Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 23:48

hanouka1

C’est la quatrième année consécutive que le Myosotis du Dauphiné-Savoie souhaite Hag Sameah, Bonne Fête à tous les Frères qui ce soir, entourés de leurs familles, ont allumés la sixième bougie de Hanouka, la fête des Lumières…

Chacun  de nous sait que la lumière nous situe au cœur de la Franc-maçonnerie, et comme cette fête situe dans sa symbolique son cadre au cœur du Temple de Jérusalem, aucun de nous ne peut rester indifférent aux messages que porte cette fête.

hannouka Kotel

Or, débordé par mes différentes vies, je n’ai pas encore eu le temps de publier l’article présent, et je me rattrape donc ce soir avec retard, mais pas trop tard.

Je ne cache pas que j’ai été aiguillonné pour cela par de nombreux messages reçus de la part de Frères lecteurs, qui soit s’étonnaient de cette carence, soit demandaient des explications sur le sens de cette fête, soit encore m’ont envoyé leurs vœux, toujours chaleureux.

C’est ainsi que je tiens à partager avec tous nos Frères de la GLNF lecteurs du Myosotis du Dauphiné-Savoie, les vœux que j’ai reçu par l’un de nos commentateurs occasionnel, PierreduLot : « Bonne fête de Hanoucca à toi et ta famille, et que cette Lumière parvienne à nous tirer des ténèbres où notre GLNF a été plongée.. », car oui, je crois que c’est en bonne voie.

J’ajoute que je forme aussi des vœux, que je souhaite partager avec nos Frères de toutes obédiences, pour que cette lumière spirituelle éclaire enfin ceux de nos Frères « très voyants », qui en sont totalement dépourvus.

Et puisque parmi tous ces « aiguillons », en figure un venu de très loin, de Cotonou exactement, pour satisfaire la demande notre Frère D-ieudonné, qui demandant quelques explications sur la signification de cette fête, voici quelques commentaires qui viendront s’ajouter à ceux publiés il y a déjà deux ans (http://le-myosotis-dauphine-savoie.over-blog.com/article-que-la-lumiere-eclaire-leurs-travaux-93537994.html).

Tout d’abord, Hanoucca חג החנוכה Hag HaHanoukka, « Fête de l'Édification », commémore la ré inauguration de l'autel des offrandes dans le second Temple de Jérusalem, lors de son retour au culte judaïque, trois ans après son interdiction par Antiochus IV, et sa profanation par les Hellènes.

De même, elle célèbre une incroyable victoire militaire des hébreux sur une armée Grecque infiniment plus nombreuse et puissante, et symbolise la résistance spirituelle du judaïsme à l'assimilation grecque.

Selon la tradition rabbinique, au cours de cette consécration se produit le miracle de la fiole d'huile, la seule restée pure eu non profanée, permettant aux prêtres du Temple de faire brûler pendant huit jours une quantité d'huile à peine suffisante pour une journée.

Ces évènements permettent de multiples observations donnant lieu à quantité d’enseignements.

Pour ce qui concerne ce court article, retenons quelques observations annexes, notamment que cette fête amène à vivre dans une pure lumière durant toute une semaine, huit jours exactement, ce qui est assez rare, et donc laisse des traces.

Jour après jour, le nombre de flammes augmente…Il est vrai que le monde contemporain habitue probablement d’avantage aux débauches lumineuses, avec tant d’enseignes électriques, qu’à ces modestes flammes dont la seule présence remet pourtant tout en question. C’est qu’elles ont la ténacité des humbles.., Elles ne conquièrent pas le territoire de la nuit, elles la transforment. Leur lumière n’est pas de celles destinées à attirer le chaland, elles se contentent d’être un témoignage dont l’éclat s’étend loin au dehors.

C’est peut-être pour cette raison que leur lueur est chaleureuse, si différente des agressions visuelles auxquelles expose parfois la cité moderne, Quand au témoignage, s’il a son origine dans un passé historique déjà bien lointain, il n’en reste pas moins d’une impressionnante actualité. Il est celui de la liberté victorieuse, de la fidélité maintenue, et, finalement, d’une certaine vision de l’homme. Ce message n’a-t-il pas un retentissement particulier – en dehors de tout sens religieux – auprès des maçons de la GLNF, après tout ce que nous venons de connaître, des années durant ?

C’est pour cela qu’à titre personnel je ressens cette année cette fête avec une intensité décuplée. Tout se passe en effet, d’une certaine manière, comme si l’obscurité grandissante, il fallait retrouver les lumières avec un sentiment d’urgence plus grande. Car nous savons que, même lorsque les jours passant, celle-ci se conclura, l’illumination qu’elle a incarnée ne nous abandonnera pas. Elle laissera un formidable espoir.

Alors, que les huit flammes brilleront au sommet du chandelier, elles palpiteront comme un appel une introduction à un temps de toutes les lumières…

Mais pour aborder maintenant une étincelle d’explication plus « technique » sur le sens de ce qui précède, il convient obligatoirement de consulter le Talmud, véritable dictionnaire du Pentateuque et de tous ses développements. Sans le Talmud, et la pratique de sa gymnastique intellectuelle, impossible de déchiffrer le sens profond du corpus biblique...

C’est lui, notamment, qui nous éclaire sur ces éclats dans la nuit. C’est ce que j’étudiais hier soir, lorsque tu m’as appelé, Jean-François. Donc, dans le Traité Shabbat, à la page 21b, il y a un petit commentaire de Rashi qui dit que «  Le moment du commandement de l’allumage des lumières de Hanouccah commence  lorsque le soleil se couche… ».

Par ailleurs, il est intéressant d’essayer de comprendre de quoi il s’agit, dans la perspective d’un autre texte extrait d’un ouvrage qui s’appelle le Torah Or, à la section Vayechev, 27 c-d- (pour Ariel B. et Pascal B.) : « Quand les étincelles tombaient hors de la Présence Divine, elles se diversifiaient et se multipliaient proportionnellement avec la distance de leur chute…Plus elles descendaient, plus elles se subdivisaient, chaque étincelle  éclatant en une myriade d’étincelles »….

Chaque petite particule de l’univers physique contient de l’énergie. Elle peut être plus ou moins importante, facilement exploitable ou extrêmement difficile à extraire. Mais chaque substance matérielle renferme une énergie potentielle. Il en va de même au sens spirituel. Chaque création possède en elle une « étincelle de Divinité », un potentiel divin attendant sa réalisation. Certaines choses sont visiblement spirituelles et expriment la vérité divine, alors que d’autres apparaissent matérielles  et mêmes contraires à la divinité. Mais chaque être dans le monde du G.’.A.’.D.’.L.’.U.’. renferme un dessein divin qui est l’essence ou la raison d’être de son existence. Notre mission dans la vie est de transformer le matériau brut de la création en essence qui nourrit la Lumière divine.

Il y a eut des périodes, et des générations dans lesquelles les « étincelles » étaient abondantes et proches de la surface, dans lesquelles l’énergie divine était très concentrée et prête à être allumée. Mais le monde devenant de plus en plus grossier et s’éloignant de plus en plus de sa source, les étincelles éclatèrent  et se dispersèrent. Par conséquent, aujourd’hui, avec de gros efforts, il est possible de rassembler les petites particules de Divinité éparpillées dans l’obscurité du monde matériel.

Hanouccah représente l’effort pour rassembler ces petits éclats de lumière.

Il fut un temps où la Menorah était allumée à l’intérieur du Temple sous le soleil de l’après-midi, et « de là, elle éclairait le monde entier ».

Aujourd’hui, les étincelles sont répandues dans la nuit, et la Menorah est allumée « après le coucher su soleil… » jusqu’à ce que le tout dernier éclat, représentant la plus petite part d’étincelle divine, soit ramassée et sauvée de la vie matérielle et que son potentiel de luminosité soit réalisé.

Parmi les multiples enseignements que procure cette fête axée sur la Lumière, une Lumière à partager avec l’ensemble des nations de la Terre (raison pour laquelle c’est la seule fête qui se célèbre en public dans toutes les villes du monde, sur des places, avec les populations locales),

HANOUCCA ARC DE TRIOMPHE

(et oui, même lui, alors pourquoi pas le Duc de Kent)?

Hanoucca-prince_charles_et_camilla_.jpg

on retiendra le fait qu’il est des circonstances où il existe une obligation spirituelle de se battre pour pouvoir vivre en tant que ce que l’on est, pour pouvoir vivre pleinement sa spiritualité dans un environnement matérialiste et hédoniste.

En même temps il est fondamental de ne pas permettre à la puissance militaire de devenir le but de l’existence.

Par ailleurs, il est affirmé que les victoires ne dépendent pas uniquement de la force mais aussi du Droit et de la justesse de la cause défendue.

Et enfin, c’est l’esprit et la lumière de D-ieu qui prévalent dans ce monde et que nous nous devons de nous en rapprocher.

 

P.S. : En appui de ce qui précède, et pour voire l’influence de la fête de Hannouca dans le monde profane, vous pouvez prendre connaissance du discours formidable du député-maire de Nice, Christian Estrosi, qui pourrait aussi être le propos d’un Frère maçon : https://www.youtube.com/watch?v=blbcgW3E8QY&feature=youtube_gdata_player

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour
commenter cet article

commentaires

Chicken Run 04/12/2013 21:04

Bonsoir Emmanuel, merci de ces explications tout à fait passionnantes sur cette belle fête de Hannoukah.
"Et la lumière brille dans les ténèbres mais les ténèbres ne l'ont pas saisie", nous dit le Prologue de Saint Jean.
Je me suis souvent interrogé sur ce "pas saisie".
Je pense qu'au lieu de "pas compris", il faut comprendre "pas éteinte", à l'image de l'huile qui a brulé contre toute attente pendant 8 jours et que Hannoukah célèbre en ces jours de la fête des
lumières.
De même que " les siens ne l'ont pas connu" ne signifie pas qu'ils l'ont rejeté ni trahi mais seulement qu'ils l'ont "reconnu" comme leur frère, fils de D-ieu comme chacun d'entre nous, sans
pouvoir réellement le connaitre, mais qui peut leur reprocher ?
Il est en tout cas important que son message d'amour se perpétue et que tous comprennent que nous n'avons qu'un seul Père et un seul et même D-ieu dans ce monde.
Notre fraternité en est le plus beau et solide témoignage.
Sachons le préserver.

marco73h 04/12/2013 09:00

Mon cher Emmanuel,

En ces temps troublés, où les Ténèbres semblent prendre le dessus un peu partout sur la Terre, qu'une petite flamme s'allume dans un lieu sacré, c'est surement cela qu'il faut comprendre lorsqu'il
est dit au profane dans nos rituels, lors de son initiation : "que demandez-vous ? - il répond : La Lumière".
puisse en ce jour de fête pour toi et ta famille, cette lumière se répandre sur vous.
fraternellement
Marc-Henri

Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour 04/12/2013 09:31



Bonjour Mon Bien Aimé Frère Marco73,


 C’est bon de te retrouver ici !


Merci pour tes vœux, fasse le G.’.A.’.D.’.L.’.U.’. que cette
lumière, éclaire l’humanité qui en a bien besoin, et qu’elle fasse reculer les ténèbres…


A très bientôt, avec mon affectueuse
fraternité.



alain.clement 03/12/2013 14:16

menorah ou Hannoukia?

Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour 03/12/2013 19:07



Bonsoir Mon Frère,


Question judicieuse, effectivement.


La Menorah, le Chandelier à 7 branches se trouvait dans le Temple de Jérusalem, allumée
chaque jour par les prêtres (les Cohanim).


La Hanoukia est née après que les Hasmonéens, ont vaincu les grecques (et leur influence
assimilatrice), et rétablis le service du Temple. Alors se produisit un miracle que l’on commémore jusqu’à nos jours lors de la fête de Hannouca (la fête des lunières), à savoir que lorsqu’ils
libérèrent le Temple, ils ne trouvèrent qu’une fiole d’huile consacrée, portant encore le sceau du Grand Prêtre, et qui n’avait pas été profanée. Or, cette fiole ne contenait qu’une quantité
d’huile permettant d’allumer le Menorah qu’une journée, et elle brûla pourtant huit jours.


C’est donc pour commémorer ces huit jours que cela a donné naissance à des Menorah
miniatures, mais dotées de huit branches, à laquelle s’ajoute encore une neuvième qui supporte la flamme qui permet d’allumer les autres (en hébreu chamash, qui veut dire
serviteur).


La Hanoukia est donc liée a la Menora, puisqu'elle sert a commémorer un miracle qui la
touche. Mais si l'on veut être vraiment rigoureux, le mot Hanoukia désigne cet objet de culte réservé à la fête du même nom alors que la Menora est un « monument » unique, disparu avec
la destruction du Temple par les hordes de Titus.



Présentation

  • : Le Myosotis du Dauphiné Savoie - Le Blog des Fidèles d'Amour -
  • : Tribune créée dans un premier temps pour restaurer les valeurs éthiques et morales de la Franc-maçonnerie de Tradition dans la GLNF. Désormais, ayant contribué au succès de cet objectif, elle se consacre à la défense de ceux-ci, à la défense de la GLNF contre des attaques extérieures, et à promouvoir une vision de la Franc-maçonnerie régulière. Par ailleurs, seront présentés des articles reflétant mon étude, mes lectures, mes engagements, et mes sympathies.
  • Contact

Référence et remerciements:

 

Par arrêt en date du 20 mai 2015, la cour d’appel de Paris a confirmé le jugement rendu le 6 mai 2014 par la chambre de la presse du tribunal de grande instance qui m'a déclaré coupable de diffamation publique envers François Stifani et Sébastien Dulac, à raison de la diffusion d’un message diffusé le 22 septembre 2010 sur le blog le myosotis-dauphine.savoie.over-blog.com. Je considère cet évènement comme l'attribution d'une Légion d'Honneur.

Merci aux soeurs et frères très nombreux qui m'ont soutenu dans ce combat de cinq années dont je m'honore, et dont je ne regrette rien.

Recherche