Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 08:40

Le Myosotis de Lutèce et le Myosotis du Dauphiné-Savoie, même s’ils partagent une vision commune de la F.’.M.’., c’est-à-dire éthique et morale, n’ont pas la même ligne éditoriale, ce que nos lecteurs auront remarqué depuis longtemps.

Cependant sur de nombreux sujets, ils sont d’accords, particulièrement s’agissant de l’ancienne gouvernance désavouée…

Il en va visiblement de même, concernant l’administrateur judiciaire de le GLNF, Maître Monique Legrand…

C’est ce qu’il ressort d’un article publié aujourd’hui par le Myosotis de Lutèce, qui va dans le même sens que celui publié par le Myosotis du Dauphiné-Savoie et qui avait donné lieu à un communiqué menaçant de la part de Madame Legrand, envoyé par mail à tous les membres de la GLNF.

En résumé, si les Frères de la GLNF sont capables de se diviser sur bien des sujets, il apparaît que concernant Maître Legrand, ils soient unanimes, qu’ils aient choisis les différentes oppositions, ou encore la gouvernance…Elle aura au moins réussis cela !

Partager cet article

Repost 0
Published by Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour
commenter cet article

commentaires

NEMO 01/06/2012 12:06

Mon Frère Emmanuel, il me semble entendre la sonnerie "aux morts", la guerre est en passe de s'achever.
Guerre d'usure s'achevant par des mouvements de troupes, les légitimistes chassés des loges en scission se sont repliés sur des ateliers à fortes proportions de tabliers bleus, les rebelles se
dispersent les uns quittant définitivement la FM, d'autres tentant leur chance vers d'autres obédiences, ou décidant de rejoindre la belle au bois dormant.
Au delà des sempiternelles échéances juridico-administratives, on sent bien que le "coeur" n'y est plus, la lassitude est dans tout les camps.
Je pense que nous avons tous contractés un "deal" non écrit "libérateur"..........: "Chacun chez soi, Dieu pour tous !"

Finalement on est tous content, les uns ont repris leur liberté, les autres ont conservé ou acquis des "honneurs".

Le divorce est préférable aux casserolles sur la figure et puis , il faut penser aux enfants (les apprentis et futurs candidats) !

Cette histoire aura été bien "étrange", à titre perso, ella est inextricable émotionnellement parlant, connaissant et appréciant des FF dans les 2 camps.

Il y a peu j'ai visité un atelier stifanien, il y régnait une drôle d'atmosphère, à la fois du soulagement de voir partir les facheux, mais aussi du dépit, bien évidemment "consigne" de minimiser
les défections et puis "recrutement" à tour de bras.....il faut bien combler le "manque à gagner".

Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour 01/06/2012 12:12



Bonjour Mon Bien Aimé
Frère Nemo,


Je n’aurais pas pu
écrire autre chose que toi…


Tu résumes
parfaitement la situation présente…


Très fraternellement
à toi…



veritas 27/05/2012 09:55

Nouveau commentaire à la suite du texte figurant sur ce blog du 19.05.12 contenant le texte d'une lettre adressée au Garde des Sceaux.

Sans avoir à donner un avis sur l'opportunité de cette lettre, je me permets d'émettre un avis sur certaines remarques faites par les intervenants.

- Il est parfaitement exact que "les sociétaires de la GLNF" pour reprendre les termes employés dans la lettre, sont dans l'attente "du départ de M. Stifani", auquel il n'est pas possible
actuellement de donner la qualification de "Grand Maître", étant donné qu'il a donné sa démission le 21 janvier 2011.
- Ce qui est qualifié de retard dans les attentes vise les résultats de diverses procédures en cours, dont il est très difficile de connaître l'évolution, alors que M. Stifani persiste à se
déclarer "G.M.", d'une part, et la difficulté qu'a éprouvé (et qu'éprouve encore) la Cour d'Appel de Paris de vider son délibéré dans une procédure "jumelle" (1).
X X
- Concernant ce point particulier, il explique (2) pourquoi cette affaire plaidée le 5 avril 2011 avec un arrêt devant être rendu le 24 juin 2011 a fait l'objet d'un arrêt partiel (certes mais très
important) le 13 janvier 2012 assorti d'un renvoi sur un point particulier à la mise en état au 02.02.12. Je n'ai pu savoir ce qui a été décidé le 02.02.2012.

- La raison provient d'une intervention incidente d'un groupe de 14 personnes, suivie par Me Patrick Berard (n° 43512), plaidée le 5 avril 2011. Ses conclusions, à la suite d'une errance non
expliquée, ne sont parvenues que le 1er juillet 2011 à la cour, alors que l'arrêt devait être rendu le 24 juin 2011. (page 7 de l'arrêt).

- La Cour d'Appel, respectueuse du principe de contradiction due à toute partie, ce qui est parfaitement normal dans le domaine du droit, s'est trouvée dans l'obligation de révoquer l'ordonnance de
clôture, de renvoyer le dossier à la mise en état pour le cas particulier de cette procédure incidente, tout en déclarant dans son arrêt contradictoire le 13 janvier 2012 que M. Stifani était
irrecevable en son intervention de "Grand Maître" du fait de sa démission de ces fonctions.
Ce faisant, la Cour a évité qu'un pourvoi en Cassation puisse avoir quelque chance de succès, ce qui n'empêche pas que l'arrêt prononcé soit judicieux et juridique. Il déclare que M. François
Stifani est irrecevable en son intervention volontaire sous la qualification de "Grand Maître": il ne reste que simple adhérent de l'association.
Dès lors, toutes les décisions prises par M. Stifani à partir de sa démission (21 janvier 2011) sous la prétendue qualité de "Grand Maître" sont sans valeur.

Or, si M. Stifani, nonobstant cette absence de qualité, a pris de multiples ordonnances (exclusions - nominations - créations) et a ainsi entendu composer un collège électoral à sa dévotion... à
l'instar d'Olivier Cromwell en Angleterre au 17ème siècle constituant un parlement de 150 membres, qui fut appelé "Parlement de Barchones" ou "Parlement croupion".
Il est manifeste que les votes émis dans de telles conditions par une tel collège sont sans valeur et ce n'est pas le recours à un prétendue "Commission de Recours", curieusement composée elle-même
(même procédé) ou à une société commerciale civile "Sécurity.." qui peuvent effacer cette nullité. Il faut seulement en déduire les conséquences.

x
x x

Il reste à faire le point et la liste des instances en cours et de préciser le point des procédures pour en déduire ce que de droit. Il serait intéressant d'obtenir la liste des votants aux
assemblées du "S.G.C.". Liste que je n'ai pu obtenir.
Voilà les faits.

Véritas.



(1) Ce nom est significatif. Il fait allusion aux jumelles utilisées dans les théâtres et autres lieux, avec une particularité: être employé dans une direction donnée autre que celle de l'objectif.
Le terme est évocateur.

(2)La lecture du texte de l'arrêt est très intéressante. Il faut s'y reporter.

brutus 24/05/2012 20:30

C'est étrange Jean M. à complètement disparu. Il va bien j'espère. Tu as des nouvelles ?

Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour 29/05/2012 09:33



« Résistants » recherchent J.M. désespérément !!!



Présentation

  • : Le Myosotis du Dauphiné Savoie - Le Blog de Fidèle d'Amour -
  • : Tribune créée dans un premier temps pour restaurer les valeurs éthiques et morales de la Franc-maçonnerie de Tradition dans la GLNF. Désormais, ayant contribué au succès de cet objectif, elle se consacre à la défense de ceux-ci, à la défense de la GLNF contre des attaques extérieures, et à promouvoir une vision de la Franc-maçonnerie régulière. Par ailleurs, seront présentés des articles reflétant mon étude, mes lectures, mes engagements, et mes sympathies.
  • Contact

Référence et remerciements:

 

Par arrêt en date du 20 mai 2015, la cour d’appel de Paris a confirmé le jugement rendu le 6 mai 2014 par la chambre de la presse du tribunal de grande instance qui m'a déclaré coupable de diffamation publique envers François Stifani et Sébastien Dulac, à raison de la diffusion d’un message diffusé le 22 septembre 2010 sur le blog le myosotis-dauphine.savoie.over-blog.com. Je considère cet évènement comme l'attribution d'une Légion d'Honneur.

Merci aux soeurs et frères très nombreux qui m'ont soutenu dans ce combat de cinq années dont je m'honore, et dont je ne regrette rien.

Recherche