Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 12:28

Dans la torpeur et la chaleur écrasante de cette fin de vacances, la dernière contribution d’Alain Juillet, bien que diffusée dès samedi 20 août 2011sur le blog du journaliste de l’Express François Koch, passe inaperçue, puisqu’ « oubliée » de la plupart des Myosotis.

Elle est pourtant plus qu’intéressante, tant le tableau qu’il dresse de la situation à l’instant T est exact, et tant la perspective qu’il y dresse reste lucide.

Elle est celle d’un homme qui sait analyser les choses, les soupeser et les comprendre, afin de savoir quelles sont les décisions à prendre.

Visiblement aussi, celle d’un homme qui sait prendre en main les problèmes, et leur apporter des solutions pragmatiques.

Et qui sait aussi par ou commencer. Par l’essentiel, par l’UNION entre toutes les sensibilités de l’opposition, sur des bases sincères et sans désir hégémonique quel qu’il soit.

Autrement dit, exactement dans l’esprit et dans le sens de la proposition que j’émettais le 31 juillet (sic !) 2011, et vis-à-vis de laquelle seule FMR a répondue de manière méprisante une fois de plus le 12 août dernier.

Il semble donc décidément, que FMR a un problème avec le principe d’une union qui donnerait à chacune des sensibilités de l’opposition une même voix dans le concert de la « Résistance ». Ses raisons sont simples, elle souhaite préserver sa prééminence, on peut facilement le comprendre. Ses motifs la regarde, mais plombent l’ensemble de l’opposition et font le lit de la gouvernance stifanienne.

De ce fait, il importe que, comme le dit Alain Juillet « nous soyons capables de dépasser nos querelles et nos oppositions pour nous tendre la main. Plutôt que d’accuser l’autre de tous les maux pour éviter de se regarder soi-même, il est temps de revenir à la vraie fraternité maçonnique dans la paix et l’harmonie ».

 

Pour ma part, je tiens à apporter tout mon soutien à cette initiative d’Alain Juillet, à laquelle j’adhère avec l’espoir qu’elle sera couronnée de succès, afin qu’il réussisse là où moi-même j’ai échoué, c’est-à-dire dans la volonté d’union, et de combattre la gouvernance actuelle jusqu’à son départ des responsabilités de la GLNF.

C’est pourquoi à mon tour, j’appelle mes Frères administrateurs de Myosotis à ne pas boycotter l’initiative de notre Frère Alain, et à la relayer au maximum, pour nous préparer au combat de l’intérieur, afin de sauver la GLNF !

De même j’appelle nos Frères de FMR à enfin accepter les mains qui se tendent vers eux, afin que tous ensemble nous puissions surmonter la crise à laquelle nous sommes confrontés, et continuer ensemble le combat contre ceux qui ont détruit notre obédience…

 

Alain JUILLET

 

Paris, le 20 août 2011,

 

Mon Très Cher et Bien Aimé Frère,

 

Après avoir été nommé au Conseil des sages sur proposition du TRF Jean Wunen-Burger puis devenu son secrétaire sous le mandat du TRF Raymond Sasia, j’ai réalisé sous son contrôle au second trimestre 2010, avec l’aide de beaucoup d’entre vous, un rapport de synthèse sur l’état d’esprit des Frères et les réformes à mettre en œuvre pour ramener l’unité. Après sa diffusion à tous les membres du Suprême Conseil et aux Provinces, j’ai par deux fois tenté dans l’intérêt de la GLNF de convaincre François Stifani qu’il devait avoir le courage de s’effacer pour rester conforme aux valeurs maçonniques dont il était le garant et préserver les Frères d’un combat fratricide indigne de nous.

 

Les dérives

Le triste spectacle dont nous sommes conjointement acteurs et spectateurs par l’aveuglement d’un homme pratiquant le rejet de tout compromis, la fuite en avant, la négation de sa responsabilité et le refus de toute opposition pour préserver son clan et ses privilèges ne peut pas nous laisser sans réagir. Nous devons assumer nos devoirs d’hommes et de francs maçons face à une dérive sectaire où l’affairisme remplace la spiritualité, et la soif d’honneurs et de pouvoir l’humilité au service des Frères. Il suffit de comparer le passé discutable de certains bénéficiaires de récentes nominations avec la qualité maçonnique indiscutable des exclus pour délit d’opinion pour comprendre que la force brutale s’est substituée à la justice et les méthodes de l’épuration à la fraternité.

 

La rupture avec les Grandes Loges étrangères

En dépit d’une pratique de procédures juridiques digne d’éloges pour se maintenir coûte que coûte, la direction de notre obédience ne peut plus cacher qu’ayant privilégié le paraître au détriment de l’être, elle n’a plus grandchose à voir avec la règle en douze points et les valeurs fondatrices de 1913. Il n’est donc pas étonnant que l’ancien Grand Maître Claude Charbonniaud la renie et que le Député Grand Maître Jean Claude Tardivat démissionne. Il était prévisible que les Grandes Loges européennes en commençant par la Grande Loge Unie d’Angleterre, méditerranéennes avec la Turquie et Malte en précurseurs, et bientôt les Grandes Loges africaines, sans oublier les américaines et les canadiennes, nous retirent les unes après les autres leur reconnaissance ou coupent les relations,

 

Rester ou partir

Une question se pose dorénavant à tous ceux qui ont choisi la GLNF comme seule obédience française reconnue par toutes les Grandes Loges régulières : que fautil faire pour retrouver nos fondamentaux et les valeurs intangibles de la maçonnerie traditionnelle ? Notre déchéance

schismatique actuelle, fruit d’une dérive apparue dès 1997, peut être salvatrice si nous savons en tirer les enseignements pour nous donner un futur. Partir et reconstruire ailleurs sur des bases plus rigoureuses une Grande Loge que nous saurons préserver des prédateurs ou mener le combat en interne et chasser les marchands du Temple face à un adversaire sans scrupule qui veut préserver ses avantages acquis. Ce sont les deux options entre lesquelles il va falloir choisir dès la publication de l’arrêt de la Cour d’appel : rester serait évidemment la meilleure solution ; mais serons nous tous capables de retrouver la raison pour pratiquer l’union nécessaire ? Pour être prêts, il faut dès maintenant consulter toutes les tendances, éclairer le chemin et connecter l’universalité de nos valeurs à la pratique temporelle.

 

La situation actuelle

Trop souvent, dans les déclarations des uns et des autres, le refus du réel s’accompagne de manipulations idéologiques, l’égo le dispute aux ambitions partisanes et le remord à la volonté d’oubli d’une collaboration récente. Il est important de les dépasser pour regarder la réalité en face dans sa grande complexité. Ne tombons pas dans une fausse espérance conçue par des marchands de rêves et d’illusions.

 

L’équipe en place

Un président démissionnaire avec son Conseil d’administration qui se considère toujours Grand Maître et régulièrement élu jusqu’en 2012 prend des décisions administratives profanes et maçonniques en interprétant à sa guise les statuts et le règlement intérieur. Pour gagner du temps et d’organiser sa réélection, il élimine tous les opposants et modifie régulièrement la composition du Souverain Grand Comité pour le transformer en chambre d’enregistrement à sa botte. Il utilise la langue de nos rituels dans des Brèves répétitives destinées à influencer les Frères hésitants à partir de certitudes qui lui sont propres s’ajoutant à des affirmations sans fondement philosophique réel. Dans son discours le domaine spirituel se décline en version patrimoniale, dans une vague réminiscence d’une culture maçonnique où les mots vides de sens ont remplacé l’esprit et les métaux le cœur.

Un directeur administratif qui gère une obédience dont la majeure partie des cotisations sert au financement d’activités immobilières en contradiction avec son objet et qui pousse à l’encaissement des 40% de cotisations qui lui manquent alors qu’il n’a pas prouvé en avoir besoin dans un avenir proche. Un personnel administratif profane qui continue fort heureusement à bien faire son travail dans des conditions très difficiles.

 

L’administrateur provisoire

Nommé mandataire ad hoc puis ayant obtenu du tribunal son extension comme administrateur provisoire pour pouvoir enfin agir, elle reçoit, écoute et échange avec beaucoup de monde. Rencontrant régulièrement Maître Legrand je constate que son refus de communiquer lui a donné une image éloignée de la réalité. Bloquée dans les premiers mois par l’étroitesse de son mandat de mandataire ad hoc, elle peut dorénavant légalement prendre totalement en mains la gestion de l’obédience mais ne se décide pas. Elle attend le résultat de l’appel du 8 septembre qui confirmera ou infirmera la décision de la cour de décembre 2010 et lui permettra de prendre les mesures nécessaires pour que force reste à la loi.

 

Les oppositions

les opposants historiques de décembre 2009 qui, audelà de l‘inspiration initiale de leur révolte, mènent autour de FMR un combat dans la durée pour un changement radical,

les blogs, en commençant par les « myosotis » qui, audelà de certaines outrances, ont fait découvrir utilement aux Frères une partie de la face noire de la GLNF et remonter des idées nouvelles,

les candidats qui font campagne dans les provinces en estimant que leur heure est venue dans le cas d’un scrutin démocratique alors qu’il est impensable avec l’équipe en place,

une moitié des Grands Maîtres Provinciaux qui se sont rebellés face aux écarts de langage et abus de pouvoir répétitifs dont ils ont été les témoins,

les Rites continentaux désignés comme les fauteurs de trouble par celuilà même qui les a consciencieusement rejetés en leur demandant l’allégeance alors qu’ils sont les garants de leurs rituels.

On peut encore y ajouter les multiples commentateurs trop souvent oublieux des contraintes du droit associatif et ceux qui font confiance aux lois de la république et désespèrent de la lenteur des procédures juridiques en cours.

 

Le malaise des Frères

Ce contexte prioritairement profane est bien éloigné des idéaux de spiritualité que les Frères étaient venus chercher. L’écœurement est fréquent, l’attrait de la démission croissant, et le questionnement général. En dehors des exclus qui se cherchent un point de chute un nombre croissant de Frères quitte librement la GLNF en ne voulant plus cautionner l’actuelle gouvernance. Les autres réfléchissent au meilleur chemin pour continuer sereinement leur travail en Loge sans se faire spolier jusqu’au tronc de la veuve et se faire imposer des grands officiers dont ils ne reconnaissent pas la légitimité. Le bien de tous n’est à personne et aucun, puissant ou misérable, ne peut se l’approprier. Quoiqu’en disent ceux qui utilisent l’ordre maçonnique comme un moyen de pouvoir absolu, il ne faut jamais oublier que c’est un ordre librement consenti par la propre volonté de chacun et qui se pratique dans un respect absolu des lois de la république.

 

La situation des exclus et des départs volontaires

Tout d’abord il faut savoir qu’en droit associatif tout adhérent ayant payé sa cotisation ne peut pas être exclu pour désaccord avec la direction. Par contre il peut démissionner. Ceci est valable chez nous comme ailleurs, le seul motif d’exclusion reconnu par les tribunaux en dehors de la cotisation étant une raison pénale. Ceci étant, les Frères partis de la GLNF souhaitent rentrer dans un processus externe qui leur permettra de retravailler un jour dans une structure reconnue par la Grande Loge Unie d’Angleterre. Elle pourra éventuellement réintégrer la GLNF une fois que celleci aura retrouvé un fonctionnement maçonnique satisfaisant. L’association « l’Union des loges régulières » qui regroupe déjà près d’une centaine de Loges a vocation d’être cette structure d’accueil qui pourra servir de plateforme en cas d’explosion de l’obédience.

 

La création d’une Grande Loge

Si la situation de la GLNF ne s’améliore pas, beaucoup pensent que l’étape suivante ne pourra être que la scission avec création d’une Grande Loge régulière temporaire ou définitive qui demandera l’agrément de la Grande Loge Unie d’Angleterre. Plus rigoureuse sur les conditions de recrutement elle devra fonctionner selon un modèle qui différenciera clairement les activités spirituelles et matérielles pour éviter les dérives dont nous subissons les conséquences. Mais ne nous trompons pas : cette scission est le souhait le plus cher de François Stifani qui sera ravi de voir partir ses opposants pour se retrouver avec ses affidés. Il doit néanmoins savoir que dans cette solution il ne sera pas envisageable de lui laisser les actifs immobiliers achetés avec l’argent de tous les Frères. Il faudra trouver une solution de répartition équitable avec l’aide du mandataire provisoire ou des tribunaux.

 

L’assemblée générale d’octobre

Pour ceux qui veulent continuer à mener un combat en interne à partir du 8 septembre pour le départ de François Stifani, il faut savoir que l’administrateur provisoire doit organiser avant mioctobre l’assemblée générale d’approbation des comptes selon un ordre du jour qu’elle publiera précédemment. Pour pouvoir voter, selon notre règlement intérieur, les Loges doivent être à jour de leurs capitations. Comme cellesci n’ont pas encore été agréées par l’assemblée de l’association et qu’aucune situation financière n’a été publiée, beaucoup font le choix de refuser de payer. Soit les procédures en cours et les négociations amèneront Maître Legrand à faire voter le collège de l’assemblée annulée en 2010 soit un bon nombre de Loges vont se trouver exclues ce qui pourrait donner la majorité à l’actuelle direction de l’obédience. Pour répondre à cette éventualité je vais demander à l’administrateur provisoire de bien vouloir accepter l’utilisation du compte CARPA de nos avocats afin d’y recevoir jusqu’à la veille de l’assemblée les versements des Frères et des Loges qui le souhaiteraient sans que cet argent puisse être utilisé par la GLNF. Comme présidente de l’assemblée, elle autoriserait le vote de toutes les Loges ayant alimenté ce compte au même titre que si elles avaient payé la GLNF. Par ailleurs il faut se souvenir que toutes les Loges ayant déjà payé leurs capitations ont le droit de vote à l’assemblée qu’elles reconnaissent ou pas la direction actuelle.

 

La tenue d’un Souverain Grand Comité

Maître Legrand peut convoquer le Souverain Grand Comité et le présider dans sa version profane de Conseil des membres de droit qui est habilité à traiter de tout sauf de l’élection du Grand Maître. C’est elle qui fixe la date et définit l’ordre du jour. Le seul problème reste la composition du Comité qui a été profondément remanié depuis un an par la gouvernance actuelle pour se donner une majorité automatique. Seul l’administrateur ou le tribunal peuvent fixer la date de référence pour la composition du Comité et c’est un point essentiel à régler dans les prochaines semaines.

 

Refaire l’unité

Mener le combat à l’intérieur implique que nous soyons capables de dépasser nos querelles et nos oppositions pour nous tendre la main. Plutôt que d’accuser l’autre de tous les maux pour éviter de se regarder soi même, il est temps de revenir à la vraie fraternité maçonnique dans la paix et l’harmonie. Bien que nous soyons tous différents nous devons nous retrouver tous unis si nous voulons gagner. Le manque de courage n’est pas un crime, le repentir est une vertu. Aboyer avec les chiens et mettre ses métaux en bandoulière n’est malheureusement pas réservé à quelques uns. Nous sommes tous coupables par action ou par omission dans les dérives actuelles de cette maçonnerie à laquelle nous sommes tous si attachés pour des raisons diverses. Quoiqu’il arrive elle nous survivra sous une forme ou sous une autre car la morale universelle triomphe toujours sur les intérêts particuliers.

 

La reconstruction

Les Grandes Loges étrangères ne sont pas prêtes à nous pardonner d’avoir dévoyé l’image de la franc maçonnerie de tradition. Audelà du départ de François Stifani, il faudra du temps et beaucoup de travail pour que de nouveaux dirigeants, élus pour 3 ans et dignes de confiance, reconstruisent en interne ou à l’extérieur l’obédience avec l’aide de tous. Ce sera une évolution nécessaire pour s’adapter à notre environnement et tirer les leçons de notre expérience interne mais en aucun cas une révolution, génératrice de haine et de règlements de comptes. Sans entrer dans les détails, le rapport sur le besoin de réforme a montré que la grande majorité des Frères formule plusieurs exigences :

Ils devront garantir le fonctionnement démocratique de l’obédience et l’obligation de rendre des comptes autour de statuts modifiés et d’un nouveau règlement intérieur. Résultat de la synthèse des travaux réalisés par les principaux groupes de réflexion pour revenir aux fondamentaux, ils devront être approuvés par une assemblée générale constitutive.

Ils redéfiniront le rôle du Président de l’association et du Grand Maître et mettront en place une procédure de révocation s’appuyant sur le Conseil des Sages.

Ils couperont les liens avec Hôpital Assistance et la Fondation en leur demandant de rembourser les prêts consentis par la GLNF pour que tout revienne à l’OAF qui doit s’occuper avant tout des frères en difficulté en ces temps de crise économique.

Ils auront à nettoyer le volet « immobilier » pour que chaque province gère son parc de temples de manière autonome et totalement transparente mais sur un modèle d’organisation unique où les particuliers n’auront pas leur place.

Ils devront restructurer les finances de l’association pour réduire le train de vie, revoir tout le financement de l’immobilier et surtout ne pas prendre aux Frères plus que strictement nécessaire. Il est inacceptable que le montant de nos capitations actuelles soit surévalué d’au moins 20% selon l’expert comptable de l’administrateur provisoire et qu’on ait pu constituer des trésors de guerre tant au niveau provincial que national. Nous ne sommes pas un fond d’investissement.

 

La refonte du SGC

Le rôle et la composition du SGC doivent être revu. Ses trois tiers de membres à vie, et de Grands officiers et délégués élus par les provinces pour la durée du mandat du Grand Maître devront assumer plus de responsabilités à travers des commissions d’orientation et de contrôle. Son effectif total sera réduit à 0,5% du nombre des Frères de l’obédience.

 

L’autonomie des Loges

Quelle que soit l’organisation future, elles doivent retrouver leur autonomie dans le respect du rite qu’elles pratiquent et leur capacité de gestion sachant qu’aucun mouvement financier ne pourra se faire sans la signature conjointe du Vénérable Maître et de son trésorier. Comme dans les autres Grandes loges étrangères, ce sont les provinces qui sont le relais administratif entre les Loges et l’Obédience et les responsables des Rites aux trois premiers degrés qui doivent assurer la formation et valider la pratique.

 

La mobilisation de tous

Ainsi, tout est prêt pour que, quoiqu’il arrive, une nouvelle Obédience régulière et reconnue émerge des ruines de l’actuelle GLNF. Ayez confiance car le soleil succède toujours à la tempête. Il n’est plus temps de gémir et d’espérer car la tolérance a ses limites. Il s’agit de reconstruire avec la volonté avérée de nous battre contre des profanes en tablier qui ont souillé le Temple de nos aspirations les plus profondes et bafoué les fondements mêmes de notre institution. Notre obédience est gangrenée mais la quasitotalité des Frères qui la composent sont plus nobles que ceux qui la dirigent encore. Avec l’aide de toutes les bonnes volontés, en accord avec l’administrateur provisoire, et avec tous les Rites, il s’agit de construire une stratégie gagnante répondant à chacune des deux options puisqu’elles sont appelées à fusionner.

 

Retrouver et pratiquer la fraternité

Tous ensembles nous retrouverons la reconnaissance et la régularité et surtout cette fraternité qui fait notre force et notre fierté d’appartenance. Bien sûr chacun devra faire un effort. Toutes les idées généreuses des uns et des autres, toutes les réflexions collectives ne pourront être appliquées. Il faudra faire des choix, des arbitrages mais je sais que chacun plaçant l’intérêt de la franc maçonnerie régulière au dessus de sa vision personnelle aura à coeur de participer à la reconstruction de ce qui nous lie et nous permettra de continuer à progresser dans cette quête de spiritualité dont notre société a tant besoin. Pour ma part je m’y implique pleinement depuis de nombreux mois en étant conscient de la difficulté de la tâche et qu’on ne peut rien sans l’aide de ses frères. Le chantier est à la mesure de qui nous sommes, de ce que nous souhaitons et ne voulons plus. Chacun y contribuera en apportant une pierre qui trouvera sa place dans ce nouvel édifice.

Unissons-nous mes Frères car il est temps que l’on reconnaisse à notre sagesse de vrais enfants de la Lumière.

Bien Fraternellement

 

Alain Juillet

 

Cc : Maître Monique Legrand

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour
commenter cet article

commentaires

ANTOINE 21/08/2011 19:39


Bonsoir,
Frédéric Dard (San Antonio) écrivait "A Lyon la lumière ne vient pas d'en haut mais d'en bas"...
Alain Juillet va demander es qualité à l'administrateur de se servir des comptes CARPA pour recevoir les cotisations.
Dont acte.
Pour ma part, je ne suis pas totalement prêt à payer les honoraires des divers avocats, mandataires, frais de fonctionnement qui participent des dérives actuelles, surtout depuis que cette
obédience que j'ai consciemment choisie précisément pour sa régularité, s'exprime au travers d'associations qui revendiquent une franc maçonnerie régulière hors de la GLNF, ou des blogs de
journalistes qui publient jusqu'au mots de semestre du GO, depuis fondamentalement que la gouvernance actuelle a rompu les liens et donné des leçons de régularité aux Puissances étrangères, aux
Ordres et aux Rites pour nous conduire au résultat que l'on sait...
Toutes ces péroraisons des uns, des autres, qui s'en vont qui restent, n'apportent pas grand chose au fond en particulier sur le plan de la clarté des débats.
Heureusement certaines voix comme celles d'Alain Juillet commencent a appeler à l'Union et à la raison.
J'abonde à son idée qu'il est curieux qu'un GM démissionnaire continue une gestion de fait au travers son statut de Grand Maître...
Cette posture a été clairement dénoncée par les collectifs de soutien à Jean MURAT dans différentes Provinces et en particulier en Corse avant la tenue d'une réunion avec FMR.
Cette union préalable est appelée par tous et particulièrement par Jean MURAT depuis le 10 février a 6 reprises.
Donc tous peuvent se réclamer d'en appeler à l'union!
Par contre, juridiquement, il me semble que l'idée de ne pas se tromper d'élection est importante.
En effet, la mission de Me LEGRAND est de doter la GLNF d'une direction: Un président, un secrétaire, un trésorier un conseil d'administration et un bureau pour schématiser.
Les grande maîtrise, grand secrétariat et grande trésorerie et toutes ces "Grandes Commissions", étant impossibles à réunir pour des raisons d'ego ou de démissions "prises d'otages",
l'administrateur devrait, devant des décisions à prendre qui dépassent largement le cadre normal de la gestion, et pour respecter le droit associatif, convoquer la réunion de l'ensemble des
associés à jour de leur cotisations au dernier exercice voté régulièrement en assemblée générale extraordinaire élective.
Je m'excuse de répéter mais, la chaire de président étant vacante, le Tribunal a donné instruction à Me LEGRAND de remédier à cette situation sans délai en insistant sur le pouvoir des assemblées
dans une association de 1901.
Il me semble que les "grands" ou plutôt les "visibles" comme Alain JUILLET ou les penseurs de FMR doivent sans délai appeler ouvertement et courageusement cette élection en soutenant sans ambiguïté
la candidature de Jean MURAT contre le candidat de la gouvernance actuelle s'il en reste un.
Jean MURAT pourra rassembler, réconcilier avec les anglo-saxons, les Ordres et les Rites.
Surtout, il travaillera avec Me LEGRAND, fera voter les cotisations en évitant les mouvements hors de la structure.
Il laisserait chaque sensibilité s'exprimer et sa présidence serait une étape propice à ce que nous souhaitons tous.
Telle est au moins ma conviction.
Bon dimanche.
Amitié et Fidélité
ANTOINE


ANTOINE 21/08/2011 17:19


Jean Murat sera élu Président je l'espère, par une assemblée générale de type extraordinaire qui est la réunion de l'ensemble des cotisants à juor lors du dernier exercice régulièrement approuvé,
les cotisation N61 et N-2 seront aini validée par la nouvelle direction issue du suffrage à venir.
Telle est la mission confiée par le Tribunal à Me Legrand.
Le bout du tunel n'est pas loin.
Voyez au passage le Blog "le tabiler blanc" et le site de Jean Murat.
Surtout soutenez sa candidature en cliquant sur la pétition électronique!
Amitié et Fidélité
Antoine


Sibelius N° 75145 21/08/2011 16:23


Mon B.A.F. Fidèle d'Amour,

J'ai lu avec grand intérêt l'analyse d' Alain Juillet, les conséquences qu'il en retire et suis sensible au ton mesuré et rassembleur qu'il a choisi pour comprendre le désarroi des FF. et parfois
le "désordre" qui règne parmi les tendances de l'opposition. Il expose en revanche sans concession les causes structurelles des dérives qui ont conduit à la situation présente.

Merci mon Frère Fidèle pour ton commentaire de ce texte où tu soulignes ce qui constitue l'espoir de tant de Frères; cette union qui, seule, pourra sauver notre Obédience - qu'elle demeure ou non
sous l'appellation G.L.N.F.-.

Notre sensibilité, notre identité peuvent être préservées
si la volonté de rassembler traverse enfin les différents courants et parvient à endiguer l'hémorragie que le découragement ne manquerait pas de provoquer.

Avec mon amitié fraternelle,

Sibelius N° 75145


Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour 21/08/2011 16:38



Bonjour, Très Cher et
Bien Aimé Frère Sibelius,


Je crois que le ton
d’Alain J. est le seul qui soit adéquat, toute autre approche est sans espoir. Raison pour laquelle les autres tendances ont perdues leur crédibilité.


Aujourd’hui, une
chose compte, c’est notre volonté et notre capacité à nous rassembler. Quel qu’en soit le prix. Si nous n’en sommes pas capables, s’en est définitivement fini de notre
GLNF…


Très fraternellement
avec toi.



J-P 21/08/2011 15:10


Voir les myosotis BBC et Ligérien.... Si tu ne nommes pas cela "se faire écho de la lettre de A.J."...!!!!!


Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour 21/08/2011 15:48



Effectivement, il
vaut mieux tard que jamais….



Présentation

  • : Le Myosotis du Dauphiné Savoie - Le Blog des Fidèles d'Amour -
  • : Tribune créée dans un premier temps pour restaurer les valeurs éthiques et morales de la Franc-maçonnerie de Tradition dans la GLNF. Désormais, ayant contribué au succès de cet objectif, elle se consacre à la défense de ceux-ci, à la défense de la GLNF contre des attaques extérieures, et à promouvoir une vision de la Franc-maçonnerie régulière. Par ailleurs, seront présentés des articles reflétant mon étude, mes lectures, mes engagements, et mes sympathies.
  • Contact

Référence et remerciements:

 

Par arrêt en date du 20 mai 2015, la cour d’appel de Paris a confirmé le jugement rendu le 6 mai 2014 par la chambre de la presse du tribunal de grande instance qui m'a déclaré coupable de diffamation publique envers François Stifani et Sébastien Dulac, à raison de la diffusion d’un message diffusé le 22 septembre 2010 sur le blog le myosotis-dauphine.savoie.over-blog.com. Je considère cet évènement comme l'attribution d'une Légion d'Honneur.

Merci aux soeurs et frères très nombreux qui m'ont soutenu dans ce combat de cinq années dont je m'honore, et dont je ne regrette rien.

Recherche