Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 12:24

Alors que François Stifani cherche avec acharnement à remplacer les 15 Grands Maîtres Provinciaux représentant la moitié de l’Obédience qui se sont placés sous l’autorité administrative de la GLNF, et a déjà procédé au « remplacement » de plusieurs d’entre eux semant doute et pagaille partout, car les 15 disposant du soutien de la majorité des loges de leurs Provinces, il est clair que celles-ci n’accepteront pas la présence d’ « Officiers Provinciaux » illégitimes à leur Tenues, et encore moins aux Installations de la rentrée. Il se dit même que s’ils se présentaient, ils seraient mis à la porte de manière « virile » !

Espérons bien que nous n’en arriverons pas à de pareilles extrémités, car de fait, puisque la Chair de Grand Maître est actuellement vacante, selon nos statuts, les équipes provinciales mises en place par François Stifani avant le 21 janvier demeurent légitimes pour assurer l’intérim, en attendant qu’un nouveau Grand Maître légitimement désigné nomme leurs successeurs, à défaut de toute autre équipe.

 

Témoin du ridicule et de la « chienlit » que provoque F.S., la situation dans la Province de Paris.

Il s’y déroule actuellement un affrontement à fleurets à peine mouchetés entre l’ancien Grand Maître F.S. et l’actuel Grand Maître Provincial, ou plutôt, pour reprendre ses propres termes, faisant fonction de Grand Maître Provincial…

 

Le Grand Maître Provincial Yves Pe. est un homme droit pétri du sens de l’honneur. Il est reconnu ainsi par tous les membres de la Province, et particulièrement par ceux qui comme moi peuvent dire avoir été « Résistants » de la première heure.

C’est dans cet esprit, qu’il a rejoint l’appel des 15 Grands Maîtres Provinciaux, aux cotés de notre Grand Maître Provincial du Dauphiné-Savoie, Z.H., mais aussi aux côtés d’autres GG.’.MM.’.PP.’. qui se sont conduits dès le début de la crise avec droiture et dignité…

Malheureusement, on peut effectivement déplorer, que tous les 15 n’aient pas suivis cet exemple dès le départ…

Cependant, le T.’.R.’.F.’. Yves Pe. a lui aussi inspiré à sa Province la sérénité qui le caractérise, tout en laissant à chacun son libre-arbitre. Homme d’honneur, disais-je.

N’ayant décidément pas peur du ridicule comme de l’odieux, sans doute n’ayant rien trouvé de plus présentable, François Stifani l’ancien Grand Maître a envoyé l’ancien rédacteur de l’Acacia, actuellement mis en examen sur une plainte de Claude Se. (Et en tant que tel présumé innocent) pour prétendre à la charge de Grand Maître Provincial de Paris…

Encore une fois, pour en être réduit à cela, je plains sincèrement et très fraternellement F.S. ! Car il sait très bien ce qu’est et ce que représente celui qu’il a ainsi désigné !

Il sait très bien quel est le parfum qui l’entoure, j’ai eu l’occasion de le lui dire directement.

 

Ainsi, le lundi 11 mai, le T.’.R.’.F.’. Yves Pe. reçevait de François Stifani le message agressif suivant :

 

Le Grand Maître

A l’attention de Yves Pe.

envoi par mail : pe…..y@......

Paris, le 11 juillet 2011

Mon Très Cher Frère,

Le 19 mai 2011, vous avez été relevé de vos fonctions de Grand Maître Provincial de la Province de Paris, en raison de votre implication personnelle et concertée dans les tentatives de déstabilisation et de destruction de la GLNF.

Vos entreprises et déclarations trompeuses, qui ont pour seul but de déstabiliser les Frères de notre Obédience, peuvent nous conduire à rechercher votre responsabilité

personnelle ainsi que celle de ceux qui, comme vous, poursuivent le projet de scission et de destruction de notre Obédience. Vous et vos complices dans ce dessein malveillant, tentez continuellement de détourner le plus grand nombre de nos Frères afin de servir vos intérêts et ambitions personnels et vous emparer des structures matérielles de la GLNF.

Votre attitude, contraire à la plus élémentaire éthique maçonnique, rend incompatible votre maintien dans l'Obédience et me contraint à mettre en oeuvre une mesure disciplinaire vous interdisant toute nouvelle intervention dans le cadre d'une quelconque structure de la GLNF : tenue de Loge ou quelconque rassemblement dans le cadre et les locaux de l'Obédience.

Je vous prie donc de remettre, sans délai, au TRF Sébastien Du., nouveau Grand Maître Provincial de la Province de Paris, la Charte, le Grand Sceau et la Bannière de la Province, les clefs des différents locaux dans lesquels se réunissent les Loges de la Province ainsi que toute la comptabilité à jour, les carnets de chèques et tous les registres du Secrétariat Provincial, ceci afin de permettre au nouveau Grand Maître Provincial d'assurer la continuité de la vie de la Province.

Nous espérons sincèrement que vous retrouverez prochainement le sens des valeurs maçonniques que vous aviez su cultiver jusqu’à récemment et qui vous avait conduit à assurer les plus hautes fonctions au sein de notre Obédience.

En souhaitant que la transmission des fonctions de Grand Maître Provincial se fasse dans les meilleures conditions et dans le meilleur esprit fraternel.

Je vous prie d’agréer, Mon Très Cher Frère, l’expression de mes sentiments fraternels.

François Stifani

Grand Maître

 

On observe une fois de plus la « marque » des courriers de F.S. à ses opposants : accusations, invectives et menaces. Pourtant, on sent poindre à la fin de la lettre (contrairement à celles que F.S. envoyait à l’époque à Claude Sei. un certain respect, voire une marque d’affection ou de regret)….

Ce qui choque cependant, c’est que l’ancien Grand Maître, qui rappelons-le n’a plus aucune fonction, puisse arbitrairement déclarer et décider : « …Votre attitude, contraire à la plus élémentaire éthique maçonnique, rend incompatible votre maintien dans l'Obédience… »… Cela fait froid dans le dos, et rappelle de bien triste souvenirs. N’oublions pas que la seule action que F.S. puisse reprocher à notre Frère Yves, c’est de s’être placé sous l’autorité administrative de la Mandataire ad’hoc Maître Monique Legrand, prenant acte de la démission du Grand Maître le 21 janvier dernier…

Et prétendre qu’Yves Pe. veuille orchestrer soit une ambition personnelle, soit la scission de la GLNF, relève au mieux de la blague, au pire de la calomnie…

 

Voici la réponse qu’a adressée le 13 juillet notre Frère Yves P. à l’ancien Grand Maître :

 

A LA GLOIRE DU GRAND ARCHITECTE DE L’UNIVERS

Sous les Auspices de la Grande Loge Nationale Française

GRANDE LOGE PROVINCIALE DE PARIS

G.L.N.F.

Monsieur François STIFANI

12, rue Christine de Pisan

75017 PARIS

Paris, le 13 juillet 2011

Très Cher Frère,

J’ai bien reçu votre courriel du 11 juillet, qui est à mon encontre diffamatoire et

injurieux.

En effet, durant les 28 mois où j’ai assumé la fonction de Grand Maître de la

Province de Paris, mon objectif prioritaire a été de maintenir dignité et cohésion parmi les 2 000 membres de la Province dont vous m’aviez confié la responsabilité, alors même que de votre côté, vous entraîniez la G.L.N.F. dans des dérives dont il lui sera très difficile de se remettre :

- culte de la personnalité, (assemblées régionales,…), alors que nous prônons l’humilité et la fraternité,

- nombreuses interventions dans la presse, alors que nous souhaitons la discrétion,

- investissements malheureux dans un “centre de conférence“ avenue de Wagram alors que nous manquons de temples pour nous réunir,

- multiplication d’ordonnances nommant ou relevant des frères selon des critères

parfois obscurs,

- etc, .. car la liste est longue.

Heureusement les frères ne sont pas dupes. Car, contrairement à ce que vous affirmez de tous côtés et par tous moyens, c’est vous-même qui, “par vos intérêts et ambitions personnels“ (sic), avez déstabilisé la GLNF et ainsi entamé un processus pouvant conduire à la scission, voire à la destruction de notre obédience. Comme toujours, vous essayez de rejeter votre propre responsabilité sur les autres.

Dans la mesure où le rôle du Grand Maître Provincial est éminemment administratif (cf article 7,2 du Règlement Intérieur) car sa mission est de collecter les cotisations pour le compte de l’association, gérer la Trésorerie de la Province, gérer le fichier des membres, etc, … et considérant que vous avez démissionné le 21 janvier 2011, je ne pourrai reconnaître le relèvement de ma fonction que si l’ordonnance ou le courrier me le signifiant est signé par l’administrateur ad’hoc de la GLNF, Maître Monique Legrand.

En outre, je considère que, par votre démission, ma position de Grand Maître Provincial est échue à la même date et que depuis, j’assume cette fonction en attendant qu’un nouveau Grand Maître “dument élu et régulièrement installé à votre place“ nomme mon successeur.

En ce qui concerne l’éthique maçonnique, je pense n’y avoir dérogé à aucun moment et, à la question “Etes-vous Franc-Maçon ?“, je peux répondre pour ma part haut et fort : “Mes frères me reconnaissent comme tel“.

 

 

14, RUE CHRISTINE DE PISAN – 75017 PARIS - TEL : 01 43 80 72 04 - FAX : 01 43 80 91 64

 

Dans votre mail vous m’indiquez que vous m’interdisez “toute nouvelle intervention

dans le cadre d'une quelconque structure de la GLNF : tenue de Loge ou quelconque

rassemblement dans le cadre et les locaux de l'Obédience“. Je vous rappelle que par votre démission, vous n’avez pas le pouvoir de m’en interdire l’accès, d’autant plus que je suis à jour de mes cotisations ainsi que de la “provision pour cotisation“. Etant membre de l’association loi 1901 portant la dénomination GLNF, actuellement sous administration judiciaire, seule l’administrateur pourrait m’en interdire l’accès, sans voir à quel titre d’ailleurs.

J’en profite pour vous rappeler que le Conseil National de Discipline n’a plus aucune autorité actuellement, puisque les membres n’ont pas été ratifiés par l’Assemblée Générale de Grande Loge, conformément à l’article 17.3 du Règlement Intérieur.

Enfin, je porte à votre connaissance que les pièces et documents que vous me réclamez sont, comme ils l’ont toujours été, dans le local du siège de la Province de Paris dont les clefs sont naturellement restées à disposition des services administratifs de la GLNF. Par conséquent et très normalement, je les remettrai à Maître Monique LEGRAND à sa première requête.

A mon tour de vous souhaiter très sincèrement “que vous retrouverez prochainement le sens des valeurs maçonniques que vous aviez su cultiver jusqu’à récemment et qui vous avait conduit à assurer la plus haute fonction au sein de notre chère Obédience“.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Très Cher Frère, en l'expression de mes sentiments les plus fraternels.

 

Yves PE.

Faisant fonction de

Grand Maître Provincial

Copie : Maître Monique LEGRAND.

 

Ce qui frappe dans le courrier rédigé par Yves P., par opposition à celui de F.S., c’est le ton mesuré, posé et serein avec lequel il apporte sa réponse, néanmoins très ferme sur les principes et sur son opposition. Aucune agressivité, encore moins d’invective.

De plus, on peut observer qu’Yves Pe. signe en qualité de « Faisant fonction de Grand Maître Provincial », se mettant en conformité avec la situation crée par la démission de François Stifani le 21 janvier dernier.

Les arguments sont clairs, posés, et parfaitement fondés d’un point de vue juridique.

 

Or, ce matin, le petit télégraphiste de François Stifani, l’inénarrable Acacia, Sébastien, abreuve toutes les boites e-mail de la Province de Paris, d’une « réponse de François Stifani à la réponse d’Yves Pe. »…

 

Le Grand Maître

A l’attention de Yves Pennes

envoi par mail

Paris, le 16 juillet 2011

Mon Très Cher Frère,

En réponse à votre courrier daté du 13 juillet 2011, je ne peux que vous inviter à faire preuve d'une logique élémentaire et d'un peu plus de simplicité pour retrouver la compréhension de nos Statuts et Règlements. Conformément à l’article 8 des Constitutions de l’Ordre, vous avez été nommé Grand Maître Provincial de la Province de Paris par le Grand Maître qui avait reconnu en vous les qualités requises pour assumer cette fonction.

Conformément à l’article 5.3 du Livre II du Règlement Intérieur et des articles 6 et 7, le 19 mai 2011 vous avez été relevé de cette fonction de Grand Maître Provincial par le même Grand Maître qui vous avait nommé car, vous parjurant et servant uniquement des intérêts et ambitions personnels, vous vous êtes compromis et continuez de vous compromettre dans des projets de scission et de destruction de notre Obédience.

Vous n’avez de ce fait plus respecté le serment maçonnique qui vous liait au Grand Maître : « Je m’engage en outre à continuer de me soumettre à la Constitution et au Règlement Général de la Grande Loge Nationale Française et à les faire appliquer avec fermeté, équité et impartialité ; à veiller à la stricte bonne marche de cette Province, conformément aux Lois de l’Ordre et à son Règlement intérieur en vigueur, à soutenir et préserver immuables les Anciens Devoirs, Landmarks, cérémonies et usages de l’Ordre et à me soumettre au Très Respectable Grand Maître, Chef de l’Ordre maçonnique en France, dont je tiens directement mon mandat et auquel je dois l’hommage. Je tairai ses confidences, je suivrai ses avis et l’assisterai en toutes circonstances dans l’exécution de sa haute tâche, m’engageant à faire de même envers son Député et ses Assistants. »

Bien aimé Frère, je vous invite donc à ne pas vous perdre en arguties. Dans votre courrier vous énumérez les tâches administratives qui vous incombaient. Nul n’ignore les contraintes administratives qui sont imposées par le fonctionnement de notre Obédience, toutefois nous étions en droit d'espérer que vous auriez compris que votre très haute fonction ne se résumait pas à des procédures de ce type et que la spiritualité maçonnique en constituait le coeur véritable.

Enfin, pour votre information, le Centre de Conférence Wagram n’est en rien un

« investissement malheureux ». Il vient d’être revendu avec un bénéfice dont nous ferons le meilleur usage dans l'intérêt de tous nos Frères. Cessez donc, là aussi je vous en prie, de diffuser de fausses informations. Je renouvelle ma sincère espérance que vous retrouverez prochainement le sens des valeurs maçonniques qui vous avait conduit à assurer les plus hautes fonctions au sein de notre Obédience.

Je vous prie d’agréer, Bien aimé Frère, l’expression de mes sentiments fraternels.

François Stifani

Grand Maître

 

Or cette dernière lettre de François Stifani est très révélatrice :

1) Tout d’abord, François Stifani confirme bien qu’Yves Pe. à les qualités nécessaires pour faire un Grand Maître Provincial : « …vous avez été nommé Grand Maître Provincial de la Province de Paris par le Grand Maître qui avait reconnu en vous les qualités requises pour assumer cette fonction ».

Ceci constitue une question de fond, elle est résolue par Francois Stifani lui-même.

2) F.S. revient sus ses accusations à caractère diffamatoire. Il ne faut pas lui en vouloir, il voit des complots contre lui partout. Après FMR et Claude Sei., le Suprême Conseil Rite Ecossais Ancien Accepté, Le Grand Prieuré du Rite Ecossais Rectifié, Le Rite Français, le Rite d’York, l’Arche Royale, La Grande Loge Alpina, La Grande Loge Régulière de Belgique, La Grande Loge de Pologne, Les Grandes Loges Unies d’Allemagne, La grande Loge Régulière d’Italie, La Grande Loge de Turquie, La Grande Loge du Massachussets, celle du Wisconsin, des premières loges de la GLNF et de toutes les autres, de la moitié des Grands Maîtres Provinciaux, de ses propres Assistants Grands Maîtres, de son ancien Député Grand Maitre, de centaines voire de milliers de Grands Officiers, mais surtout de centaines voire de milliers de loges de la GLNF, tous ceux-là seraient donc ligués dans un complot contre sa personne…

Bigre !

Et si demain la Grande Loge Unie d’Angleterre ainsi que les Grandes Loges d’Ecosse et d’Irlande en faisaient de même (nous attendons avec intérêt la déclaration qui suivra la réunion de mardi) confirmant ainsi la distance qu’elles prennent avec la GLNF, les accusera-t-il aussi de mener un complot avec Claude Sei. et le Suprême Conseil pour la France ?

Triste…

3) Autre point à relever, c’est que parmi les quelques exemples de dérives qu’Yves Pe. avait soulevé, F.S. ne conteste que la pertinence de l’achat de l’appartement de l’avenue de Wagram dont pourtant il reconnait qu’il vient d’être revendu (avec bénéfices dit-il).

Revendu par Maître Legrand, en effet, ce qui veut tout dire…

Par contre, il ne trouve aucun argument à opposer à Yves Pe. s’agissant des autres dérives qu’il a mentionné !

4) Comment ne pas aussi relever que F.S. fait à Yves Pe. une remontrance sur la spiritualité qui aurait du être attachée à sa fonction…Dans sa bouche, cette remarque ne manque pas de saveur. Faut-il rappeler toutes ses « sorties » sur la signification du symbolisme de son propre tablier, ou sur D-ieu ? Ou sur sa plainte contre F.M.R. en « concurrence déloyale » ???

 

Tout cela n’est pas sérieux, et montre bien le pathétique de la situation, qui peut-être ferait sourire avec attendrissement, si la conséquence n’en était pas la destruction systématique de la GLNF !

 

Prenant acte que même son entourage le plus proche et le plus intime l’a quitté, à commencer par Jean-Charles Foe. Jean-Pierre Se. , ceux qui l’ont soutenus a tous prix au début de la crise et même après, j’appelle F.S. a prendre acte de ce qu’il ne peut avoir raison contre tous.

Je lui signale que son mandat, de manière objective, s’avère une catastrophe, qu’à cet égard il suffit de voire l’état de l’obédience lorsqu’elle lui fut confiée, et son état actuellement pour s’en rendre compte.

Qu’en homme intelligent, il ne peut l’ignorer. Que son mandat, au-delà de cette catastrophe se caractérise par des purges qui voient la suspension de centaines de Frères qu’il a lui-même nommé, ce qui représente autant d’échec pour lui, dès lors que pareille situation ne s’est encore jamais produite dans l’histoire de la Franc-maçonnerie.

Qu’il ne se fasse pas d’illusion, les Frères qu’il nomme aujourd’hui, au contact de la réalité des loges de leur provinces, comprendront vite dans quelle situation ils sont plongés : soit l’impossibilité d’exercer leur charge, soit, comme leurs prédécesseurs ils rejoindront l’opposition.

Il est clair que, si un G.’.M.’.P.’. tel que celui de Massilia Jean-Pierre Ve. ou celui de la Vallée du Rhône Paul St. ont rejoint l’opposition, ou encore ses anciens Assistants Grands Maîtres ou député Grand Maître, ce ne sont pas les actuels freluquets qui seront de taille à imposer quoi que ce soit…

Dès lors, en conscience, une fois de plus, j’appelle François Stifani à prendre conscience de la réalité et à prendre congé définitivement de sa charge, sans délai, pour le bien commun de tous les Frères de la GLNF qu’il appelle ses bien aimés frères !

Pour cela, il trouvera des frères prêts à discuter avec lui…

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour
commenter cet article

commentaires

1/43000 18/07/2011 17:54


Mon Très Cher et Bien Aimé Frère Emmanuel,

Dans le serment que j'ai prêté (à trois reprises) comme officier provincial, la formule était "de rendre hommage" au G.M., non de me "soumettre" à lui ; une telle formule est peut-être incluse dans
le serment de GMP, mais elle n'a aucun sens, ni aucune base, car elle reviendrait à abdiquer toute liberté.
Quant à "rendre hommage", certains ont cru y lire qu'il s'agissait d'une sorte d'"hommage lige". Faut-il voir alors dans l'hommage que la presse rend à une célébrité qui est morte, un mouvement de
soumission?
Dans ce serment, je voyais uniquement du respect pour la fonction et pour celui qui l'occupe à la condition qu'il soit à la hauteur de ses responsabilités et engagements.
Frat.


Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour 18/07/2011 20:53



Mon Bien Aimé Frère,


Je t’avoue – en même temps qu’à tous – mon ignorance : je ne me
souviens plus si le serment que prêtent les GG.’.OO.’.PP.’. au G.’.M.’.P.’. est fondamentalement différent de celui que celui-ci prête au G.’.M.’..


Reconnaissons cependant qu’au-delà d’une Obédience, nous appartenons à un
Ordre.


Et que donc, il n’est pas surprenant que l’on prête allégeance au Grand
Maître.


Evidement quand ses qualités maçonniques, spirituelles et personnelles
sont indiscutables, ce qui doit aller de soit à pareille fonction. Alors, le problème ne se pose pas, tant il est que le Grand Maître n’a jamais besoin de faire état de ces
serments.


Par contre, il faut reconnaître que quand la situation, comme c’est
actuellement le cas en ce moment, n’est pas conforme à notre normalité, la rédaction actuelle peut poser problème, nous le voyons bien.


Cependant, concrètement, le problème ne se pose même pas, dasn le cas ici
soulevé, puisque c’est François Stifani qui a démissionné, et que donc il était normal que les Grands Maîtres Provinciaux se placent sous l’autorité administrative de la Mandataire ad’hoc…Il n’y
a donc évidement jamais eut de rupture du serment.


Très fraternellement. Bonne nuit à toi.


 



Le Françoué miasmatique 18/07/2011 17:02


Re-bonjour,

Etant de la P de Paris, le mutisme de notre F Yves m'a longtemps laissé perplexe......mais peut être n'était-ce que de la discrétion.
Quant au serment dont je parlais, si je suis bien d'accord en ce qui concerne la Confiance, Confiance qui nous est indispensable pour avancer sereinement, c'est la seconde partie que je visais: "
et à me soumettre au Très Respectable Grand Maître, Chef de l’Ordre maçonnique en France, dont je tiens directement mon mandat et auquel je dois l’hommage. Je tairai ses confidences, je suivrai ses
avis et l’assisterai en toutes circonstances dans l’exécution de sa haute tâche, m’engageant à faire de même envers son Député et ses Assistants. »
Cette assertion de "chef de l'Ordre Maçonnique" me semble relever de la prétention ou de la fatuité.....Et je pense que le problème vient de cette déviance. C'est parce que l'Ordre est Universel et
ne peut être confondu avec l'obédience que la FM n'est pas une secte. Le fait que tous les VM soient "Chefs de l'Ordre" protège de ce danger : nous placer dans une structure hyérarchique pyramidale
susceptible de nous entrainer dans cette dérive.

Je t'embrasse fraternellement,

Le Françoué miasmatique


Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour 18/07/2011 20:41



Mon Très Cher Frère Françoué,


Sans vouloir épiloguer sur le silence du Grand Maître Provincial Yves Pe.,
je peux te dire qu’il s’est conduit en Frère d’une très grande dignité. Tu comprendras que je ne veuille pas épiloguer ici et maintenant.


S’agissant des serments, certes, ils ont une apparence qui peut inquiéter,
mais seulement dans un contexte de déviance. Dans la normalité qui est la nôtre, le problème ne doit pas se poser, comme il ne s’est pas posé jusqu’à ce que les Frères de la Côte mettent le
grappin sur la GLNF. Car je ne te cache pas que, déjà à l’époque où Claude C. était G.M., beaucoup se posaient déjà des questions sur ses qualités maçonniques…


Bien fraternellement à toi, Mon Frère.



Le Françoué miasmatique 18/07/2011 12:30


Bonjour,
Au delà du courrier de Yves Pennes qui mérite le respect et me rassure sur son honneteté intellectuelle, il convient de s'arrêter sur le serment "maçonnique" que les OO NN et certainement PP
doivent prêter......Toute la dérive de l'obédience est contenue dans celui-ci.....Comment se fait-il que ces FF "respectables" aient pu accepter cela ?
Fraternellement,
Le Françoué miasmatique


Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour 18/07/2011 15:03



Mon Très Cher Frère,


Jamais l’honnêteté intellectuelle de Yves P. n’a eut à être mise en cause
par qui que ce soit, encore une fois, toute sa Province peut en témoigner, particulièrement les résistants de la première heure, lesquels n’ont pas besoin d’être rassurés sur ce
point-là…


S’agissant du serment, en temps normal, il est prêté à un Frère qui
inspire la confiance, parceque désigné pour ses qualités maçonniques…Puissions-nous revenir un jour à une situation où, à nouveau, nous puissions faire confiance, car c’est là l’idéal
maçonnique…



Présentation

  • : Le Myosotis du Dauphiné Savoie - Le Blog de Fidèle d'Amour -
  • : Tribune créée dans un premier temps pour restaurer les valeurs éthiques et morales de la Franc-maçonnerie de Tradition dans la GLNF. Désormais, ayant contribué au succès de cet objectif, elle se consacre à la défense de ceux-ci, à la défense de la GLNF contre des attaques extérieures, et à promouvoir une vision de la Franc-maçonnerie régulière. Par ailleurs, seront présentés des articles reflétant mon étude, mes lectures, mes engagements, et mes sympathies.
  • Contact

Référence et remerciements:

 

Par arrêt en date du 20 mai 2015, la cour d’appel de Paris a confirmé le jugement rendu le 6 mai 2014 par la chambre de la presse du tribunal de grande instance qui m'a déclaré coupable de diffamation publique envers François Stifani et Sébastien Dulac, à raison de la diffusion d’un message diffusé le 22 septembre 2010 sur le blog le myosotis-dauphine.savoie.over-blog.com. Je considère cet évènement comme l'attribution d'une Légion d'Honneur.

Merci aux soeurs et frères très nombreux qui m'ont soutenu dans ce combat de cinq années dont je m'honore, et dont je ne regrette rien.

Recherche