Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 20:58

Dans le cadre des Tribunes Libres que le Myosotis du Dauphiné-Savoie offre aux Frères désireux de s’exprimer librement, voici un édito de notre Bien Aimé Frère Sunirve qui réagit au dernier pamphlet diffusé par un ex membre de la GLNF parti à la GLAMF, et qui depuis, s’en prend violemment au Myosotis du Dauphiné-Savoie et à son administrateur (bibi !).

Il n’était pas dans mon intention de répondre, car je ne voulais pas donner une attention à un personnage qui n’en mérite pas, mais comme notre frère s’est donné cette peine, j’aurais vraiment mauvaise grâce à refuser sa Tribune, d’autant plus que l’intéressé c’est fendu du mail suivant : E-mail préventif

Loi du 29 juillet 1881

« Article 29. - Toute allégation ou imputation d'un fait qui porte atteinte à l'honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé est une diffamation. La publication directe ou par voie de reproduction de cette allégation ou de cette imputation est punissable, même si elle est faite sous forme dubitative ou si elle vise une personne ou un corps non expressément nommés, mais dont l'identification est rendue possible par les termes des discours, cris, menaces, écrits ou imprimés, placards ou affiches incriminés.

« Toute expression outrageante, termes de mépris ou invective qui ne renferme l'imputation d'aucun fait est une injure ».

« Article 32. - La diffamation commise envers les particuliers par l'un des moyens énoncés en l'article 23 sera punie d'une amende de 12000 euros.

---- Envoyé avec BlackBerry® d'Orange ----

 

« Il était une fois…
Il était une fois un petit monsieur aux grandes ambitions et aux petits moyens qui cherchait désespérément le moyen d’exister.

Car, dans la vie, il y a ceux qui sont et ceux qui voudraient bien exister.
Les premiers savent le chemin qu’ils empruntent, marchent à l’étoile et, s’ils savent qu’ils ne peuvent rien sans le secours des autres, ils n’ont pas besoin de paraître pour être.
Les autres s’agitent, virevoltent, font de l’esbroufe et du bruit. Leur parole est vide autant que leur ego est plein d’eux-mêmes. Comme des ballons, ils vont et viennent au gré des vents qu’ils croient dominer, passent d’un camp à un autre, d’une position à l’autre, mais toujours en justifiant leur comportement par des raisonnements qu’ils veulent profonds et qui ne sont que creux, que par des mots dont ils se saoulent en croyant convaincre, assénés avec d’autant plus d’aplomb que ceux qui les prononcent ne pèsent rien, ne représentent rien, ne sont rien. Ils croient qu’on les écoute, alors qu’on ne fait que les subir avec la patience que la fraternité nous inspire et l’ironie que leur néant suscite en nous.
Nous en avons connu, de ces petits maîtres, depuis le début de la crise qui a frappé la Maçonnerie régulière française. Ils ont été de tous les blogs, de toutes les initiatives collectives qui ne rassemblaient qu’eux-mêmes, croyant faire l’histoire, alors qu’ils n’en étaient que les histrions, croyant analyser les faits, alors qu’ils ne faisaient que les fantasmer.
A les lire, nous allions voir ce que nous allions voir : portés, nul ne sait pourquoi, ni comment, par le souffle de la Vérité, forts de milliers de frères les suivants comme de nouveaux prophètes, ils parlaient d’autant plus fort qu’ils étaient seuls, ils criaient d’autant plus que les faits leur donnaient tort et que l’erreur guidait leurs pas.
Ah que ne ferait-on pas pour exister ! L’un nous expliquait benoitement que le vent qui se levait contre Jean-Pierre Servel allait faire basculer les montagnes, celle du Souverain Grand Comité d’abord, puis celui de l’Assemblée Générale ensuite, s’annexant sans vergogne les quelques pourcents qui n’avaient pas voté pour le Grand Maître en prétendant qu’ils avaient suivi ses consignes : inexistence quand tu nous tiens… L’autre, comparant la fin du monde annoncée avec son espoir de voir s’abîmer une G.L.N.F. qui ne lui reconnaissait plus son rôle affirmé d’affidé, s’agitait encore en espérant rassembler quelques demi-soldes de l’ancienne gouvernance : inexistence quand tu nous tiens…
Mais le plus beau, le chimiquement le plus pur est sans conteste ce petit monsieur aux grandes ambitions et aux petits moyens, naguère avocat du c… entre deux chaises ; le procureur de Stifani en est presque devenu l’avocat dans sa hargne de n’avoir pas joué dans les évènements le rôle auquel il se croyait destiné. Celui-là désormais fait feu de tout blog, non plus pour tenter de faire croire qu’il existe, mais simplement pour poursuivre de sa hargne, de sa vindicte futile le blog du Myosotis Dauphiné Savoie. Peut-être parce que le dit blog a dévoilé le néant du personnage ou peut-être parce que ce blog conjugue le respect des serments prononcés, la fidélité aux valeurs de la Maçonnerie universelle et l’exigence qui, parmi les premiers, l’a mobilité – au nom de ces valeurs – contre la gouvernance passée, sans concession, sans haine, mais avec détermination.
Mais, au fond, quelle importance ont-ils ces petits maîtres, ces nains qui se prennent pour des géants de la Maçonnerie ? Aucune et nous serions tenté de passer notre chemin en haussant les épaules et en détournant fraternellement le regard, si l’abjection soudain n’avait montré son mufle hideux au détour d’une phrase : Le « Fidèle d’amour » est à Servel ce que le Bulletin de la Grande Armée fut à Napoléon ou « Je suis partout » à l’État français. En fait c’est plutôt le journal « la Gerbe » qu’il évoque.
Passons sur l’ignorance crasse de l’histoire dont fait preuve l’auteur (Je suis partout était rien moins que pétainiste !). Mais évoquer « la Gerbe » ! Nous en sommes au stade ultime de l’abjection : oser comparer un site maçonnique au journal le plus ouvertement fasciste, pronazi, antisémite, eugéniste, raciste, néo-paganiste, d’une époque qui n’en manquait pourtant pas !, ce n’est plus de la polémique, ce n’est plus être aveuglé par ses passions, ce n’est pas simplement user des mêmes méthodes que les pamphlétaires d’extrême-droite, c’est avoir franchi le pas qui conduit de l’humanité à l’ignominie. Le cœur se soulève devant cela et donne envie de… gerber.
Dès lors, prendre comme modèle celui qui, après avoir trahi Pompée, a trahit César, c’est faire sienne sa devise : vertu, tu n’es qu’un mot. Il est bien qu’un tel homme ne soit plus à la G.L.N.F. et il faut souhaiter bien du courage à ceux qui l’acceptent sur les colonnes de leur Temple, fière recrue dont ils peuvent être fiers. Celui-là, je ne le reconnais plus comme Frère, nous n’avons pas les mêmes valeurs morales.

Sunirve

Partager cet article

Repost 0
Published by Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour
commenter cet article

commentaires

Sunirve 24/12/2012 18:04

@Arjuna,
Avant de prétendre faire la leçon d’histoire aux autres, je me permets de vous conseiller, plutôt que de vous reporter à des juristes, de consulter des historiens. C’est leur métier ! Et cela vous
éviterait de vous ridiculiser.
Remarquez bien qu’il n’est nécessaire, ni d’être juriste, ni d’être historien pour savoir que l’Etat français était le nom officiel du régime de Vichy et que son chef était le ci-devant maréchal
Pétain. Sans vouloir ôter le mérite d’une telle découverte aux juristes instruits d’histoire institutionnelle (les majuscules ne sont pas justifiées). Vous auriez tout autant eu raison de
m’indiquer que Pétain avait été condamné à la Libération et qu’un Gouvernement Provisoire de la République lui avait succédé avant que la IVe République ne voit le jour.
Mais il se trouve, ne vous en déplaise, que Je Suis Partout n’était pas un « organe d’Etat » (ni juridiquement, ni politiquement, ni financièrement), que ce journal n’était pas sur la même ligne
que Vichy et que Brasillach a été fusillé pour « intelligence avec l’ennemi » et non pour ses écrits antisémites ! Vous vous reporterez utilement sur ces sujets aux livres suivants : « les
collaborateurs » de Pascal Ory, « La Collaboration : 1940-1944 » de Jean-Pierre Azéma, « Je Suis Partout – les maurassiens devant la tentation fasciste » de Pierre-Marie Dioudonnat et «
Intelligence avec l’ennemi – le procès de Robert Brasillach » d’Alice Kaplan.
En fait, ce qui me choque dans votre post, ce n’est pas votre fatuité, c’est que vous puissiez sembler excuser le comportement de quelqu’un qui se prétend Franc-Maçon et qui, pour les besoins de
son auto-justification et de sa pitoyable et ridicule tentative pour exister, ose assimiler l’un de ses Frères aux tenants les plus extrêmes du racisme, de l’antisémitisme et de l’eugénisme !
Tout ce que vous trouvez à dire c’est que vous déplorez « l’excès de certaines expressions ou comportements ». On croit rêver ! Et vous avez été initié dans une Loge juste et parfaite ! Mais si un
profane frappait à la porte du Temple après avoir publiquement proféré de telles insanités dans le monde profane, vous l’accepteriez sur vos Colonnes ?
Vous « déplorez » ! Alors même que vous pouvez vous douter combien une telle assimilation peut blesser celui auquel ses phrases s’adressaient ; sans le connaître personnellement, je sais, comme
tous ses lecteurs, à quelle religion du Livre il appartient et c’est lui qu’on assimile sans vergogne aux chantres les plus fous et les plus extrémistes du nazisme français ! Mais, au-delà même de
cette dimension humaine et de cette blessure personnelle, ce sont tous les Maçons que de tels propos blessent. Vous ne sentez pas combien ils sont aux antipodes de la Maçonnerie ? En tout cas, de
la mienne.
Vous « déplorez » au nom de l’histoire et des faits (toujours sans majuscule !), c’est-à-dire au nom de votre lecture de l’histoire et des faits et donc, tout simplement pour défendre vos choix,
pour les conforter en affirmant comme une vérité d’évangile votre jugement à vous : « Il est indéniable qu'un myosotis est devenu au cours de l'été 2012, l'organe propagandiste de la gouvernance de
la GLNF et doit être considéré comme tel dans l'interprétation des commentaires qu'il diffuse ». Il est indéniable pour vous, il doit être considéré par vous. Ah, il me semble retrouver sous votre
plume les accents de tous ces procureurs, de tous ces accusateurs publics de toutes les révolutions : il est indéniable qu’untel a trahi la Cause et doit être considérée comme traitre. Vieille
rengaine de tous les idéologues et de tous les apparatchiks…
Ah, que ne ferait-on pour la Cause » ! Et si parfois certains dépassent la ligne, alors on ne les condamne pas, on leur cherche des excuses, on finasse, on patauge dans la rhétorique…
Soit, mais tout ceci c’est du profane, ce n’est pas de la Maçonnerie. Et d’un Maçon, on attend autre chose.
Tenez, plutôt que de tenter de me faire – mal à propos – une leçon d’histoire, vous eussiez mieux été venu d’écrire une simple phrase d’homme et de Maçon : « indigné par les propos tenus, j’ai
demandé à mon Obédience de traduire cet individu devant nos instances disciplinaires ».
Mais ces simples mots là, vous ne les avez pas prononcé...
Désolé, nous ne sommes pas du même monde, ni sur le plan maçonnique, ni sur le plan profane.
Et si telle est la morale que vous professez dans votre Obédience, alors je suis heureux d'avoir fait le choix de revenir à la G.L.N.F.

le voyageur 24/12/2012 08:53

TC Emmanuel,
tous les contes de Noël évoque un méchant.
souvent il est comme ça à cause d'une enfance malheureuse...
puis, à la fin, il comprend son problème.
Espérons un miracle lors de la douce nuit où le Sauveur renait pour nous amener la Paix.
Très fraternellement.

Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour 24/12/2012 10:59



Amen !


Bien fraternellement à
toi.



Coligny 23/12/2012 02:01

Franchement, ils font de la peine à lire ces affidés.
Ils me rappellent Iro Onoda, ce soldat japonais basé sur une minuscule ile du Pacifique qui refusa de croire que son pays avait capitulé et qui continua la guerre seul jusqu'en 1974.

arjuna 22/12/2012 21:54

@sunirve
Pour votre édification,Sunirve, l'Etat Français est bien le nom du régime de Vichy, dirigé par Philippe Pétain entre juillet 40 et août 44. Je suis Partout, créé par Fayard en 1931, deviendra sur
cette période un organe d'état sous la férule d'un Robert Brasillach qui sera fusillé en 45 pour ses écrits antisémites, plus que collaborationnistes. Quant à donner des leçons d'Histoire à des
juristes instruits d'Histoire institutionnelle, vous prenez le risque de discréditer vos propres de colères.

Tenons-nous en à l'Histoire justement et aux Faits :

Il est indéniable qu'un myosotis est devenu au cours de l'été 2012, l'organe propagandiste de la gouvernance de la GLNF et doit être considéré comme tel dans l'interprétation des commentaires qu'il
diffuse.

Par ailleurs, les attaques répétées et souvent injustifées contre l'Alliance, ont fini par porter les fruits d'une réaction parfois violente et également disproportionnée.
Je déplore avec vous, l'excès de certaines expressions ou comparaisons, mais les vôtres rivalisent également dans l'excès. Cela n'excusant pas ceci.

Des hommes nous étonnent, d'autres nous déçoivent : C'est la vie.

Il faut juste veiller à ne pas tromper délibérément en maquillant les faits... Mais sur ces questions chacun est certain d'avoir raison. L'Histoire et le recul qu'elle impose jugera du Vrai.

Arjuna

Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour 24/12/2012 10:20



Mon Cher Frère Arjuna,


Qu’est-ce qui t’arrive ? Je t’ai connu faisant montre de bien plus de
réserve et de discernement ! Qu’est-ce que c’est que cette leçon d’histoire qui ne fait qu’appuyer la démonstration de notre Bien Aimé Frère Sunirve et non la contredire ? Et où vas-tu inventer
qu’il donne des leçons à de prétendus « juristes instruits d’histoire institutionnelle » ? Mais qu’est-ce que c’est que ce charabia ? Ou as-tu vu de pareils juristes dans ce débat ? Et si tu
voulais faire allusion dans ton commentaire au malheureux auteur que dénonce Sunirve, malheureux, on a vu ses talents de juriste lors de son initiative désastreuse, dont il m’a lui-même dit, au
dernier moment, qu’il avait toujours su qu’elle n’avait aucune chance de succès, mais que ce n’était pas ce qui comptait…


Tu prétends, de manière insidieuse (là encore, je ne te reconnais pas,
mais c’ests ans doute l’effet encore palpable de la réunion de propagande du 20 décembre à laquelle tu as assisté) que le Myosotis du Dauphiné-Savoie serait devenu « l’organe propagandiste de la
gouvernance de la GLNF ». Par cette phrase, tu démontre bien des carences :


1)         la première ton ignorance : il n’y avait pas d’autre gouvernance de la GLNF durant l’été 2012 que celle de Mme
Legrand…


2)         toi qui a suivi sans réflexion la proclamation de mensonges successifs (nous ne voulons pas créer de nouvelle
obédience, mais juste un syndicat pour protéger les frères ; puis, nous créons une obédience, pour pouvoir travailler tant que Mr Stifani reste à la tête de la GLNF, lorsqu’il n’y sera plus nous
reviendrons), il semble qu’à force de suivre des mots d’ordre que d’autres proclament, tu en as perdu une qualité essentielle : la liberté !!! et la liberté de conscience !


Aussi, incapable de voire la réalité des changements en train de s’opérer
au sein de la GLNF, malgré, il est vrai encore des erreurs ou des imperfections, tu devrais reconnaître que, comme toi, j’ai ma liberté de conscience et de choix, et que ce blog n’est l’organe
propagandiste de personne…


De plus, je te serais reconnaissant de ne pas inverser les choses, car à
force de le faire, on aboutit surtout à une inversion des valeurs : le Myosotis n’attaque pas la GLAMF qui n’est pas son sujet de préoccupation, et tu le sais parfaitement. Il lui arrive de
répondre aux attaques de ses blogs dévoyés, ou à celles dirigées contre la GLNF, c’est tout, et rien de plus.


Si toutefois, celles-ci devaient se poursuivre, peut-être que, après tout,
j’aurais des choses à raconter à nos lecteurs…Il est vrai que je ne l’exclue pas…Mais nous n’en sommes pas encore là. Quoi que.


Enfin, il est parfaitement décevant de constater que, parce que d’autres
ne pensent pas comme toi, incapable de l’accepter tu t’arroge le droit de les dénigrer, ne serais-que de manière allusive et implicite comme ton commentaire le suggère…


A l’occasion de ce Noël que je te souhaite joyeux, ainsi qu’à tous les
tiens, je te suggère plus d’ouverture d’esprit et de modération…


Fraternellement



Présentation

  • : Le Myosotis du Dauphiné Savoie - Le Blog des Fidèles d'Amour -
  • : Tribune créée dans un premier temps pour restaurer les valeurs éthiques et morales de la Franc-maçonnerie de Tradition dans la GLNF. Désormais, ayant contribué au succès de cet objectif, elle se consacre à la défense de ceux-ci, à la défense de la GLNF contre des attaques extérieures, et à promouvoir une vision de la Franc-maçonnerie régulière. Par ailleurs, seront présentés des articles reflétant mon étude, mes lectures, mes engagements, et mes sympathies.
  • Contact

Référence et remerciements:

 

Par arrêt en date du 20 mai 2015, la cour d’appel de Paris a confirmé le jugement rendu le 6 mai 2014 par la chambre de la presse du tribunal de grande instance qui m'a déclaré coupable de diffamation publique envers François Stifani et Sébastien Dulac, à raison de la diffusion d’un message diffusé le 22 septembre 2010 sur le blog le myosotis-dauphine.savoie.over-blog.com. Je considère cet évènement comme l'attribution d'une Légion d'Honneur.

Merci aux soeurs et frères très nombreux qui m'ont soutenu dans ce combat de cinq années dont je m'honore, et dont je ne regrette rien.

Recherche