Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 15:26

Vieux maçon du rite Ecossais Ancien et Accepté, la nouvelle de la démission du Souverain Grand Commandeur du R.’.E.’.A.’.A.’. annoncée par lui-même le 5 septembre dernier, m’a laissé, je ne le cache pas, un goût amer. En effet, j’ai le plus grand mal à comprendre – et à accepter – une telle façon de faire.

J’ai en effet du mal à intégrer qu’un chef, quel qu’il soit, puisse abandonner le terrain - et ses troupes - avant ou pendant une bataille. Question de vécu et d’éducation, sans doute.

En comparaison, notre adversaire François Stifani, qui prête à tant de critiques plus justifiées les unes que les autres (et ce blog est, à n’en point douter à la pointe de cet exercice), fait montre d’un courage d’une bien belle ampleur, démontré au jour le jour, face à des attaques dures et sans concessions. Et il fait face, lui. Reconnaissons-lui au moins cette qualité.

Dès lors, l’abandon de Jean-Luc Fau. démissionnant de la GLNF pour aller rejoindre un atelier de la GLUA avec une explication bien légère, m’a laissé un goût bien amer.

J’étais donc en train de préparer dans ma tête un article à ce sujet, lorsqu’aujourd’hui, j’ai pris connaissance d’un article très clair, très complet, frais et humoristique signé de Zorbec Legras du Myosotis du Mont de Gargan qui reflète bien le message que je souhaitais vous proposer, après une analyse très fouillée du contexte dans lequel cet évènement survient. De ce fait, plutôt qu’être répétitif et incomplet, je vous propose cet article :

« La nouvelle est tombée mardi dans les ateliers du SCPLF (Suprême Conseil pour la France) du REAA et sur le blog (ici) de cette juridiction : le SGC (Souverain Grand Commandeur) a passé la Manche dans la nuit du 31 août au 1er septembre !

Car voyez-vous, chers membres des ateliers du SCPLF du REAA, votre SGC a démissionné de la GLNF pour protéger votre juridiction et dorénavant sa seule appartenance à la GLUA « évitera toute suspicion sur la régularité de la gouvernance » du SCPLF.

Ça fait un peu fuite de l’état major et abandon de l’infanterie dans le marais, c’est sûr.

Vous vous dites : « Mais nous alors, pour éviter tout soupçon sur notre régularité, il faut qu’on s’abonne aussi à la GLUA et qu’on démissionne de la GLNF ? » ou alors, en plus teigneux : « Ouais, c’est comme d’habitude, nous qu’on soit réguliers ou pas, personne n’en a rien à foutre ! ».

Il y a du vrai dans ce que vous dites, frères écossais, il y a du vrai…

La double appartenance à la GLNF et à la GLUA, ou à une autre obédience européenne reconnue, a bien des avantages pour ceux qui le peuvent. Beaucoup de dignitaires, qu’ils soient fidèles à François ou passés dans le camp adverse, sont membres de la GLUA, de la GL Alpina ou autre et de la GLNF où ils sont affectés à la loge 0 car ce sont tous des dignitaires nécessiteux, comme vous vous en doutez.

Quand on aura le temps, il faudra vérifier cette appartenance pour tous les candidats GM et je pense qu’il n’y aura pas photo.

Cette nouvelle de la démission du SGC est bien déroutante et je comprends que vous soyez bougons, frères écossais du SCPLF.

Et j’imagine votre tête si prochainement votre SGC depuis sa GLUA vous disait qu’il vous faut adhérer à une « initiative » du SCPLF genre « Chaumière des Maçons du REAA » ou simplement rejoindre le pot commun ULRF.

Ceci dit, je crois comprendre l’intérêt de la manœuvre du SGC du SCPLF.

Il y a cependant une chose qui me gêne : est-il bien cohérent, même si le règlement ne s’y oppose pas, que la juridiction nommée « Suprême Conseil pour la France » puisse être dirigée par un maçon étranger ?

Je ne dis pas maçon étranger par sa nationalité bien sûr, mais maçon étranger par sa loge. C’est une question de simple logique en dehors de toute considération nationaliste ou xénophobe.

Nous savons qu’un maçon d’une loge étrangère régulière reconnue peut parfaitement être membre du SCPLF mais qu’il en soit le SGC c’est un peu antinomique, vous ne trouvez pas ?

Mais laissons ce débat et analysons un peu la courte lettre du SGC.

Le SGC a démissionné de la GLNF afin de protéger votre juridiction (si, si, lisez, c’est lui qui l’écrit). Donc depuis le 31 août 2011, votre juridiction est protégée et vous avec, frères écossais du SCPLF.

La régularité reconnue de votre SGC, assurée par son appartenance à la GLUA, rejaillit sur vous : vous êtes réguliers du fait que le SGC de votre SCPLF est reconnu régulier.

Vous ne me croyez pas ? Vous trouvez mon raisonnement bancal ?

Alors posons la question différemment : un SGC régulier pourrait-il dans son SCPLF diriger des maçons irréguliers ?

Non, n’est-ce pas, sinon il perdrait lui-même sa régularité.

Donc si ce SGC est toujours votre SGC c’est que vous êtes toujours réguliers.

(nb : si je dis « régulier » c’est pour faire moins long, entendez « régulier reconnu »

Vous voyez que tout baigne, frères écossais du SCPLF !

Vous n’avez pas à vous tracasser de conserver ou reconquérir la reconnaissance de votre régularité par la GLUA (qui ne l’a toujours pas retirée à la GLNF, rappelons-le) : vous êtes reconnus tant que vous serez membres du SCPLF dont le SGC est reconnu régulier.

Inutile donc d’aller vous entraver dans une ULRF qui, elle, n’est pas reconnue et pas prête de l’être.

(Là, je donne une nouvelle occasion à des animateurs de blogs du « collectif » et autres blogueurs de m’invectiver. Ils adorent ça, ces chéris. Je suis trop bon avec eux, que voulez-vous j’aime faire plaisir).

Restez simplement à la GLNF et au SCPLF.

Où voulez-vous être mieux ?

Vous ne payez plus un sou à Pisan ni à la Province, vous installez vous-même votre VM, les OP ne viennent plus faire les malins dans votre loge… etc.

Profitez de tous ces avantages et préservez votre fraternité dans la loge : vous voyez bien que vous n’avez jamais été aussi bien en franc-maçonnerie !

Il est remarquable de noter que votre SGC ne vous dit pas d’adhérer à l’ULRF, n’y fait aucune allusion, ni à aucune autre « initiative » particulière au SCPLF équivalente à celle du GC Français.

Les grands exégètes des déclarations solennelles du SCPLF du REAA nous ont suffisamment expliqué que lorsque ledit SCPLF ne disait rien d’un sujet, son message était très clair !

Alors là, il est plus que clair, il est éblouissant : si le SGC ne dit rien de l’ULRF, ou de quelque chose d’équivalent, c’est qu’il n’a rien à en dire et ne vous invite pas à y adhérer, ce qui dans le langage du REAA veut dire qu’il vous invite à ne pas y adhérer.

Ça ne vous plait pas, frères du « collectif » ? Dommage, car il n’y a pas si longtemps, à l’occasion des déclarations solennelles du SCPLF, cette façon de raisonner, vous en aviez vous-mêmes suffisamment fait la promotion à votre profit. Ça ne marche pas à tous les coups.

En lisant plus loin, vous voyez que votre SGC vous dit :

« Je forme les vœux les plus sincères pour que notre obédience, …, retrouve rapidement la voie de la sagesse …  »

De quoi croyez-vous qu’il parle sinon de la GLNF ?

Il ne vous invite pas, directement ou indirectement, frères du SCPLF du REAA, à « suspendre provisoirement » vos liens maçonniques avec la GLNF et à vous engager ailleurs.

Si on lit entre les lignes, comme il faut paraît-il le faire, il vous inviterait plutôt à y rester, vous, alors que lui a dû démissionner (après avoir été suspendu) pour « protéger la juridiction ». (ça non plus, ça ne va pas plaire).

Cette lettre du 5 septembre connue le 6, est arrivée alors que les blogs du « collectif » laissaient entendre la publication imminente de l’initiative du REAA, qui était, pour beaucoup de frères, supposée venir du SCPLF.

Circonspection générale, donc, chez les frères du REAA membres du SCPLF.

Ce départ à Londres serait-il aussi suivi d’un appel ?

La teneur de la lettre laissait penser que ce ne serait pas de si tôt. Sinon d’ailleurs pourquoi avoir fait cette lettre.

Or, en cette fin d’après-midi du mercredi 7 septembre, voici que sont publiés avec une belle coordination sur le blog La Lumière : Branle bas de combat du côté des rebelles REAA et sur les blogs du collectif : Appel à tous les maçons du REAA.

Cela viendrait-il du SGC du SCPLF ?

Le premier jour, mercredi 7 septembre, le Myosotis de Neustrie (un vrai) annonçait : « Après le Rite Français, le R.E.A.A. -  Certains l'attendaient, d'autres la redoutaient ... Et bien voici la déclaration du Suprême Conseil pour la France, concernant l'Union des Loges Régulières Française. ».

Mais pas de chance : ce n’est pas une déclaration du Suprême Conseil pour la France et le texte ne comporte aucune référence à cette juridiction.

Mauvais étiquetage du produit !

Le blog rectifie le jeudi 8 : « Certains l'attendaient, d'autres la redoutaient ... Et bien voici la déclaration des Maçons Réguliers du REAA, concernant l'Union des Loges Régulières Française. »

Ouf ! La gaffe est réparée.

Ceci n’empêche pas que le signataire de la déclaration, sans représenter le SCPLF, est l’un des 4000 membres dudit SCPLF, au 32ème degré.

Il est par ailleurs, et c’est là le plus important, l’un des 15 GMP associés au « collectif ». (Vous allez voir qu’on va finir par en parler de cette réunion « secrète » du 15 juin 2011).

Il se présente lui-même comme le responsable de la « section du REAA ».

Quand François sort du chapeau des « conseils », d’autres sortent des « sections ».

« D’ores et déjà l’ULRF a décidé de se structurer en constituant une unité spécifique à chacun des rites pratiqués. »

L’ULRF est un produit qui se vend au poids ou à la pièce, à la loge ou au rite.

Je suis impatient de voir ce qu’on va nous inventer pour le rite émulation entre autres.

« Cette solution (là on aurait dû dire « seule solution ») permettra de préserver la pureté et l’authenticité du Rite Écossais Ancien et Accepté,… »

En adhérant à l’ULRF vous souscrivez une « assurance rite », petits veinards.

La pureté du REAA était donc en péril dans vos loges, frères écossais ?

Heureusement l’ULRF est là !

On ne va pas aller plus loin dans le commentaire de ce texte finalement très classique dans le genre prospectus de vente de l’ULRF.

Ce qui est plus intéressant c’est la « coïncidence de calendrier », comme le remarque La Lumière, entre l’annonce de la démission du SGC du SCPLF et la publication de cet appel aux maçons du REAA sans le SCPLF.

Tout se passe comme si le SGC du SCPLF du REAA n’était pas au courant de l’imminence de « l’appel aux maçons du REAA » par le responsable de la section du REAA de l’ULRF et comme si celui-ci ignorait la démission du SGC.

Depuis des mois (pour ne pas dire des années) les frères du SCPLF ont le regard tourné vers leur SGC dont ils attendent une réaction claire et surtout définitive. Or elle n’est pas venue bien que le SGC ait dit à plusieurs reprises que sa décision était prise et qu’il allait l’annoncer.

Mais force est de constater, comme je l’ai déjà dit, que les « cadres » du SCPLF font auprès de ses ateliers une promotion discrète de l’ULRF.

Alors pourquoi le SGC ne confirme-t-il pas par un appel dans une de ces belles déclarations solennelles ?

D’abord parce qu’il ne veut pas prendre le risque de prendre une veste.

C’en serait fini de la belle réputation mondiale du SCPLF à laquelle il vient encore de faire référence.

Ensuite au regard de la déontologie, ou de la tradition, ou des principes, ou de ce que vous voulez, est-il envisageable que le SCPLF puisse faire un appel à une scission (car c’en est une) au sein de son obédience régulière souche ?

Bien sûr que non, ne serait-ce qu’au titre de la fameuse non-ingérence. Le SCPLF se mettrait, pour le coup, hors la loi aux yeux de la GLUA et du REAA international.

(Je rappelle encore une fois qu’en l’état actuel, la GLNF est toujours régulière reconnue, dans la lettre, même si elle ne l’est plus dans l’esprit.)

Plus encore : le SCPLF peut-il désavouer (même si à défaut des principes, les faits le justifieraient) la GLNF reconnue au profit d’une organisation maçonnique non reconnue (et même inconnue dans ses fondamentaux, son organisation ses dirigeants … etc.) ?

Si le SCPLF faisait cela, il courrait directement à sa perte.

Alors il faut trouver un bouc émissaire qui amène les francs-moutons écossais vers l’ULRF sans compromettre le SCPLF. (Je sais, un bouc pour conduire des moutons, ça ne va pas, mais bélier émissaire ça ne se dit pas, alors…)

Ce bouc émissaire ne peut pas être un membre du Suprême Conseil (assemblée dirigeante du SCPLF), ni un inspecteur de région, ni même un autre membre 33ème qui à ce degré sert aussi de relai décisionnel et donc compromettrait la juridiction.

Mais avec tout membre d’un degré en dessous de ce 33ème, ça peut le faire, comme on dit.

Est-il nécessaire que je développe ?

Non, n’est-ce pas.

(D’ailleurs j’aurais encore des choses à dire sur le sujet, et en particulier sur les choix stratégiques en présence des écossais historiques de la GLDF et du SCDF, qui peuvent alimenter plusieurs épisodes.)

Avouez quand même que le « collectif amélioré » FMR + 5 Myosotis + 15 GMP (ou presque) a été très inspiré dans le choix du responsable de la « section REAA » de l’ULRF.

Cet élu des 15 va nous faire une superbe prestation j’en suis sûr, en commençant par les loges de sa province.

Je viens de vous le dire, frères écossais du REAA et frères des autres rites, comme je l’avais dit aussi il y a quelques jours (ici), il n’y a pas de précipitation à avoir.

La justice se précipite-telle ? Et l’administrateur ? A ce rythme, on y sera encore dans un an.

Alors pour vous où est l’urgence ?

Ne vous fourvoyez pas inutilement dans l’ULRF, cette GLNF bis sans lendemain.

Ne rompez de votre propre initiative aucun lien avec la GLNF.

Ne payez pas de contribution. Vous serez virés par l’administrateur. Et après ?

Refusez l’entrée aux représentants de François en livrée bleue. Vous serez virés par le pseudo GMP Henri Patrick. Et après ?

(et tiens : qui va vous virer le premier ?)

Et après, oui après, vous continuerez à travailler sereins, soulagés, l’âme légère, dans vos loges et, pour les écossais qui en sont membres, dans vos ateliers du SCPLF du REAA, car celui-ci ne vous virera pas.

Pourquoi le ferait-il ?

Parce que vous n’avez pas adhéré à l’ULRF ?

Vous a-t-il dit d’y adhérer sous peine d’exclusion du SCPLF ?

Ce n’est pas demain la veille.

Il pourrait éventuellement le faire si, après que la GLNF ait perdu sa reconnaissance par la GLUA (ce qui n’est pas fait), l’ULRF sollicitait et obtenait elle-même cette reconnaissance et çà, mes frères écossais, ce sera le jour où les poules auront des dents !

Mais la gouvernance de la GLNF qu’en fait-on, me direz-vous ?

La gouvernance de la GLNF et ses représentants provinciaux, ignorez son existence tout simplement.

Souvenez-vous : vous n’avez pas besoin d’eux, c’est eux qui ont besoin de vous.

Laissez-les produire ordonnances et décrets tant qu’ils veulent. Ces décisions n’ont que la valeur que vous leur accordez, c'est-à-dire aucune. Ils se lasseront tous seuls.

Le meilleur moyen de paralyser François c’est de désobéir à ses émissaires provinciaux et de leur couper les vivres.

C’est facile à mettre en œuvre et ça devient très vite une simple habitude.

En ce qui concerne la possibilité de sortie de crise de l’obédience, nous vous reparlerons prochainement et plus longuement de l’intérêt de se rallier à la prise de position pour GLNF 86 initiée par nos frères du Myosotis de Septimanie, partisans, comme nous et quelques autres, de l’organisation de ladite obédience en fédération de loges.

En cette période de course au pouvoir et de grand déballage de boniments, je vous propose de conclure avec ces quelques mots empruntés à la tradition écossaise :

« Tu ne te forgeras point des idoles humaines pour agir aveuglément sous leur impulsion, mais tu répondras toi-même de tes actes et tu ne prendras point les mots pour la Réalité. »

Je vous salue tous, mes frères rebelles du Limousin de la Marche du Périgord et autres lieux, par les nombres que vous connaissez. »

Zorbec Legras

08 09 2011

Qu’il me soit permis d’ajouter à ce bel article que, pour ce qui concerne notre Province, la conclusion de notre Frère Zorbec est hors de propos, puisqu’en Dauphiné-Savoie, toutes les loges soutiennent notre Grand Maître Provincial et son Collège de Grands Officiers Provinciaux, qui, au service des loges assurent l’intérim jusqu’à ce qu’un nouveau G.’.M.’.P.’. soit désigné par un nouveau Grand Maître légitime.

Partager cet article

Repost 0
Published by Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour
commenter cet article

commentaires

Sun Tzu 13/09/2011 13:04


Cher Emmanuel,
Mes FF,

Une importante réunion a eu lieu à l'initiative du SCPLF (REAA)au cours de laquelle il a été décidé d'officialiser la démarche de ce dernier à travailler au fait que les LL rejoignent le mouvement
ULRF.
Les responsables du SCPLF ne se cacheront désormais plus derrière leurs tabliers mais travailleront ouvertement au succès de cette ultime tentative de sauver la GLNF que FS et sa bande présentent
déja comme le prémisse à l'avènement d'une future obédience pour mieux jeter dans ses bras ceux de nos FF hésitants.
Cette attitude du SCPLF n'a pas mon aval compte tenu de la nature de l'ULRF MAIS, je crois sincèrement qu'actuellement, c'est notre seule possibilité d'être efficace devant la trituration éhontée
de nos règles, des lois, des jugements et de la morale par "Celui qui se croit" comme de l'attentisme incompréhensible et la carence certaine à apprécier à sa juste valeur l'attitude de ce dernier
par l'administrateur judiciaire. Hélas !


Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour 13/09/2011 14:05



Mon Bien Aimé Frère,


Je ne vois toujours pas à quoi peut servir d’autre l’ULRF sinon à se
compter et à se muer en obédience. Et donc de donner à F.S. le prétexte dont il rêvait pour virer tous ceux qui en feront partie, ce qui risque de lui garantir une victoire en
A.G.


Nous pourrions donc faire l’économie de cette
hypothèque.


Bien fraternellement à toi.



bailly yannick 13/09/2011 11:56


OUI MES FRERES JE CROIS QUE NOUS SOMMES TOUS D'ACCORD SUR LE SUJET,ARRETONS LES CRITIQUES ACERBES QUI N'APPORTENT RIEN A PERSONNE.

Votre différence ne me fait pas peur elle n'enrichit et je pense que la pluralité a du bon mais retrouvons nous vite sur l'essentiel.

Bien a vous.

Yannick Bailly


Un Maçon Avant Tout 13/09/2011 00:51


Mon BAF,

Ton éclairage est intéressant car il m'apportent des compléments de réflexion à ma démarche maçonnique !
En conséquence à celle de mes, Nos, FF:.
Demain en charge d'une éducation collective et principielle sur tes interrogations, je prendrais en synthèse tes conceptions et analyses pour les apporter auprès de nos FF.

N'étant qu'un simple F., N° 47800, je te remercie de tes lumières.....
Mais entre paraître et être, quels chemins à accomplir.... Moi-même n'ayant pas encore pris un chemin polur l'Union et la Concorde !

Pourtant, c'est demain.....

Mais, l'égrégorre sera obligatoirement présente même si nos différences seront présente ! Je parlais d'égrégore ? Oui, car FM dans un Atelier Libre.

Ne sois pas inquiet, j'ai bien entendu ton message et j'y adhère dans l'esprit... Mais, il n'est pas forcéent mien dans l'instruction.... Celle d'un rituel oublié mais principiel à mes yeux !

FM GLNF REAA n° 47800 - dominique


Stropi06 12/09/2011 20:23


Mes BB.AA.FF.,

En définitive, la position du Sérénissime Grand Maître Grand Prieur du Grand Prieuré Rectifié est nettement plus saine.

Il reste au sein de la GLNF et invite les FF. du RER à faire de même, il ne les abandonne pas et continue de résister au sein même de l'obédience.

J'en veux pour preuve que, tout en étant suspendu, il était présent à l'installation du VM de sa Loge Bleue samedi dernier à Vézelay et a fraternellement invité les OP présents à se joindre aux
travaux à trois conditions :
- se débarrasser des oripeaux provinciaux,
- rester sagement sur les colonnes,
- ne présenter que les salutations de leurs loges bleues.

Je pense qu'il y a là un exemple à suivre.

Je vous embrasse fraternellement.


Franck Bailly 12/09/2011 18:34


Très Chers et Bien aimés Frères,

Je ne peux partager la violence des propos de Zorbek à l'égard du SGC du SCPLF et par là-même de fustiger les Frères du REAA. L'attitude du SGC a probablement été l'objet d'une longue réflexion et
sa démission sans doute sous-tendue par une "exigence morale". Ce n'est pas nouveau, dans les années deux milles le TIF qui venait soutenir nos travaux ne se cachait pas pour dire aux Agapes "il
est grand temps de planquer le Matos". Ce cirque dure depuis plus de dix ans, ça use les nerfs. De la à comprendre que cette démission est liée à une stratégie de soutien à la scission il y a un
grand pas que je refuse d'admettre. A titre personnel, je suis satisfait de savoir le SCPLF sous la protection de la GLUA.

Fraternellement

Franck Bailly


Tsimsum 12/09/2011 17:50


Ce brave Zorbec oublie une chose... La FM est Universelle. Il n'y a donc pas de direction du SCPF de la part d'un étranger. Quand au REAA... j'espère bien que tous les FF de ce rite suivront les
consignes du SCPF.
La situation n'a que trop duré, maintenant, il faut attaquer.
Il faut nous unir, tous, et arrêter ces polémiques. Il n'y a qu'un objectif libèrer la GLNF des mafiosis.


Présentation

  • : Le Myosotis du Dauphiné Savoie - Le Blog de Fidèle d'Amour -
  • : Tribune créée dans un premier temps pour restaurer les valeurs éthiques et morales de la Franc-maçonnerie de Tradition dans la GLNF. Désormais, ayant contribué au succès de cet objectif, elle se consacre à la défense de ceux-ci, à la défense de la GLNF contre des attaques extérieures, et à promouvoir une vision de la Franc-maçonnerie régulière. Par ailleurs, seront présentés des articles reflétant mon étude, mes lectures, mes engagements, et mes sympathies.
  • Contact

Référence et remerciements:

 

Par arrêt en date du 20 mai 2015, la cour d’appel de Paris a confirmé le jugement rendu le 6 mai 2014 par la chambre de la presse du tribunal de grande instance qui m'a déclaré coupable de diffamation publique envers François Stifani et Sébastien Dulac, à raison de la diffusion d’un message diffusé le 22 septembre 2010 sur le blog le myosotis-dauphine.savoie.over-blog.com. Je considère cet évènement comme l'attribution d'une Légion d'Honneur.

Merci aux soeurs et frères très nombreux qui m'ont soutenu dans ce combat de cinq années dont je m'honore, et dont je ne regrette rien.

Recherche