Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 12:16

C’est avec beaucoup d’émotion et de tristesse que nous avons appris, Mercredi 13 Juin,  la disparition de notre Frère Marcel Stourdze, membre de l’Assemblée générale du CRIF, Vice-président de l’Union des Déportés d’Auschwitz, membre fondateur de la Fondation nationale des déportés et internés, résistants et patriotes (FNDIRP), de l’Amicale des Déportés de Buna Monowitz et chevalier de la Légion d’honneur.

Je vous fais part ici de témoignages qui me sont parvenus le concernant :

« Il restera un maillon irremplaçable. Marcel a prouvé durant sa vie bien remplie, une extraordinaire capacité de résilience qui n’avait d’égale que son altruisme ».

Issu d’une famille polonaise, il suit des études rabbiniques et de dentiste.

En 1941, il épouse Danièle. Le couple rejoint la Résistance, cause de leur arrestation à Lyon, le 16 juillet 1943.

Interrogés et torturés par Klaus Barbie, Marcel et Danièle sont déportés à Auschwitz-Birkenau, le 7 octobre 1943.

Durant son internement à Buna, Marcel Stourdzé apprend que sa femme, internée à Birkenau, a été gazée.

Libéré le 29 avril 1945, après avoir participé à la Marche de la mort de Janvier 1945, il reprend ses études et devient un éminent professeur d’économie.

Il contribue à la création de nombreuses institutions pour la transmission de la mémoire de la Shoah.

Nous avons demandé à plusieurs personnes qui ont côtoyé cette grande figure de la mémoire de la Shoah, de nous livrer leurs souvenirs :

« Après ses deux années de captivité, avec un énorme courage, l’homme d’action se manifeste. Il lance à coté de notre regretté ami Bulawko, l’Amicale d’Auschwitz, pour présider un peu plus tard une autre association à laquelle j’ai participé à ses cotés,  Les anciens déportés juifs de France et leurs familles.

A ce titre, il instaure à la mémoire de nos martyrs, le déjeuner annuel du 18 Janvier, date mémorable du début de la Marche de la mort.

Malgré une santé fragile il est en 2001, l’un des membres fondateurs de la FMS «  Fondation pour la mémoire de la Shoah », et de sa commission de solidarité.

Il y a encore  cinq années, il n’hésitait pas à escorter et instruire des jeunes se rendant en pèlerinage à Auschwitz-Birkenau, il avait alors 94 ans.

Il constituait un maillon important dans la chaîne de rescapés qui témoignent, chaîne qui hélas est en voie de contraction.

Il restera un maillon irremplaçable. Marcel a prouvé durant sa vie bien remplie, une extraordinaire capacité de résilience qui n’avait d’égale que son altruisme. ».

Paul Schaffer, Rescapé d’Auschwitz, Président d’Honneur du Comité Français pour Yad Vashem.

« Le 18 août 1943 la Gestapo était venue tôt le matin nous arrêter, ma mère, ma jeune sœur Lily et moi. Nous avons passé la journée – séparés – dans les caves de l’Ecole militaire de Santé, alors le siège de la police allemande à Lyon. Le soir venu on nous amena  au Fort-Montluc où j’ai connu Marcel Stourdzé. Il y était détenu depuis quelques jours. Avec lui, sa jeune femme et la maman de celle-ci. Tôt reconnu pour son altruisme, Marcel avait été désigné pour être le doyen de l’atelier réfectoire où étaient logés tous les détenus juifs de la prison, soit selon les départs pour Drancy, entre soixante et cent vingt personnes, hommes, femmes et enfants. Marcel nous y accueillit, nous assigna nos paillasses, nous montra la tinette collective en partie masquée par une couverture tendue. Marcel Stourdzé répondait devant les Allemands du bon ordre et de la bonne tenue du lieu où nous étions enfermés et devait crier fort : « Garde à vous » sitôt qu’on entendait une clef dans la serrure.

 Un mois plus tard, nous nous sommes retrouvés au camp de Drancy. Le 7 octobre 1943 nous étions, sa famille et la mienne, dans les mêmes fourgons du 60ème convoi de mille Juifs de France partant vers Pitchipoï…Le matin du 7 octobre les wagons furent déverrouillés. Les Boches hurlaient, leurs chiens aboyaient, de bizarres formes humaines en tenues rayées nous arrachaient les misérables bagages tolérés au départ. Il fallait vite sauter du train, se ranger en cortège, perdre de vue les siens. Avancer. Je perdis connaissance. Marcel s est retourné, m’a relevé, m’a tapé sur les joues, m’a enveloppé dans son manteau, m’a sauvé la vie… risquant la sienne. Fort de mes vingt ans, j’ai franchi la première sélection.

Quand en 2003, Marcel Stourdzé a eu quatre-vingt dix ans, c’est à moi que les camarades d’Auschwitz demandèrent d’évoquer sa vie au cours de la petite fête organisée autour de lui. J’égrainais nos souvenirs y mêlant  les confidences qu’il m’avait faites. Devant la richesse du propos, je fis à Marcel…et à l’auditoire la promesse de raconter la suite pour son centième anniversaire. Il nous a fait faux bond. A quatre-vingt dix neuf ans. Des hommes comme lui ne devraient pas mourir Nous garderons Marcel Stourdzé vivant dans notre affection et dans notre mémoire. »

Charles Palant, membre de la commission du souvenir du CRIF

Partager cet article

Repost 0
Published by Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour
commenter cet article

commentaires

bailly yannick 23/06/2012 11:41

Non il n'est pas mort,une partie de lui vit à l'interieur de chacun de nous.

C'est pour cela que nous transmetons.

Gemisson,gemisson,gemisson...mais esperons.

Avec toute mon affections.

Yannick BAILLY

l'ancien 13011 22/06/2012 19:39

Emmanuel, que dire. Nous ressentons l'émotion vive de l'enfer de cette époque épouvantable. Et malheureusement on n'en tire pas suffisamment hier comme aujourd'hui les lecons de l'horreur qui en
découle. Nous assistons encore et à grande échelle aux meurtres d'innocents.Un macon doit être celui qui pratique bonté, sagesse et vertu mais nous en sommes loin à la GNLF,devenu pire que notre
monde profane, dans ce qu'il a de plus défectueux. Nous allons penser à Marcel Stourzé suivre son chemin exemplaire vers la lumière et comme le dit Kipling " rebâtir sans un soupir " à la Gloire du
GA de l'U. Frat Claude Galinier

christophe 22/06/2012 15:54

Difficile d'exprimer avec des mots justes le respect ressenti face à la vie et à la mort d'un tel homme, vie marquée par la souffrance de la persécution, la perte insensée d'êtres proches, mais
aussi vie qui surmonte la désespérance, entre autres par l'engagement et le témoignage, alors que d'autres auraient pu renoncer à toutes choses sensées. Je ne connaissais pas Marcel Stourdze mais
je tiens à présenter toutes mes condoléances aux proches de ce Très Respectable Frère.

"Celui qui acquiert la Sagesse dans ce monde peut être assuré qu'Elle lui construit une maison dans le monde futur" Midrash Mishlé (Proverbes) 14.

Christophe

Présentation

  • : Le Myosotis du Dauphiné Savoie - Le Blog de Fidèle d'Amour -
  • : Tribune créée dans un premier temps pour restaurer les valeurs éthiques et morales de la Franc-maçonnerie de Tradition dans la GLNF. Désormais, ayant contribué au succès de cet objectif, elle se consacre à la défense de ceux-ci, à la défense de la GLNF contre des attaques extérieures, et à promouvoir une vision de la Franc-maçonnerie régulière. Par ailleurs, seront présentés des articles reflétant mon étude, mes lectures, mes engagements, et mes sympathies.
  • Contact

Référence et remerciements:

 

Par arrêt en date du 20 mai 2015, la cour d’appel de Paris a confirmé le jugement rendu le 6 mai 2014 par la chambre de la presse du tribunal de grande instance qui m'a déclaré coupable de diffamation publique envers François Stifani et Sébastien Dulac, à raison de la diffusion d’un message diffusé le 22 septembre 2010 sur le blog le myosotis-dauphine.savoie.over-blog.com. Je considère cet évènement comme l'attribution d'une Légion d'Honneur.

Merci aux soeurs et frères très nombreux qui m'ont soutenu dans ce combat de cinq années dont je m'honore, et dont je ne regrette rien.

Recherche