

Référence et remerciements:

 

Par arrêt en date du 20 mai 2015, la cour d’appel de Paris a confirmé le jugement rendu le 6 mai 2014 par la chambre de la presse du tribunal de grande instance qui m'a déclaré coupable de diffamation publique envers François Stifani et Sébastien Dulac, à raison de la diffusion d’un message diffusé le 22 septembre 2010 sur le blog le myosotis-dauphine.savoie.over-blog.com. Je considère cet évènement comme l'attribution d'une Légion d'Honneur.

Merci aux soeurs et frères très nombreux qui m'ont soutenu dans ce combat de cinq années dont je m'honore, et dont je ne regrette rien.

Recherche