Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 14:12

La nouvelle est étonnante. Il convient d’insister sur le fait qu’il ne s’agit en rien de la Grande Loge Unie d’Angleterre, laquelle, si elle a suspendu ses relations avec la GLNF, n’a pas – encore – retirée sa reconnaissance. Cependant, cet évènement pourrait être interprété comme un signe avant coureur.

A contrario, puisqu’il ne s’agit pas de la GLNF, mais de la Grande Loge des Maitres Maçons francais, peut-être est-ce le signe que Londres, ou en tous cas la Grande Loge des Maçons de Marque anglais, voit d’un très mauvais œil la présence des Maîtres maçons de Marque français au sein des Maisons de Rites de l’ULRF ? La question est posée.

Voici le texte tel qu’il est apparu en fin de matinée sur le site de cette Grande Loge :

« At the meeting of Grand Lodge on Tuesday 13th March 2012, the President of the General Board announced that board has recommended to the Most Worshipful Grand Master, that recognition of the Grande Loge des Maîtres Maçons de Marque de France, be withdrawn forthwith and the Grand Master acceded to the recommendation.  All inter visiting is now suspended.  A full transcript of the President of the General Board's announcement will be added later.“

Traduction :

« Lors de la tenue de la Grande Loge (anglaise) des Maitres Maçons de Marque, mardi 13 mars 2012, le président du conseil d’administration a annoncé que le Bureau a recommandé au Très respectable Grand Maître que la reconnaissance de la Grande Loge des Maîtres Maçons de France soit retirée immédiatement; recommandation à laquelle le Grand Maître a donné son accord.

 Toutes les visites entre les deux entités sont dès à présent suspendues. Un compte rendu complet de l’annonce sera fourni ultérieurement ».

P.S. : Sur ce même sujet, mais à prendre avec une extrême prudence, ce témoignage que l’on m’a demandé de faire passer : « Samedi matin la Grande loge des Maçons de Marque d'Angleterre, du Pays de Galles & Overseas vient de fonder une loge francophone régulière et reconnue qui s'appelle "L'Entente Cordiale".

L'officier présidant la cérémonie était l'envoyé spécial du Grand maître anglais, le duc de Kent.

Sa vocation est de rassembler tous les français maîtres maçons de rite Emulation (mais ceux des autres rites seront bienvenus) pour former une loge dépendant de Londres ; elle s'y réunira 3 / an.

Son but est de grossir suffisamment pour former un district anglais en France, avec des loges résidant en France mais dépendant de Londres et… dans un second temps, une fois résolus les problèmes diplomatiques avec la Glande Loge Unie d'Angleterre, de refonder des loges bleues.

La Grande Loge des Maitres Maçons de Marque de France perdra aussi sa reconnaissance et sa régularité dans peu de temps.

Ce ne sera pas une perte quand on pense que nous venons d'y découvrir le même système instauré par Stifani à la GNLF.

Comme ces gens sont des amis ou des proches les uns des autres, cela ne me surprit pas trop mais le coup me fut rude.

Nous étions 19 avec le sentiment de vivre une belle aventure et d'être, toutes proportions gardées, des français libres.

Résister, ne pas transiger avec l'honneur, être d'équerre.

Faites passer autour de vous. »

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour
commenter cet article

commentaires

Mathius 14/03/2012 17:06

Si je fais un constat objectif de l'état de déliquescence mental où se trouve un grand nombre de frères de la GLNF, cela me donne l'impression que cette obédience s'est volontairement désarticulée
pour se mettre au service de grands bouffons psychopathes.
En toute franchise, toute personne de bon sens éclaterait de rire devant la situation grotesque de cette société qui se prétend être initiatique.
Mais pourquoi la majorité des frères, agissant dans les provinces et à Paris pour "juste  chercher à avoir raison", sont complètement subjugués par des considérations
intello-juridico-maçonniques n'ayant rien avoir sur la forme avec un problème judiciaire simple à résoudre et qui est le nœud du problème pour solutionner l'ensemble des autres problèmes de la
GLNF...
Ma réponse est d'affirmer que la GLNF est entre les mains de juristes bidons ou en mal d'honoraires qui pillent un trésor (le nôtre) sans gardien. Car la situation de la GLNF est claire. Voici une
dizaine d'années, le ministère de l'Intérieur a demandé à cette dernière de se mettre en conformité avec la loi républicaine sur les associations à but non lucratif.
Ce qui fut fait dans les formes mais pas sur le fond, pourquoi ?
La GLNF se déclara bien en association régit par la loi de 1901 mais refusa d'appliquer certaines obligations de cette loi pour des raisons de pouvoirs particuliers.
Pourtant la loi est claire, sous peine de poursuite judiciaire par tout adhérant ayant un intérêt à agir.
Donc, quoiqu'en disent aujourd'hui tous les prétendants à la Grande Maîtrise, la GLNF a obligation de respecter la loi sur les associations aussi bien sur la forme que sur fond. Et l'obligation
incontournable que la loi impose a la GLNF est d'élire son président et son trésorier en assemblée générale par les adhérents à jour de leurs cotisations.
Pourquoi cela n'a jamais été fait ?
Alors mes frères, je vous demande de revenir sur terre sous peine d'être encore un peu plus la risée du monde maçonnique dans son ensemble.
Car, à partir du 30 mars, (jour de la désignation d'un Grand Maître putatif qui sera peut être élu seulement Grand Maître de la GLNF le 30 juin par une assemblée générale des frères à jour de leurs
cotisations), un postulant à la Grande Maîtrise, non représenté pour des raisons x, pourra saisir la justice en référé pour faire annuler cette assemblée du 30 mars pour vice de forme et demander
le report de l'assemblée générale du 30 juin.
Et croyez-moi ce genre de mauvaise foi judiciaire fonctionne très bien et si vous avez un doute demandez à Stifani l'avocat, comment il arrive toujours à faire du dilatoire devant les juges. La
réponse est simple, il vous suffit de mettre en avant un intérêt à agir et le juge est tenu d'instruire, même si au fond l'affaire ne tient pas debout.
Les avocats d'affaires sont de grands spécialistes du dilatoire...
Maître Legrand alias la mère fouettard nommée administratrice de la GLNF par la justice est parfaitement adaptée au jeu diabolique des avocats à l'éthique douteuse. Si son plan du 30 mars ne
fonctionne pas, elle fera un rapport au juge en démontrant qu'elle n'est pas arrivée à faire appliquer la loi, et demandera au juge d'ordonner que le Grand Maître de l'obédience soit dans les
meilleurs délais élu en assemblée générale par les adhérents de la GLNF à jour de leurs cotisations, comme la loi l'impose. Et ainsi...donc le mélodrame judiciaire repartira en enrichissant encore
un peu plus les avocats.
Alors mes frères, arrêtez votre déni envers le modernisme de l'humanité afin sortir la GLNF "initiatrice" des griffes de charognards qui en n'ont rien à faire du spirituel maçonnique.
MATHIUS

Présentation

  • : Le Myosotis du Dauphiné Savoie - Le Blog de Fidèle d'Amour -
  • : Tribune créée dans un premier temps pour restaurer les valeurs éthiques et morales de la Franc-maçonnerie de Tradition dans la GLNF. Désormais, ayant contribué au succès de cet objectif, elle se consacre à la défense de ceux-ci, à la défense de la GLNF contre des attaques extérieures, et à promouvoir une vision de la Franc-maçonnerie régulière. Par ailleurs, seront présentés des articles reflétant mon étude, mes lectures, mes engagements, et mes sympathies.
  • Contact

Référence et remerciements:

 

Par arrêt en date du 20 mai 2015, la cour d’appel de Paris a confirmé le jugement rendu le 6 mai 2014 par la chambre de la presse du tribunal de grande instance qui m'a déclaré coupable de diffamation publique envers François Stifani et Sébastien Dulac, à raison de la diffusion d’un message diffusé le 22 septembre 2010 sur le blog le myosotis-dauphine.savoie.over-blog.com. Je considère cet évènement comme l'attribution d'une Légion d'Honneur.

Merci aux soeurs et frères très nombreux qui m'ont soutenu dans ce combat de cinq années dont je m'honore, et dont je ne regrette rien.

Recherche