Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 22:06

Non seulement ce zélé serviteur de la gouvernance  a entraîné des poursuites contre Maître Monique Legrand ès qualité d’administratrice ad hoc de la GLNF, mais de plus il se voit assigné lui-même pour le 5 décembre prochain par trois Chefs de l’Ordre, les Vénérables Maîtres de trois loges différentes dans des affaires similaires, à savoir les RR.’.LL.’. Droits et devoirs, La foi maçonnique et le Serpent d'Airain. (Nous avions déjà rendu compte de l’assignation de la R.’.L.’. Droits et Devoirs)

 

CITATION DIRECTE DEVANT

LE TRIBUNAL DE POLICE

DE PARIS

A LA DEMANDE DE  :

Monsieur Pierre, Alexandre, Jean-Baptiste BO., né le 10 juillet 1969 à NANTES (44), de nationalité française, Consultant d’entreprises, demeurant .., rue des ….. – 78…. ……….,

Ayant pour avocat :

 

Elisant domicile en son cabinet,

J’AI HUISSIER, SOUSSIGNE

CITE A COMPARAITRE  LE LUNDI 5 DECEMBRE 2011 A 9 HEURES 30 –

1èreChambre

En présence de Madame ou Monsieur l’Officier du Ministère Public prés le Tribunal de Police de PARIS, siégeant Immeuble « Le Brabant », 11, rue de Cambrai – 75945 PARIS CEDEX 19

IMPORTANT :

Prévenu et civilement responsable, vous êtes tenu (e) de vous présenter personnellement à cette audience, seul (e) ou assisté (e) d’un avocat.

Vous pouvez aussi, mais dans certains cas seulement, vous y faire représenter par un avocat.

Si vous estimez être dans l’impossibilité de venir à l’audience, vous devez adresser une lettre au Président du Tribunal pour expliquer les raisons de votre absence.

Vous joignez à votre lettre toutes pièces justificatives.

Si à l’audience vos raisons sont admises par le Tribunal, une nouvelle citation vous sera adressée pour une audience ultérieure.

Dans le cas contraire, l’affaire sera jugée malgré votre absence.

Vous devez rappeler dans toute correspondance la date, l’heure et le lieu de l’audience à laquelle vous êtes convoqué (e).

Si vous désirez le concours d’un avocat, vous pouvez soit faire assurer à vos frais votre défense par un avocat que vous aurez choisi, soit demander au Bâtonnier de l’Ordre des Avocats ou au Président du Tribunal, la désignation d’office d’un défenseur.

Destinataire de la présente citation :

Monsieur Michel ZE., ………………. – 750.. PARIS

PLAISE AU TRIBUNAL

Attendu que l’article R.621-1 du Code Pénal dispose :

« La diffamation non publique envers une personne est punie de l’amende prévue pour les contraventions de la première classe.

La vérité des faits diffamatoires peut-être établie conformément aux dispositions législatives relatives à la liberté de la presse.

Que l’article 29 de la loi du 29 juillet 1881 définit la diffamation :

 « comme l’allégation ou l’imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne considérée ».

Attendu que Monsieur ZE. et Monsieur BO. appartiennent tous deux à l’Association dite G.L.N.F – GRANDE LOGE NATIONALE FRANCAISE.

Qu’il est de notoriété publique que cette association connaît actuellement de vives difficultés, à telle enseigne que le Tribunal de Grande Instance de PARIS a désigné Maître Monique LEGRAND, mandataire judiciaire, en qualité d’administrateur provisoire.

Que dans ce contexte troublé, le Président, pourtant démissionnaire de la G.L.N.F, a désigné Monsieur Michel ZE. en qualité de grand maître Provincial de la province « Paris Grande Arche ».

Que Monsieur Pierre BO. est le vénérable maître de la loge Droits et Devoirs n°1140 qui dépend de la province de Paris Grande Arche.

Que suivant courrier en date du 22 août 2011, adressée à Monsieur Pierre BO. en sa qualité de vénérable maître de la Loge Droits et Devoirs n°1140 et à Monsieur Charles RA., en sa qualité de Trésorier  de ladite loge, Monsieur Michel ZE. écrit :

« Je constate avec inquiétude que le compte de votre loge, ouvert dans les livres du Crédit du Nord sous le n°30076 2…. .…… … .. est débiteur à ce jour d’un montant de : - x xxxx,50 €.

Il apparaît clairement que cet état est le résultat, non pas de difficultés financières, mais d’une volonté délibérée de ne pas encaisser les capitations, voire même d’en faire bénéficier une autre association, déclarée ou de fait.

Il y aurait lieu de se demander si cette pratique ne serait pas assimilable à un détournement de fonds, ou à tout le moins la manifestation d’une volonté de nuire caractérisée.

Une telle situation débitrice ne peut rester en l’état. Je dénonce à l’instant votre délégation auprès de la banque, je confirme l’interdiction d’utiliser les chéquiers de votre loge (instruction de Me GRAND) et vous mets en garde quant au risque avéré d’une déclaration FICP par l’organisme bancaire

Attendu que cette lettre a été largement diffusée et commentée dans la province de Paris Grande Arche et dans la loge Droits et Devoirs.

Que ce texte constitue à l’évidence une diffamation non publique puisqu’il comporte des allégations ou imputations d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou la considération de la personne considérée.

Qu’en effet, il est clairement indiqué que Monsieur Pierre BO. aurait détourné l’argent de la loge pour en faire bénéficier une autre association déclarée ou de fait.

Qu’il est encore indiqué que Monsieur Pierre BO., par ce fait, aurait commis un détournement de fonds ou qu’à tout le moins il aurait agi avec une volonté de nuire caractérisée.

L’accusation de détournement de fonds ou d’encaissement de fonds au bénéfice d’une organisation non destinataire des chèques des sociétaires est incontestablement gravement diffamatoire.

Qu’au surplus, il n’est pas indifférent d’observer que cette allégation est absolument fausse puisque la comptabilité de la Loge est régulièrement et scrupuleusement tenue, que toutes les capitations recueillies ont été représentées à l’association GLNF en la personne de son Administrateur et que si elles n’ont pas toutes été encaissées c’est en raison de la volonté d’un certain nombre de sociétaires de ne pas les honorer en raison des exceptionnels dysfonctionnements qui frappent actuellement cette Obédience maçonnique.

Qu’enfin la lettre incriminée du 22 août 2011 menace l’intéressé, Monsieur Pierre BO. de le déclarer au Fichier des Incidents de paiements de la Banque de France par le truchement de l’établissement bancaire Crédit du Nord aux guichets duquel les comptes de la loge Droits et Devoirs n°1140 sont ouverts.

Que dans ces conditions, Monsieur Pierre BO. a subi un préjudice particulier puisque l’ensemble des membres de la loge Droits et Devoirs n°1140 a été informé de l’existence du courrier diffamatoire du 22 août 2011 et des accusations faussement proférées contre la victime.

Que Monsieur Pierre BO. est bien fondé à solliciter condamnation de Monsieur Michel ZE., à lui payer une indemnité de 5.000 € en réparation du préjudice porté à son honneur et sa réputation.

Que dans ces conditions, il est demandé au Tribunal de statuer dans les termes du présent dispositif.

PAR CES MOTIFS

Se voir le Tribunal déclarer Monsieur Michel ZE. coupable de la contravention de diffamation non publique envers un particulier, contravention prévue et réprimée par les articles R.621-1 du Code Pénal et 29 de la Loi du 29 juillet 1881.

Faire à l’encontre de Monsieur Michel ZE., telle application de la loi pénale qu’il appartiendra.

Condamner Monsieur Michel ZE. à verser à Monsieur Pierre BO. la somme de 5.000 € à titre de dommages et intérêts en réparation de son préjudice moral et de réputation.

Condamner Monsieur Michel ZE. à verser à Monsieur Pierre BO. la somme de 3.000 € sur le fondement de l’article 475-1 du Code de Procédure Pénale.

                                                                                              SOUS TOUTES RESERVES

                                                                                              ET CE SERA JUSTICE

Pièce unique :

 

Lettre du 22 août 2011 de Monsieur Michel ZE. à Monsieur Pierre BO.

 

Deuxième affaire :

 

 

CITATION DIRECTE DEVANT

LE TRIBUNAL DE POLICE

DE

PARIS

 

 

 

 

A LA DEMANDE DE  :

 

Monsieur Hugo FE., né le 1erjanvier 1968 à SURESNES (92), de nationalité française, Cadre de la Fonction Publique, demeurant .., avenue ………. – 92… …….  ……….,

Ayant pour avocat :

 

Elisant domicile en son cabinet,

J’AI HUISSIER, SOUSSIGNE

CITE A COMPARAITRE  LE LUNDI 5 DECEMBRE 2011 A 9 HEURES 30 –

1èreChambre

En présence de Madame ou Monsieur l’Officier du Ministère Public prés le Tribunal de Police de PARIS, siégeant Immeuble « Le Brabant », 11, rue de Cambrai – 75945 PARIS CEDEX 19

IMPORTANT :

Prévenu et civilement responsable, vous êtes tenu (e) de vous présenter personnellement à cette audience, seul (e) ou assisté (e) d’un avocat.

Vous pouvez aussi, mais dans certains cas seulement, vous y faire représenter par un avocat.

Si vous estimez être dans l’impossibilité de venir à l’audience, vous devez adresser une lettre au Président du Tribunal pour expliquer les raisons de votre absence.

Vous joignez à votre lettre toutes pièces justificatives.

Si à l’audience vos raisons sont admises par le Tribunal, une nouvelle citation vous sera adressée pour une audience ultérieure.

Dans le cas contraire, l’affaire sera jugée malgré votre absence.

Vous devez rappeler dans toute correspondance la date, l’heure et le lieu de l’audience à laquelle vous êtes convoqué (e).

Si vous désirez le concours d’un avocat, vous pouvez soit faire assurer à vos frais votre défense par un avocat que vous aurez choisi, soit demander au Bâtonnier de l’Ordre des Avocats ou au Président du Tribunal, la désignation d’office d’un défenseur.

Destinataire de la présente citation :

Monsieur Michel ZE., .., rue de …….. – 750.. PARIS

PLAISE AU TRIBUNAL

Attendu que l’article R.621-1 du Code Pénal dispose :

« La diffamation non publique envers une personne est punie de l’amende prévue pour les contraventions de la première classe.

La vérité des faits diffamatoires peut-être établie conformément aux dispositions législatives relatives à la liberté de la presse.

Que l’article 29 de la loi du 29 juillet 1881 définit la diffamation :

 « comme l’allégation ou l’imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne considérée ».

Attendu que Monsieur ZE. et Monsieur Hugo FE. appartiennent tous deux à l’Association dite G.L.N.F – GRANDE LOGE NATIONALE FRANCAISE.

Qu’il est de notoriété publique que cette association connaît actuellement de vives difficultés, à telle enseigne que le Tribunal de Grande Instance de PARIS a désigné Maître Monique LEGRAND, mandataire judiciaire, en qualité d’administrateur provisoire.

Que dans ce contexte troublé, le Président, pourtant démissionnaire de la G.L.N.F, a désigné Monsieur Michel ZE. en qualité de grand maître Provincial de la province « Paris Grande Arche ».

Que Monsieur Hugo FE. est le vénérable maître de la loge La Foi Maçonnique n°1017 qui dépend de la province de Paris Grande Arche.

Que suivant courrier en date du 22 août 2011, adressée à Monsieur Hugo FE. en sa qualité de vénérable maître de la Loge La Foi Maçonnique n°1017 et à Monsieur Patrick BE., en sa qualité de Trésorier de ladite loge, Monsieur Michel ZE. écrit :

« Je constate avec inquiétude que le compte de votre loge, ouvert dans les livres du Crédit du Nord sous le n°30076 …. …… … .. est débiteur à ce jour d’un montant de : - x xxx,56 €.

Il apparaît clairement que cet état est le résultat, non pas de difficultés financières, mais d’une volonté délibérée de ne pas encaisser les capitations, voire même d’en faire bénéficier une autre association, déclarée ou de fait.

Il y aurait lieu de se demander si cette pratique ne serait pas assimilable à un détournement de fonds, ou à tout le moins la manifestation d’une volonté de nuire caractérisée.

Une telle situation débitrice ne peut rester en l’état. Je dénonce à l’instant votre délégation auprès de la banque, je confirme l’interdiction d’utiliser les chéquiers de votre loge (instruction de Me GRAND) et vous mets en garde quant au risque avéré d’une déclaration FICP par l’organisme bancaire

Attendu que cette lettre a été largement diffusée et commentée dans la province de Paris Grande Arche et dans la loge La Foi Maçonnique.

Que ce texte constitue à l’évidence une diffamation non publique puisqu’il comporte des allégations ou imputations d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou la considération de la personne considérée.

Qu’en effet, il est clairement indiqué que Monsieur Hugo FE. aurait détourné l’argent de la loge pour en faire bénéficier une autre association déclarée ou de fait.

Qu’il est encore indiqué que Monsieur Hugo FE., par ce fait, aurait commis un détournement de fonds ou qu’à tout le moins il aurait agi avec une volonté de nuire caractérisée.

L’accusation de détournement de fonds ou d’encaissement de fonds au bénéfice d’une organisation non destinataire des chèques des sociétaires est incontestablement gravement diffamatoire.

Qu’au surplus, il n’est pas indifférent d’observer que cette allégation est absolument fausse puisque la comptabilité de la Loge est régulièrement et scrupuleusement tenue, que toutes les capitations recueillies ont été représentées à l’association GLNF en la personne de son Administrateur et que si elles n’ont pas toutes été encaissées c’est en raison de la volonté d’un certain nombre de sociétaires de ne pas les honorer en raison des exceptionnels dysfonctionnements qui frappent actuellement cette Obédience maçonnique.

Qu’enfin la lettre incriminée du 22 août 2011 menace l’intéressé, Monsieur Hugo FE. de le déclarer au Fichier des Incidents de paiements de la Banque de France par le truchement de l’établissement bancaire Crédit du Nord aux guichets duquel les comptes de la loge La Foi Maçonnique n°1017 sont ouverts.

Que dans ces conditions, Monsieur Hugo FE. a subi un préjudice particulier puisque l’ensemble des membres de la loge La Foi Maçonnique n°1017 a été informé de l’existence du courrier diffamatoire du 22 août 2011 et des accusations faussement proférées contre la victime.

Que Monsieur Hugo FE. est bien fondé à solliciter condamnation de Monsieur Michel ZE., à lui payer une indemnité de 5.000 € en réparation du préjudice porté à son honneur et sa réputation.

Que dans ces conditions, il est demandé au Tribunal de statuer dans les termes du présent dispositif.

PAR CES MOTIFS

Se voir le Tribunal déclarer Monsieur Michel ZE. coupable de la contravention de diffamation non publique envers un particulier, contravention prévue et réprimée par les articles R.621-1 du Code Pénal et 29 de la Loi du 29 juillet 1881.

Faire à l’encontre de Monsieur Michel ZE., telle application de la loi pénale qu’il appartiendra.

Condamner Monsieur Michel ZE. à verser à Monsieur Hugo FE. la somme de 5.000 € à titre de dommages et intérêts en réparation de son préjudice moral et de réputation.

Condamner Monsieur Michel ZE. à verser à Monsieur Hugo FE. la somme de 3.000 € sur le fondement de l’article 475-1 du Code de Procédure Pénale.

                                                                                              SOUS TOUTES RESERVES

                                                                                              ET CE SERA JUSTICE

Pièce unique :

 

Lettre du 22 août 2011 de Monsieur Michel ZE. à Monsieur Hugo FE.

 

Troisième affaire :

 

 

CITATION DIRECTE DEVANT

LE TRIBUNAL DE POLICE

DE

PARIS

 

A LA DEMANDE DE  :

 

Monsieur Thierry .. ……-……., né le 24 mars 1969 à CHAMALIERE (63), de nationalité française, Ingénieur Informatique, demeurant ., Square ….. – 78… ……. .. …….,

 

Ayant pour avocat :

 

Elisant domicile en son cabinet,

J’AI HUISSIER, SOUSSIGNE

CITE A COMPARAITRE  LE LUNDI 5 DECEMBRE 2011 A 9 HEURES 30 –

1èreChambre

En présence de Madame ou Monsieur l’Officier du Ministère Public prés le Tribunal de Police de PARIS, siégeant Immeuble « Le Brabant », 11, rue de Cambrai – 75945 PARIS CEDEX 19

IMPORTANT :

Prévenu et civilement responsable, vous êtes tenu (e) de vous présenter personnellement à cette audience, seul (e) ou assisté (e) d’un avocat.

Vous pouvez aussi, mais dans certains cas seulement, vous y faire représenter par un avocat.

Si vous estimez être dans l’impossibilité de venir à l’audience, vous devez adresser une lettre au Président du Tribunal pour expliquer les raisons de votre absence.

Vous joignez à votre lettre toutes pièces justificatives.

Si à l’audience vos raisons sont admises par le Tribunal, une nouvelle citation vous sera adressée pour une audience ultérieure.

Dans le cas contraire, l’affaire sera jugée malgré votre absence.

Vous devez rappeler dans toute correspondance la date, l’heure et le lieu de l’audience à laquelle vous êtes convoqué (e).

Si vous désirez le concours d’un avocat, vous pouvez soit faire assurer à vos frais votre défense par un avocat que vous aurez choisi, soit demander au Bâtonnier de l’Ordre des Avocats ou au Président du Tribunal, la désignation d’office d’un défenseur.

Destinataire de la présente citation :

 

Monsieur Michel ZE., .., rue de …… – 750.. PARIS

PLAISE AU TRIBUNAL

Attendu que l’article R.621-1 du Code Pénal dispose :

« La diffamation non publique envers une personne est punie de l’amende prévue pour les contraventions de la première classe.

La vérité des faits diffamatoires peut-être établie conformément aux dispositions législatives relatives à la liberté de la presse.

Que l’article 29 de la loi du 29 juillet 1881 définit la diffamation :

« comme l’allégation ou l’imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne considérée ».

Attendu que Monsieur ZE. et Monsieur Thierry .. PA.-PE. appartiennent tous deux à l’Association dite G.L.N.F – GRANDE LOGE NATIONALE FRANCAISE.

Qu’il est de notoriété publique que cette association connaît actuellement de vives difficultés, à telle enseigne que le Tribunal de Grande Instance de PARIS a désigné Maître Monique LEGRAND, mandataire judiciaire, en qualité d’administrateur provisoire.

Que dans ce contexte troublé, le Président, pourtant démissionnaire de la G.L.N.F, a désigné Monsieur Michel ZE. en qualité de grand maître Provincial de la province « Paris Grande Arche ».

Que Monsieur Thierry .. PA.-PE. est le vénérable maître de la loge Le Serpent d’Airain n°862 qui dépend de la province de Paris Grande Arche.

Que suivant courrier en date du 22 août 2011, adressée à Monsieur Thierry .. PA.-PE. en sa qualité de vénérable maître de la Loge Le Serpent d’Airain n°862 et à Monsieur Jérôme GI., en sa qualité de Trésorier de ladite loge, Monsieur Michel ZE. écrit :

« Je constate avec inquiétude que le compte de votre loge, ouvert dans les livres du Crédit du Nord sous le n°30076 …. …… … .. est débiteur à ce jour d’un montant de : - x …,95 €.

Il apparaît clairement que cet état est le résultat, non pas de difficultés financières, mais d’une volonté délibérée de ne pas encaisser les capitations, voire même d’en faire bénéficier une autre association, déclarée ou de fait.

Il y aurait lieu de se demander si cette pratique ne serait pas assimilable à un détournement de fonds, ou à tout le moins la manifestation d’une volonté de nuire caractérisée.

Une telle situation débitrice ne peut rester en l’état. Je dénonce à l’instant votre délégation auprès de la banque, je confirme l’interdiction d’utiliser les chéquiers de votre loge (instruction de Me GRAND) et vous mets en garde quant au risque avéré d’une déclaration FICP par l’organisme bancaire

Attendu que cette lettre a été largement diffusée et commentée dans la province de Paris Grande Arche et dans la loge le Serpent d’Airain n°862.

Que ce texte constitue à l’évidence une diffamation non publique puisqu’il comporte des allégations ou imputations d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou la considération de la personne considérée.

Qu’en effet, il est clairement indiqué que Monsieur Thierry .. PA.-PE. aurait détourné l’argent de la loge pour en faire bénéficier une autre association déclarée ou de fait.

Qu’il est encore indiqué que Monsieur Thierry .. PA.-PE., par ce fait, aurait commis un détournement de fonds ou qu’à tout le moins il aurait agi avec une volonté de nuire caractérisée.

L’accusation de détournement de fonds ou d’encaissement de fonds au bénéfice d’une organisation non destinataire des chèques des sociétaires est incontestablement gravement diffamatoire.

Qu’au surplus, il n’est pas indifférent d’observer que cette allégation est absolument fausse puisque la comptabilité de la Loge est régulièrement et scrupuleusement tenue, que toutes les capitations recueillies ont été représentées à l’association GLNF en la personne de son Administrateur et que si elles n’ont pas toutes été encaissées c’est en raison de la volonté d’un certain nombre de sociétaires de ne pas les honorer en raison des exceptionnels dysfonctionnements qui frappent actuellement cette Obédience maçonnique.

Qu’enfin la lettre incriminée du 22 août 2011 menace l’intéressé, Monsieur Thierry .. PA.-PE. de le déclarer au Fichier des Incidents de paiements de la Banque de France par le truchement de l’établissement bancaire Crédit du Nord aux guichets duquel les comptes de la loge Le Serpent d’Airain n°862 sont ouverts.

Que dans ces conditions, Monsieur Thierry .. PA.-PE. a subi un préjudice particulier puisque l’ensemble des membres de la loge Le Serpent d’Airain n°862 a été informé de l’existence du courrier diffamatoire du 22 août 2011 et des accusations faussement proférées contre la victime.

Que Monsieur Thierry .. PA.-PE. est bien fondé à solliciter condamnation de Monsieur Michel ZE., à lui payer une indemnité de 5.000 € en réparation du préjudice porté à son honneur et sa réputation.

Que dans ces conditions, il est demandé au Tribunal de statuer dans les termes du présent dispositif.

PAR CES MOTIFS

Se voir le Tribunal déclarer Monsieur Michel ZE. coupable de la contravention de diffamation non publique envers un particulier, contravention prévue et réprimée par les articles R.621-1 du Code Pénal et 29 de la Loi du 29 juillet 1881.

Faire à l’encontre de Monsieur Michel ZE., telle application de la loi pénale qu’il appartiendra.

Condamner Monsieur Michel ZE. à verser à Monsieur Thierry .. PA.-PE. la somme de 5.000 € à titre de dommages et intérêts en réparation de son préjudice moral et de réputation.

Condamner Monsieur Michel ZE. à verser à Monsieur Thierry .. PA.-PE. la somme de 3.000 € sur le fondement de l’article 475-1 du Code de Procédure Pénale.

                                                                                              SOUS TOUTES RESERVES

                                                                                              ET CE SERA JUSTICE

Pièce unique :

Lettre du 22 août 2011 de Monsieur Michel ZE. à Monsieur Thierry .. PA.-PE.

Partager cet article

Repost 0
Published by Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour
commenter cet article

commentaires

TONTON BERETTA de LA BUTTE 10/10/2011 16:55


Notre Bon ZECC.. de la Province P.G.A revait de celebrité , c'est fait !

Tribiz


Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour 10/10/2011 18:26



Mon Très Cher et Bien Aimé Frère Tonton,


 


Il y en a un encore pire. Celui de Rouvray…Entre celui de Paris, celui de Rouvray, et celui de Grande Arche, je plains sincèrement François
Stifani : passer de ses tentatives d’initier le Prince de Monaco, s’adresser à celui qu’il appelle « Mon Cher Edouard » (heureusement, il ne l’a pas appelé Doudou, mais on a eut
chaud !) s’agissant du Prince de Kent, et devoir s’afficher avec « ca » !...Sed Lex, Dura Lex….


 


 



le voyageur 10/10/2011 08:39


TC Emmanuel,
j'insiste un peu maladroitement (30 ans de FM, je suis un peu jeune)malgré ta pudeur bien compréhensive, j'ai toujours pensé que la réaction naturelle et pourtant fraternelle envers un F est
d'appliquer la loi qui s'impose à l'acte fautif: un "vol de voiture" ça se traite au pénal.
Nous ne sommes pas au dessus des lois. Sinon, nous sommes complices. Il faut purger la GLNF de tout ce qui ressemble à un délit. Rien à voir avec la morale. C'est une question de survie. Stifani et
ses prédécesseurs ont choisi eux mêmes les armes du duel. Je préfererais un débat d'idée.
Très fraternellement.


Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour 10/10/2011 10:15






Mon Bien Aimé
Frère,


Oui, c’est vrai, l’idée des Francs-maçons
règlent leurs comptes devant un tribunal profane, devant un public et des journalistes profanes, me répugne, précisément parce que c’est donner raison aux ennemis de la
F.’.M.’. !


Normalement, tout litige devrait pouvoir être
réglé en interne.


J’admets cependant qu’actuellement il est
impossible de procéder autrement, et que, comme tu le soulignes, F.S. a choisit ses armes. Il n’y a donc pas d’autre alternative. Dans quel état misérable nous
sommes !



Présentation

  • : Le Myosotis du Dauphiné Savoie - Le Blog de Fidèle d'Amour -
  • : Tribune créée dans un premier temps pour restaurer les valeurs éthiques et morales de la Franc-maçonnerie de Tradition dans la GLNF. Désormais, ayant contribué au succès de cet objectif, elle se consacre à la défense de ceux-ci, à la défense de la GLNF contre des attaques extérieures, et à promouvoir une vision de la Franc-maçonnerie régulière. Par ailleurs, seront présentés des articles reflétant mon étude, mes lectures, mes engagements, et mes sympathies.
  • Contact

Référence et remerciements:

 

Par arrêt en date du 20 mai 2015, la cour d’appel de Paris a confirmé le jugement rendu le 6 mai 2014 par la chambre de la presse du tribunal de grande instance qui m'a déclaré coupable de diffamation publique envers François Stifani et Sébastien Dulac, à raison de la diffusion d’un message diffusé le 22 septembre 2010 sur le blog le myosotis-dauphine.savoie.over-blog.com. Je considère cet évènement comme l'attribution d'une Légion d'Honneur.

Merci aux soeurs et frères très nombreux qui m'ont soutenu dans ce combat de cinq années dont je m'honore, et dont je ne regrette rien.

Recherche