Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 13:17

Dans le cadre des Tribune Libres que le Myosotis d Dauphiné-Savoie offre à tous les Frères qui désirent s’exprimer librement, voici un travail de recherche proposé par notre Frère l’Historien de Villiers, à la suite du précédent article, permettant de resituer le concept de « souveraineté des Loges » dans notre histoire. 

« Le 5 novembre 1913, le « Centre des Amis » et les délégués de l’Atelier bordelais « Anglaise 204 » se réunirent pour fonder la « Grande Loge Nationale Indépendante et Régulière pour la France et les Colonies Françaises ». Ils adoptèrent alors une Constitution de 13 articles qui permit la mise en place des structures nationales (Souverain Grand Comité et Grande Loge) et des deux premières Provinces (Neustrie et Aquitaine).

Ce texte provisoire fut remplacé par la Constitution du 4 novembre 1913 dont 13 articles sont explicitement consacrés aux règles régissant les rapports entre la Loge et l’Obédience.

Ainsi, toute demande de constitution d’une nouvelle Loge, signée par sept Maîtres- Maçons au moins, doit  être adressée au Grand Maître par l’intermédiaire du Grand Maître Provincial qui est ensuite chargé de la consacrer.

Le Vénérable Maître élu, avant d’être installé, s’engage, par serment, à observer la Constitution et à la faire strictement respecter dans sa Loge.

Tout projet de règlement intérieur doit être remis au Grand Secrétaire par l’intermédiaire du Grand Secrétaire Provincial pour être approuvé par la Grande Loge.

Le non payement par les membres de leur capitation annuelle est obligatoirement sanctionné par la suspension au bout d’une année et la radiation après deux ans de retard.

Enfin, chaque Atelier doit impérativement tenir trois registres (Membres, Comptes rendus et Caisse) permettant aux officiers nationaux et provinciaux de s’assurer de la régularité de son fonctionnement. En cas de refus ou de négligence, le Vénérable Maître et ses Surveillants s’exposent à être suspendus puis déférés devant la Grande Loge.

Par ailleurs, les relevés des décisions prises par le Souverain Grand Comité (29 juin 1917- 13 juin 1930) et par le Grand Collège Provincial de Neustrie (16 mai 1928- 5 novembre 1937), ainsi que les comptes rendus de la Commission Administrative du Souverain Grand Comité (31 mai 1918- 11 avril 1919) permettent également de mieux appréhender les règles strictes auxquelles étaient soumises les Loges dans leur fonctionnement quotidien entre 1915 et 1940.

Ces documents largement méconnus figurent dans les vingt deux dossiers des quatre boîtes d’Archives Russes restituées à la GLNF en janvier 2004 et conservés sous les cotes 2AR3, 3AR1-2 et 1AR2.

Plusieurs points méritent, en effet, d’être soulignés.

1) La Déclaration d’Association.

A l’automne 1917, la GLNIR s’était trouvée dans l’obligation de se déclarer en tant qu’association auprès des autorités de la République.

Trois possibilités furent alors envisagées : une déclaration globale au niveau de la Grande Loge, une déclaration au niveau des Provinces de Neustrie et d’Aquitaine et une déclaration au niveau des Loges.

Une Commission Administrative spécialisée fut d’ailleurs formée au sein du Souverain Grand Comité pour réfléchir à la question.

Il fut finalement décidé que seule la Grande Loge ferait une déclaration à la Préfecture de Police de Paris. La Commission Administrative cessa ses travaux dès le second semestre 1918 et la question d’une déclaration individuelle des Loges ne fut plus jamais abordée par le Souverain Grand Comité.

2) La Constitution d’une Loge.

Tout projet de création d’une nouvelle Loge passait tout d’abord par le dépôt d’une demande officielle auprès du Souverain Grand Comité. Celui- ci confiait ensuite l’instruction du dossier au Grand Maître Provincial, chargé donc de réunir les documents réglementaires qui  permettaient au Grand Maître d’accorder ou de refuser la charte aux Frères pétitionnaires.

3) L’admission des candidats.

Toute candidature d’un Frère d’une Obédience irrégulière et d’un profane refusé une première fois par un Atelier était d’abord instruite par le Grand Collège Provincial puis transmise au Souverain Grand Comité pour décision définitive.

En revanche, l’admission d’un Frère étranger d’une Obédience régulière relevait de la seule compétence du Grand Collège Provincial.

4) L’initiation de plusieurs candidats.

Les dispenses pour recevoir deux profanes ou admettre plusieurs Frères à un degré supérieur au cours d’une même cérémonie étaient accordées par le Grand Collège Provincial.

5) Le Règlement Intérieur.

A l’origine, le Souverain Grand Comité était seul compétent pour approuver les Règlements Intérieurs des Loges et leurs modifications. Toutefois, à partir du début des années 1930, l’approbation des propositions de modifications  releva uniquement de la compétence des  Provinces.

6) Le règlement des Capitations.

Toute demande formulée par une Loge pour obtenir une réduction ou une suppression de ses droits de capitation devait être adressée au Grand Collège Provincial qui, après l’avoir instruite, la transmettait au Souverain Grand Comité qui arrêtait la décision définitive.

7) Le changement de local.

Toute demande formulée par une Loge pour changer son lieu de réunion était obligatoirement soumise à l’autorisation du Grand Collège Provincial.

Ainsi, la souveraineté des Loges n’a jamais été la règle au sein de la GLNIR. Par la Charte que lui octroie le Grand Maître, la Loge reçoit exclusivement le pouvoir d’Initier, Passer et Élever sous réserve qu’elle respecte les règles édictées par la Grande Loge.

Apanage des Obédiences françaises libérales, la notion de « Maçon libre dans la Loge libre » est totalement étrangère à la Franc- Maçonnerie régulière. Elle a effectivement été émise par Paul Gourmain- Cornille, un Frère appartenant à l’un des 22 Ateliers écossais qui s’affranchirent en 1880 de la tutelle du Suprême Conseil pour signifier que leur nouvelle Obédience, la Grande Loge Symbolique Écossaise, était désormais débarrassée du Suprême Conseil et du Grand Architecte de l’Univers !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour
commenter cet article

commentaires

Le Cherchant 28/10/2012 15:08

Mon Cher et BAF Emmanuel,
Au cours de ces 30 années qui me séparent de mon initiation, j'ai eu le privilège d'avoir été 4 fois VM dans 3 loges différentes et avoir exercé la présidence des ateliers de perfectionnement un
certain nombre de fois. Au cours de cette expérience enrichissante que j'ai pu vivre grâce à la confiance de mes Frères, jamais, et je dis jamais, ni une Province ni qui que ce soit a pu me dire ce
que je devais faire. J'ai appliqué les lois de la FM, nos constitutions et nos règlements de la GLNF et le Règlement Intérieur de chacune des 4 loges, ou les statuts des différents systèmes
auxquels j'ai appartenu sans aucune interprétation personnelle. Par contre, le GMP d'Ile de France (oui, mon premier Vénéralat remonte à cette époque là) savait que s'il venait rendre visite à
notre Loge, il serait reçu selon les honneurs mais qu’il n'aurait pas intérêt à dire quoique ce soit: le message a été livré par mes propres soins le soir de mon installation dans le Temple 5 de
Neuilly, avant la cérémonie présidée par mon parrain qui m'a installé dans la chaire du Roi Salomon. Message transmis à l'Assistant GMP qui a transmis au GMP. J'ai respecté les différentes
Provinces où j'ai exercé mes mandats, mais les Provinces aussi nous respectaient. Jamais, et j'insiste sur ce point, aucune province n'a osé mettre le bout de son nez dans les affaires de nos Loges
: ni les comptes, ni l'OAF, ni le secrétariat. Nous faisions bien notre travail administratif et financier et nous étions surtout des ritualistes. Les bleus ne nous impressionnaient pas. Nous
impressionnions les Provinciaux par la qualité de nos Travaux. Ils savaient qu'au moindre faux pas je les aurais fait accompagner par le Directeur des Cérémonies ou par le Maitre des Cérémonies à
la porte de la Loge. Pas de compromission car je n'attendais rien d'eux sauf du respect. Et cela était le cas de mes prédécesseurs comme de mes successeurs: Donc je n'ai pas de mérite mais j'ai
fait ce que l'on m'avait appris.
Quand je vois de jeunes Maitres qui se mettent à 4 pattes devant leur VM, quand je vois les VM qui se mettent à 4 pattes devant les GOP ou GO, cela m'attriste. Qui est le fautif ? Pourquoi en
Angleterre et en Ecosse que je connais sur le plan maçonnique, je n'ai pas vu ce genre de comportement, de compromissions et de bassesses?
On me parle de la souveraineté des Loges: bien sûr je suis pour mais dans le cadre défini par la GLNF depuis sa création. Le compte de ma loge mère, une des plus ancienne de la GLNF, était un sous
compte de la GLNF, mais crois-moi ni le GMP ni la Province ni le GM n'ont jamais exercé une pression sur nous. Ils n'ont jamais osé car ils savaient qu'ils seraient renvoyés par le mépris unanime
des FF de ma Loge mère. Nous faisions 2 ou 3 initiations par an et crois-moi, il y avait une longue liste d'attente. Nous n'étions pas pressés et nous faisions attendre les candidats. Nous
cherchions la qualité et non pas la quantité. Cela ne nous a jamais été reproché par qui que ce soit. Je suis contre l'idée de ne pas initier et de rester une loge d'experts ou d'élites, la Loge
doit vivre, elle a besoin du sang neuf, mais attention pas plus de 2 ou éventuellement 3 par an. Le même nombre de passages et d'élévations. Pas de Tenues d'urgence ou exceptionnelles! Les tenues
au cours desquelles les Apprentis et les Compagnons devaient quitter le Temple, un Maitre confirmé accompagnait chaque classe d'ouvriers pour une séance d'instruction au degré et grade qui leur
correspondait.
C'est nous qui devons imposer les règles de notre institution à la Province et aux GOP, GO et à la GLNF. Quand nous abandonnons nos droits et nous ignorons nos devoirs, ne soyons pas étonnés que la
Province ou quelqu'un d'autre décide à notre place. On parle de la souveraineté, je suis pour, mais je trouve qu'en 30 ans de FM, personne n'a eu le courage de me dicter quoique ce soit et même pas
un G. Secrétaire très puissant avec qui j'ai pu tisser des liens d'amitié.
Alors mes FF réveillons-nous, lisons nos statuts qui ont certes besoin d'être modifié, mais connaissons nos droits et nos devoirs avant d'aller devant la justice de notre pays.
Fraternellement et sincèrement
Le Cherchant

Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour 28/10/2012 15:22



Bonjour Mon Bien Aimé Frère
Cherchant,


Nous sommes de la même génération en ce qui
concerne notre ancienneté au sein de la GLNF, et nos parcours ont été assez similaires en ce qui concerne nos Vénéralats successifs. Je confirme tes observations, mon vécu de plusieurs fois
V.’.M.’. ayant visiblement été le même que le tien.


Cependant, en ce qui me concerne, j’ai observé
une vrai dérive sous le mandat de Claude Cha., ou on a commencé à demander d’initier beaucoup et à exercer une constante pression pour cela, et où j’ai vu des GG.’.OO.’.PP.’. littéralement
« péter les plombs » après leur nominations, au corps défendant de leur G.’.M.’.P.’., je dois le dire…Par contre, ta loge mère à eu plus de chance ou de considération que la
mienne : un beau matin de mai 2011, notre Trésorier s’est rendu compte que notre Trésor avait été siphonné par Pisan, sans notification ni justification…Raison pour laquelle sur ce sujet, je
suis attaché à des garanties statutaires, des fois que l’avenir nous réserverai de nouvelles mauvaises surprises…


Mais tu as raison, je partage ton opinion à
100% : avant de demander des bouleversements, exerçons déjà nos prérogatives présentes, qui sont étendues. Notre T.’R.’.F.’. Jean-Claude Glo., ancien grand Maître Provincial de Paris, qui
est devenu un commentateur assez régulier de ce blog, se souvient certainement comment j’ai voulu tuiler en App.’., Comp.’., Maî.’. et V.’.M.’. une délégation provinciale menée par un hurluberlu
(qui a été radié peu après, qui a fait de la prison et qui a été réintégré par l’ex en même temps que le fameux Pierre Benz.), qui prétendait rentrer pendant la tenue pour prendre pour
consultation et sans raison les livres de la loge. En raison de ma volonté ferme et affirmée, ils ne se sont jamais présentés, ils ne connaissaient visiblement pas leurs tuilages…Tu vois, il
suffit de peu !


Très fraternellement à toi,
toujours.



YG 28/10/2012 12:15

La notion de « Maçon libre dans une Loge libre » a été émise par Paul GOUMAIN-CORNILLE, un Frère appartenant à l’un des vingt-deux Ateliers écossais qui s’affranchirent en 1880 de la tutelle du
Suprême Conseil de France. Ces ateliers ont ainsi voulu signifier que leur nouvelle Obédience, la Grande Loge Symbolique Ecossaise (GLSE), était désormais débarrassée du Suprême Conseil et du Grand
Architecte de l’Univers !

Jack 27/10/2012 21:58

Bonsoir mont Très cher frère Emmanuel,

tu dis :

"Il me semble, mais peut-être que j’ai mal compris, que même si Jean-Pierre Servel se garde bien de faire référence à GLNF86, que son projet va dans ce sens…"

j'ai envie de dire : alors qu'il le dise clairement...qui l'en empêche ?

Une petite question pour notre Frère historien :

"Est-ce que les loges qui ont crée les GL avaient l'aval des GL qui n'existaient pas encore ?"

Juste comme ça bien sûr....on oublie toujours ça !!!...mais bon !!!


Enfin j'ai mis un mot sur le blog de notre Frère Jean Murat ( signé "Jack"...qui est mon vrai prénom bien sûr...je n'ai aucune raison de me cacher et après tout je vais même signer de mon vrai nom
ce commentaire ) auquel il m'est répondu qu'il doit s'exprimer prochainement et alors nous verrons bien s'il pense que nous devons faire confiance à notre Frère JP Servel pour revenir à une GLNF
d'avant 1997 .....même si j'ai ma petite idée là-dessus ( et plutôt négative ) je suis prêt à revenir sur mon opinion.

Fraternellement et affectueusement

Jack Nai-Ruscone

Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour 27/10/2012 23:10



Bonsoir Mon Bien Aimé Frère
Jack,


Beaucoup de choses l’en empêchent…Attendons de
voire quelle sera son action, lorsqu’il sera ratifié, seul cela comptera, non pas ses paroles, ou ses bonnes intentions affichées…


Maintenant, il ne faut pas perdre de vue, que
Jean-Pierre Ser. n’est pas Jean Murat…


Il n’est donc pas supposé appliquer le
programme de ce dernier, dans l’esprit et avec les valeurs de ce dernier, ce que je déplore…Mais qui sait ? On peut toujours être agréablement surpris…


Très fraternellement à
toi.



his master voice 27/10/2012 11:25

On parle de bien d'autres choses, interessantes, et du coup on ne parle plus de JP Servel candidat sans peur et sans reproche qui va partager le volant de la GLNF avec JC Foellner et F Stifani et à
qui ce blog est entierement dévoué

Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour 27/10/2012 23:04






J’ai déjà lu pas mal d’âneries, mais là, tu
fais fort : Prétendre que ce blog est dévoué à JC Foe. et à François Stifani, il fallait oser. J’imagine que tu dois totaliser bien plus de poursuites judiciaires, sur assignation de
Monsieur Stifani que moi ???


Quand à Jean-Pierre Ser. je te défie de me
montrer que ce blog le soutien…Sa seule prise de position constante est : pas de jugement a priori, pas de procès d’intention (comme tu lui en fais), jugeons-le à ses actes, à son action. La
seule chose que je sais, c’est qu’à titre personnel, il n’y a rien à lui reprocher, il est notoire qu’il est droit. Dès lors, au nom de quoi l’injurier ?


J’ai dit.



qee 27/10/2012 10:46

Voilà des "textes" sortis d'on ne sait quel chapeau qui tombent à pic!
Ils pourront servir l'intérêt et le raisonnement de certains...
L'anonymat de leur source leur en confère la valeur que chacun voudra leur apporter.

Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour 27/10/2012 22:58



Au contraire, comme toujours, l’Historien de
Villiers, qui est un historien de la Franc-maçonnerie reconnu et réputé, cite ses sources. Relis bien sa Tribune.



OVIZE Jean-Jacques 26/10/2012 22:21

Mon Frère Emmanuel,

Merci de ces précisions historiques.

Il serait très interressant de savoir de qui s'est passé entre 1940 à 2012, car on voit déjà des évolutions entre 1013 et 1940.

Pour ce qui est de mon expérience personnelle liée au statut et fonctionnement de ma Loge créée en 1986, donc sous les statuts de 1986, nous fonctionnions, en plein accord avecla GLNF, avec un
association de fait loi 1901, avec déclarartion à la Préfecture tous les ans. ce que j'ai géré en tant que VM.
le Président étant le VM, le Trésorier et le sécrétaire ceux de Loge.
Les 2 comptes bancaires:
-celui de l'association avec une signature à 2 têtes( celle du VM et celle du trésorier
-celui de l'Hospitalier avec une signature à 2 têtes( VM et Hospitalier)

La Grande Loge n'avait aucune signature sur les comptes bancaires.
Les signatures changeaient suivant les VM et Officiers en place chaque année.
Aucun prélèvement ne pouvait se faire par la GLNF sur notre compte et se serait toujours le cas de Me Legrand si les statuts n'avaient pas été changés depuis. Notre trésor étant alimenté, nous
avons eu 2 prélèvement sans que le VM et le Trésorier soient avertis!!!
Les VM, Trésoriers et Secrétaires avaient de vrais responsabilités de gestion et non pas des faire valoir comme actuellement.
Le système fonctionnait très bien.

Le changement de statuts a été mis en place par Mr Folner en le justifiant pour une meilleur gestion et efficacité au vu de l'augmentation des effectifs.
Ce changement a été approuvé par notre Loge et par votre serviteur confiant de la fraternité et confiance béates que nous avions en nos GM et Officiers s'occupant de la gestion de la GNLF.
Beaucoup de Frères dont je fais partie ont été violés par la félonie morale et métalliques de nos gm et officiers actuels.
Tant que la GLNF sera gérée comme une dictature ou le GM a tous les pouvoirs ( par la nomination de sa part des membres des sages ou commissions ou SGC)sans avoir obigation de rendre compte d'une
manière effective a ces membres comme toute association digne de ce nom(comme le grand livre), nous irons périodiquement à la catatrosphe morale de notre démarche.
Jean-jacques OVIZE

Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour 27/10/2012 22:51



Bonsoir Mon Bien Aimé Frère Jean-Jacques,


Outre que je suis assez d’accord avec le fond de ton intervention, je
voudrais faire juste une rectification, car il faut « rendre à Caesar ce qui est à Caesar », ce n’est pas moi qui ait apporté ces précision historiques, mais notre Bien Aimé Frère
l’Historien de Villiers..


Très fraternellement à toi.



Jean-François Variot 26/10/2012 19:47

Cher Emmanuel
Pour de la mise au point, c'est de la mise au point. Raminagrobis peut retourner à ses révisions avant de se lancer dans des devoirs sur table. Petite précision quant à la notion de Maçon Libre
dans une Loge Libre, cette idée n'est pas nouvelle d'après Pierre Noël, qui n'est pas suspect d'une grande sympathie à l'endroit de la GLNF.
Dans une étude fort intéressante qu'il a publiée le 6 juillet 2009 sur le site fm-fr.org, il évoque la naissance de l'expression au milieu du... XIX ème siècle. Ses auteurs étaient les Loges en
rébellion contre... Le Suprême Conseil du REAA / Je cite un passage de cette brillante étude :
"5.4. Les rituels de la Grande Loge de France de 1896.
L'histoire du Suprême Conseil de France, au cours du XIX° siècle, fut loin d'être paisible. Depuis qu'en 1821 il avait pris sous son obédience des loges bleues, il rencontrait l'opposition des
maçons de base qui n'acceptaient pas la tutelle hiérarchique très lourde d'un organisme formé de membres cooptés à vie et nécessairement réactionnaires, par leur position sociale comme par leur
âge. Cette opposition se manifesta à plusieurs reprises, par la création de l'éphémère Grande Loge Nationale en 1848, par celle du Comité Central du Rite Ecossais réformé en 1868, par celle enfin
de la Grande Loge Symbolique
Ecossaise (GLSE) en 1879. Dans tous les cas, le rejet des hauts grades et des structures oligarchiques fit l'unanimité. L'exigence démocratique se traduisit par l'apparition du slogan « le maçon
libre dans la loge libre », imaginé au sein de la GLSE et destiné à faire recette.
Cette évolution alla de pair avec la tentation positiviste qui déborda largement le seul Grand-Orient."
Voila, cher Emmanuel, une modeste contribution au débat, par Pierre Noël interposé, ce qui ne manquera pas de te faire sourire.
Fraternellement à toi.
JFV

Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour 27/10/2012 21:01






Bonsoir Mon Bien Aimé Frère
Jean-François,


Je ne crois pas que la recherche effectuée par
notre Bien Aimé Frère l’Historien de Villiers, réfute la pensée de notre Bien Aimé Frère Raminagrobis. Je ne vois d’ailleurs aucune incompatibilité entre ce que pensent ces deux Frères, en fait
je pense que c’est juste une question sémantique…


En définitive, qu’importe la manière de la
nommer, ce qui compte, ce sont les prérogatives de la souveraineté dont doivent disposer les Loges, et qui doivent lui être garanties par l’obédience…Tout le reste…


Merci de ta « contribution », pas si
modeste que cela, et très heureux de te retrouver parmi les commentateurs de ce blog…


Très fraternellement à
toi.



harpocrate 26/10/2012 19:29

Mon BAF Emmanuel,

Tout d'abord je te félicite de publier des commentaires qui, sur d'autres blogs seraient censurés.

Avant d'aller plus loin dans mon commentaire, je tiens à préciser que j'ai apporté et apporterai toujours mon soutien indéfectible à Jean Etienne Murat qui s'est donné pour devoir, et ce de façon
désintéressée de sauver la GLNF.C'est un homme de probité et d'honneur. Son silence actuel ne signifie pas qu'il a baissé les bras tel Moïse sur la montagne dominant Rephidim face à Amalek.
Simplement il ne veut en rien géner la ratification de J-P Servel, car ce serait le coup de poignard final pour la GLNF, bénéficiant uniquement à l'ex GM.

Certains commentaires tapent à bras raccourcis sur J-P Servel. Or si on retient le proverbe latin "Verba volant, scripta manent " c'est sur son site personnel et nulle part ailleurs qu'il faut
rechercher son programme . Et découvrir qu'il a été reçu apprenti maçon dans une Loge du RER de la GLNF avant comme beaucoup d'entre nous de voyager au milieu de différents rites ( pour ceux qui
voudraient lui donner des leçons de RER).
Au sein du Barreau de Toulon, il est considéré par ses confrères maçons ou non, comme un homme droit, compétent et rigoureux, respectant les règles. Cela m'été confirmé par plusieurs avocats que je
connais.
Ne croyez pas que je me pose en avocat d'un avocat, mais je plaide simplement pour la pérennité d'une GLNF retrouvée dans ses vrais et authentiques fondements maçonniques.Seul cela devrait compter
pour nous tous.

C'est la raison pour laquelle lors de mes visites de Loges, je conseille fraternellement à leurs VM et délégués de se rendre à la tenue de GL de décembre et de bien réfléchir à la portée de leur
vote.

"Mieux vaut allumer une seule et minuscule chandelle que de maudire l'obscurité" -Lao Tseu-

Bienveillance à tous mes Frères, sans oublier ceux qui dans l'obscurité se sont trompés de Chemin.

Harpocrate

Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour 27/10/2012 20:54



Bonsoir Mon Bien Aimé Frère
Harpocrate,


Ne sont censurés sur le
Myosotis du Dauphiné-Savoie que les commentaires injurieux, agressifs, calomnieux, manquant de respect et n’apportant rien au débat (il y en a, heureusement peu
nombreux).


Je te remercie
particulièrement de ta mise au point concernant Jean Murat. Je n’aurais pas pu faire mieux, et avec autant de talent, avec d’aussi belles références
bibliques.


Quand à Jean-Pierre Ser.,
je peux témoigner, et mes écrits passés sur ce blog en témoignent depuis que je fais référence à lui, jamais rien n’a été trouvé permettant de remettre en cause son honorabilité comme sa
respectabilité personnelle. Au contraire. Ce qui lui a été par contre opposé, ce sont les Frères qui lui ont été proches et qui le demeurent, tout comme son absence dans l’opposition de
terrain.


Par conséquent, je ne vois
rien qui permette, par principe, de contester sa bonne foi.


Dans tous les cas de
figure, si « Les paroles s'envolent, les écrits restent ». c’est à son action qu’il devra être jugé…Je suis convaincu que les Frères, quelles que puissent être leur sensibilité, y
seront attentifs…


Très fraternellement à
toi.



Raminagrobis 26/10/2012 19:16

Non seulement notre historien use de généralités et d'interprétations plus que libres des textes auquel il dit se référer, mais de plus, où sont les arguments contre le Landmark des Loges
souveraines.
Je lis que l'obédience des origines exerçait un contrôle sur les Loges qui disposaient de leur registres (membres, comptes-rendus et caisse)En quoi ce contrôle obédientiel est-il contraire au
principe des Loges souveraines ? Il signifie précisément l'inverse. L'obédience ne conserve la Loge souveraine sous "son obédience" que si, précisément, cette dernière dans sa souveraineté respect
scrupuleusement la Constitution "de l'obédience"
S'agissant de la constituion de la Loge, ici encore la confusion est totale. Constituer une Loge sous l'obédience n'enlève rien à la souveraineté de la Loge. Pas plus que le fait d'avoir à demander
une autorisation dérogatoire au "souverain grand comité", chaque fois que la Loge souveraine déroge aux règlement de l'obédience sous laquelle elle est constituée.
Enfin l'attaque de la devise du "maçon libre dans une loge libre" car cette devise (viscéralement anti-GO) ne concerne en rien les Loges souveraines.
Pourquoi vouloir ignorer ce qui crève les yeux, à savoir que pendant 80 ans la GLNF a été une association de Loges, jusqu'en décembre 1997, date à laquelle une nouvelle GLNF est apparue dans
laquelle les Loges ont subitement disparu pour ne plus désigner que les sections locale d'une unique association nationale de membres individuels. (Pour définir le VM comme le représentant local du
GM, etc.)
Notre historien devrait réfléchir sur le fait qu'au tout début, lorsque les 2 premières Loges se sont rencontrées, elles n'ont pas fusionné leurs membres dans une seule association, mais elles se
sont regroupées en tant que Loges (souveraines évidemment) pour constituer l'obédience.
La confusion qui est faite tient à deux choses.
Les dirigeants d'obédience ne peuvent pas concevoir que le pouvoir initiatique primordial est dans la Loge et uniquement dans la Loge. ils le veulent à ler disposition, dans l'obédience. C'est tout
simplement absurde.
Le principe de la Loge souveraine est un conscept maçonnique fondamental, mais beaucoup l'imaginent comme un concept juridique d'indépendance des Loges. Ce qu'il n'est absolument pas.
Raminagrobis

Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour 27/10/2012 20:39



Bonsoir Mon Bien Aimé Frère
Raminagrobis,


Je tiens à te rappeler que notre Frère
Historien de Villiers n’est pas à proprement parler ce que tu appelle « un dirigeant d’obédience », mais bien un historien reconnu de la Franc-maçonnerie.


A vous lire, je ne vois d’ailleurs aucune
incompatibilité avec vos pensées respectives, bien au contraire…Tout est dans la formulation.


Vous devriez vous parler directement,
non ?


Bien fraternellement à
toi.



marco73h 26/10/2012 18:46

mes bien chers frères,

la réponse à de nombreuses questions est contenue dans la lettre que JPS a envoyée le 29/09/2012. Les titres des grands chapitres sont :
la paix entre les frères et la restauration de la confiance
le rétablissement des liens de reconnaissance avec les GLE
une réforme mesurée et adaptée à la restauration de notre mission initiatique.
donc pas de révolutions à attendre.
J'avais posé une question par l'intermédiaire de ce blog au Grand Orateur qui m'a répondu dans le droit fil du commentaire de ce jour. "Les Loges à la GLNF n'ont jamais été des loges libres" !
Pourquoi espérer qu'elles le deviennent demain dans "une réforme mesurée"!
fraternellement.
Marc-Henri Girollet 68 989

Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour 27/10/2012 20:33



Bonsoir Mon Bien Aimé Frère
Marc-Henri,


Je pense qu’il ne faut pas, sur ce sujet,
« faire monter la mayonnaise »…


En effet, à quoi se résume la
« Souveraineté de la loge » ?


A sa capacité à transmettre, c’est-à-dire
Initier qui elle le souhaite (dans le cadre de la régularité, évidement), passe, élever, de mener les travaux qu’elle désire (toujours dans le cadre de la régularité), de disposer de son
autonomie financière, et de sa totale liberté de vote. Ces principes, étaient ceux que nous avons connus sous le Règlement Général de 1986. Il me semble, mais peut-être que j’ai mal compris, que
même si Jean-Pierre Ser. se garde bien de  faire référence à GLNF86, que son projet va dans ce sens…


Très
fraternellement.



MATHIUS 26/10/2012 17:45

Les nons dits maçonniques servent toujours aux plaisirs des pervers et aux faux culs aveuglés par leurs décors.
pourquoi aujourd'hui la GLNF est gravement altérée par ses représentants et qui sont ils?
Le seul fait de poser la question et nous avons déjà la réponse qui s'impose par le bon sens.
Notre frère Servel, avant d'être ratifié, doit répondre clairement et publiquement a cette question, sinon les non dits continuerons leurs œuvres nocifs.
MATHIUS.

Claude PETITGONNET 26/10/2012 15:49

Cher Emmanuel,
il était effectivement indispensable de rappeler ces faits historiques qui rejoignent la tradition de la régularité.
La Loge libre n'existe que dans le sens où elle adhère librement, par ses pères fondateurs et pétitionnaires, aux statuts, règles et lois d'une Grande Loge à laquelle elle souhaite adjoindre ses
forces et sous les auspices de laquelle elle tiendra ses travaux.
En contrepartie, cette Loge reçoit patente en bonne et due forme, intègre la chaîne d'union indispensable pour élargir la fraternité et la solidarité, et accepte de se soumettre au contrôle du
Grand Maître pour la régularité de ses travaux. Elle peut aussi, de ce fait, bénéficier des secours, subsistances et moyens élargis qui découlent d'un cercle élargi de fraternité fédéré par ladite
Obédience.

Le concept de Maçon Libre dans une Loge libre est une nouvelle fois un concept détourné par une maçonnerie séculière irrégulière...
Les Landmarks sont à cet égard suffisamment précis pour que celui qui y adhère le fasse en parfaite connaissance de cause.
Celui auquel ils déplaisent ont de multiples formes d'associations caritatives, symboliques ou autres pour y développer des talents qui trouveront sans aucun doute à s'épanouir sous une forme moins
contraignante que celle que nous avons LIBREMENT choisie.
CPG

Présentation

  • : Le Myosotis du Dauphiné Savoie - Le Blog de Fidèle d'Amour -
  • : Tribune créée dans un premier temps pour restaurer les valeurs éthiques et morales de la Franc-maçonnerie de Tradition dans la GLNF. Désormais, ayant contribué au succès de cet objectif, elle se consacre à la défense de ceux-ci, à la défense de la GLNF contre des attaques extérieures, et à promouvoir une vision de la Franc-maçonnerie régulière. Par ailleurs, seront présentés des articles reflétant mon étude, mes lectures, mes engagements, et mes sympathies.
  • Contact

Référence et remerciements:

 

Par arrêt en date du 20 mai 2015, la cour d’appel de Paris a confirmé le jugement rendu le 6 mai 2014 par la chambre de la presse du tribunal de grande instance qui m'a déclaré coupable de diffamation publique envers François Stifani et Sébastien Dulac, à raison de la diffusion d’un message diffusé le 22 septembre 2010 sur le blog le myosotis-dauphine.savoie.over-blog.com. Je considère cet évènement comme l'attribution d'une Légion d'Honneur.

Merci aux soeurs et frères très nombreux qui m'ont soutenu dans ce combat de cinq années dont je m'honore, et dont je ne regrette rien.

Recherche