Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 10:23

Notre Bien Aimé Frère Sun Tzu nous a fait parvenir cette Tribune Libre remarquable, véritables paroles de maçon digne.

Ce qui nous rafraîchit et semble comme une oasis au milieu d’un désert de désolations.

Une fois encore, je m’identifie parfaitement à son message, à sa vision, et à sa façon d’appréhender les choses.

Son analyse, faisant suite à l’article précédent concernant les purges de Grands Maîtres Provinciaux qui se sont placés sous l’autorité administrative de Maître Monique Legrand, est lucide et impartiale. Sans concession. Elle est en même temps, de manière évidente, un cri du cœur fraternel à François Stifani.

Sun Tzu tente de lui ouvrir les yeux sur les réalités telles qu’elles sont, perçues par l’ensemble de nos frères tout comme par les puissances maçonniques étrangères, et le supplie d’en tirer les seules conséquences possibles. Ceci exprimé sans la moindre agressivité, sans la moindre once de haine ni de mépris.

Quelques soient les critiques virulentes de mon propre camp que cela pourra encore déclencher à mon endroit, je prends ici l’engagement qu’au cas Sun Tzu serait entendu, j’aiderai de toutes mes forces et moyens à accompagner le départ de l’ancien G.M. de ses charges…

Puisse François Stifani, qui prendra connaissance de cette Tribune aujourd’hui même, entendre le message qui lui est adressé…

 

« Le problème pour notre ex Grand Maitre est qu’il réagit de façon épidermique et juridique.

Epidermique parce que l’idée qu’il se fait de sa personne et de sa responsabilité prend le pas sur la commune mesure à donner et à l’une et à l’autre à l’aune des principes d’une Franc maçonnerie Régulière et traditionnelle.
Certains, plus érudits que moi en la matière, diraient brièvement et sévèrement que cela tient à son égo boursoufflé à l’image du ruminant et du batracien chers à Monsieur La Fontaine. 

Ce serait sans doute exagéré même si l’image est parlante.

Juridique parce qu’il met en avant des textes de règlements et Constitution quand c’est de simple morale, ce qu’il qualifie également d’Ethique maçonnique, dont s’agit.

La morale, seule,  suffit à comprendre effectivement que l’on ne peut avoir raison contre tout le monde et qu’un simple état des lieux de la GLNF en interne comme des diverses atteintes à sa réputation en externe suffit à se convaincre du caractère néfaste de sa gouvernance.

Ce n’est pas se vouloir gratuitement méchant que de le déclarer mais seulement constater des faits aisément vérifiables par tous.


Mon Frère, François Stifani,  si vous avez encore réminiscences voire quelques bribes de votre régularisation en notre sein, vous devez savoir en tant que FM  que l’on ne peut indûment et égoïstement compromettre et hypothéquer  l’avenir pour jouir du présent !

La Franc maçonnerie nous oblige à transmettre et donc à sauvegarder les acquis de nos prédécesseurs, pas à les brûler sur le bucher des vanités et des  honneurs.


Vous aviez comme ambition légitime installé à votre poste de jouir de la charge confiée.
Les résultats affichés actuellement tenant au bonheur des FF suffisent à prouver que vous n’y êtes pas parvenu pour des raisons qui vous sont propres et qui tiennent uniquement au style de la  gouvernance mise en place,  aux règles déficientes élaborées depuis plusieurs années et illustrées par les textes qui nous régissent qui vous ont permis de faire et, malheureusement, au manque de prise en compte des FF sur le caractère dangereux desdites règles conjuguées à mauvais escient .

Ils sont excusables dans la mesure où ils plaçaient leur confiance dans ceux d’entre nous chargés pour un temps d’administrer leur Obédience sans trop se questionner  même si certains travers perçaient depuis quelques temps et sous d’autres administrations.

Ils revendiquent le bonheur de se retrouver en loge (la Joie soit dans les cœurs)  et, à dire vrai, Paris leur parait loin ! Mais ils sont tristes de voir leur chantier en déshérence, les Ff s’invectiver, se désolidariser, ne plus partager en commun et de n’avoir aucune visibilité sur leur avenir au sein de leur GLNF.

De cela, Mon Frère, tu es le principal responsable parce que lorsque l’on est le chef, on assume les honneurs comme les peines et les tourments.

La grande majorité de tes Frères actuellement, même s’ils ne sont pas tous convaincus ni  des fins du mouvement FMR ni de la forme employée pour y atteindre, ni d’autre mouvement innervé par d’anciens hauts responsables, même s’ils ont été un moment séduits par la défense de ta fonction,  font le constat navrant et amer que l’association dans laquelle ils sont entrés librement court à la ruine qui n’abrite déjà plus pour certains de nos FF étrangers, la Régularité en France !

Tu n’es déjà plus salué lors des diverses réunions nationales ou internationales, pas plus que les santés ne te sont destinées lors des agapes !

Si tu as vraiment souci de la pérennité de l’Obédience, il est temps, Mon Frère, de savoir que ton devoir te place dans l’obligation de tirer les conséquences de tes actes et de donner ta démission de ta charge.

Je ne suis pas du mouvement FMR à qui je  reconnais cependant une antériorité mais s’il fallait comme on le lit parfois que, seuls, les premiers à dire non ne soient que ceux qui comptent, ils seraient bien peu à pouvoir s’exprimer aujourd’hui !

Un homme qui dit NON est bien plus dangereux qu’un homme qui dit OUI !

Peu importe le moment ou le NON a été prononcé ! Quoi qu’en disent certains !

Sois à la hauteur de ta fonction et installe l’Ethique maçonnique à sa juste place.

Illustre ton renoncement à ta charge non pas comme une défaite vis-à-vis de tel ou tel, peu nous chaut et nous n’ambitionnons pas de t’affliger, mais simplement par juste appréciation de tes devoirs à l’aune de la morale et volonté de restaurer l’Harmonie dans nos rangs afin d’éviter un naufrage collectif.

Allons, Mon Frère ! Un sursaut ! Salutaire !

Convaincs-nous de la pertinence de ton engagement dans nos rangs ! Même s’il t’en coûte et même si cela est difficile ! Tu seras alors salué comme il se doit et tu épargneras bien des soucis, des peines et des dépenses pour une fin de toute façon inéluctable !
Ou alors, tu prêteras le flanc, ad vitam aeternam, à la suspicion de l’intérêt personnel et forcément pécuniaire dans l’idée des Frères même si cela n’est pas.

Cela t’a déjà couté la confiance que chaque F. doit avoir en celui qu’il porte à la plus haute fonction de notre Obédience !  N’en rajoute pas ni pour toi ni pour ton nom ni pour la trace que tu laisseras dans l’histoire de la GLNF.

Puisses-tu pouvoir te regarder dans un miroir dans l’avenir sans te poser de questions. C’est tout le bien que je te souhaite mais tu es le seul à pouvoir répondre car seul, tu en as les moyens ici et maintenant.

L’œil de la conscience, celui qui regardait Caïn jusque dans sa tombe, ne connait aucune limite.

Épargne-toi ces affres que nous ne te souhaitons pas, Mon frère. »

Sun Tzu

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Myosotis du Dauphiné Savoie - Le Blog de Fidèle d'Amour -
  • : Tribune créée dans un premier temps pour restaurer les valeurs éthiques et morales de la Franc-maçonnerie de Tradition dans la GLNF. Désormais, ayant contribué au succès de cet objectif, elle se consacre à la défense de ceux-ci, à la défense de la GLNF contre des attaques extérieures, et à promouvoir une vision de la Franc-maçonnerie régulière. Par ailleurs, seront présentés des articles reflétant mon étude, mes lectures, mes engagements, et mes sympathies.
  • Contact

Référence et remerciements:

 

Par arrêt en date du 20 mai 2015, la cour d’appel de Paris a confirmé le jugement rendu le 6 mai 2014 par la chambre de la presse du tribunal de grande instance qui m'a déclaré coupable de diffamation publique envers François Stifani et Sébastien Dulac, à raison de la diffusion d’un message diffusé le 22 septembre 2010 sur le blog le myosotis-dauphine.savoie.over-blog.com. Je considère cet évènement comme l'attribution d'une Légion d'Honneur.

Merci aux soeurs et frères très nombreux qui m'ont soutenu dans ce combat de cinq années dont je m'honore, et dont je ne regrette rien.

Recherche