Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 19:38

Que cet été est triste. Je suis franc-maçon de la GLNF depuis 26 ans et plus, et jamais je n’aurais cru assister d’une part à tant d’ignominies (dans les deux camps), et d’autre part à la douleur de voire partir – comme souvent – les meilleurs d’entre nous.

Recevant cette lettre de démission, sans connaître de près ou de loin son auteur, il me semble opportun de la publier. Simplement parce que, dans sa courte analyse, sans s’étendre, tout y est ! Ce frère, détermine les causes profondes du mal qui nous ronge, et je m’associe à ce diagnostic.

Pas de langue de bois entre nous : la majorité des membres de la GLNF n’ont rien à y faire, simplement parce qu’ils n’ont rien compris à ce qu’est la Franc-maçonnerie…

On sent bien qu’il s’agit d’un frère sage et de grande qualité. Que j’aurais aimé connaître.

Dont on me dit qu’il a eut « un parcours exemplaire, sur le plan humain et maçonnique, malgré les malheurs qui l'on frappé ». Dont on m’a aussi dit qu’il a occupé des fonctions importantes dans la GLNF, tout comme à l’Arche Royale, mais aussi des taches ingrates, toujours au service des autres.

Aujourd’hui, il est complètement écœuré (comment ne le serait-t-on pas ?) mais son diagnostique transcende salutairement les principaux responsables de la crise actuelle.

Je partage son avis, et je n’ai pas un mot à retrancher de sa lettre.

La seule chose qui me ferait plaisir, c’est que ses frères proches, comme les moins proches (si je pouvais être l’un d’eux !) réussissent à le convaincre de ne pas nous quitter, afin qu’il nous prodigue ses conseils et les fruits de son Initiation…

Alors, voici cette lettre, afin que chacun médite. Que chacun médite qui nous avons dans notre sein, et qui nous quitte, et pourquoi…

           

Marc Ballaré  

Matricule 24312        

Villefontaine, le 20 juillet 2011

 

 

Mes Très Chers et Bien Aimés Frères

 

Il y a 25 ans, le 26 juin 1986, j’ai reçu la Lumière dans la Respectable Loge Les 9 Chevaliers n°290 à l’Orient de Vienne.

 

Je me souviens encore de mon émotion, et de la forte impression que m’avaient causées la cérémonie, et les chaleureuses paroles qui m’avaient accueilli.

 

Je me souviens aussi que les comportements que nous impose le rituel me portaient plus à sourire qu’à être sérieux.

 

Et puis, petit à petit, par le travail guidé par les anciens, j’ai pris conscience du magnifique cadeau que m’avait fait mon Parrain, ce dont je le remercie encore aujourd’hui. Parallèlement, en écoutant des Frères instruits dans l’Art Royal, j’ai travaillé pour devenir digne des tabliers que j’ai reçus.

 

Par ce travail, j’ai eu l’honneur d’être appelé à occuper des fonctions au sein de deux provinces, et je m’honore de ne jamais avoir sollicité de promotion, fier d’avoir été choisi pour travailler au service de mes Frères.

 

Aujourd’hui,  j’ai décidé de quitter la Franc-maçonnerie, dans laquelle je suis obligé de constater que les valeurs dont nous nous réclamons ne sont qu’un leurre, que je me suis jusqu’à présent refusé à voir, animé que j’étais par la foi en la perfectibilité de l’Homme.

 

Elles ne sont qu’un leurre parce que trop de Frères s’auto-excusent de leurs faiblesses, plutôt que de les combattre ! Combien de fois ai-je entendu cette justification : « Nous ne sommes que des hommes ! ». Et à chaque fois, j’ai râlé ! Non nous ne sommes pas « que des hommes ». Nous sommes des francs-maçons, c'est-à-dire des initiés, et nous avons le devoir d’être des hommes exemplaires. Certes, nous ne le sommes pas, mais nous devons y tendre de toute notre volonté.

 

Comme nous parlons bien de fraternité, de spiritualité et d’amour ! Mais comme il y a loin de la parole aux actes ! Au lieu de la fraternité, de l’amour, de la spiritualité, je n’ai trouvé, à de rares exceptions près, que l’arrivisme, l’ambition, l’orgueil, l’indifférence.

 

Et ne croyez pas que je vous parle de nos hautes instances ! Regardez dans vos loges les officiers qui acceptent des postes et brillent par leur incompétence, voire leur absentéisme ! Regardez les conflits qui s’y nouent pour obtenir un maillet ! Regardez ces Frères qui oublient leurs serments d’amour et de fraternité ! Regardez ces hospitaliers ou élémosynaires qui ne décrochent pas leur téléphone pour s’inquiéter des Frères absents, mais qui font de beaux discours sur la fraternité ! Regardez ces « Grands » officiers dont la principale préoccupation est de se faire recevoir avec les honneurs, mais qui brillent par leur incompétence...La liste pourrait être longue, mais à quoi bon continuer ?

 

Où sont nos beaux serments d’amour et de fraternité quand, après une absence de plusieurs mois, seuls quelques Frères se souviennent de mon existence, alors que lorsque je rencontre un grand nombre d’entre eux j’ai droit à de grands témoignages d’affection ?

 

Où est le respect de la Tradition quand je vois mettre en place des pratiques déviantes dans les ateliers ? Quand je vois, sur les blogs, un jeune Maître qui veut nous expliquer ce qu’est la Franc-maçonnerie et comment nous devons nous comporter : N’a-t-il pas compris qu’avant de vouloir transmettre il lui fallait apprendre ?

 

Enfin, je pense que si la Grande Loge Nationale Française vit un conflit qui va peut-être la conduire à sa mort, deux ans avant son centenaire, c’est parce que nous avons manqué de clairvoyance en refusant de voir que se mettait en place un système tourné vers le profane, et dont l’orgueil allait être un des moteurs.

 

Nous avons laissé installer un certain François Stifani à la plus haute charge de l’obédience parce que nous avons préféré ronronner sur nos acquis, plutôt que de nous interroger sur la démarche de Frères qui avaient compris ce qui se tramait et qui voulaient défendre nos valeurs.

 

Après 25 ans de pratique, je me retire donc, profondément peiné, parce que ma démarche était une démarche de foi, et que cette foi, je l’ai perdue.

 

J’ai adressé hier mes lettres de démission aux ateliers dont j’étais membre, et j’ai voulu vous adresser ce message pour que ceux qui continueront dans la voie maçonnique essaient de ramener le travail en loge aux valeurs traditionnelles qui sont les siennes.

 

J’ai voulu aussi que les Frères avec lesquels j’ai partagé de vrais moments de fraternité soient informés de mon départ et de ses raisons.

 

Recevez, mes Très Chers et Bien Aimés Frères mes salutations fraternelles. (et non pas des

« tribises » ou des « bises frat », ce que je considère à tout le moins comme un manque de respect ! Est-ce si difficile de prendre le temps d’envoyer des salutations en toutes lettres ?)

 

Marc Ballaré

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour
commenter cet article

commentaires

lucien 35911 29/07/2011 10:53


a mon frère Bernard.
Qui ne pourrait comprendre les termes de ton message.La lassitude,le découragement et parfois plus, gagne chacun d'entre nous.Puis très vite on se remémore tout ce que nos anciens nous ont
enseigné,le chemin que nous avons ensemble gravi dans les bons comme dans les moments plus difficiles et nous y sommes.Aussi en leurs mémoires il nous faut continuer ce juste combat,rester debout
et avancer sereinement car notre cause est noble.Ne me crois surtout pas donneur de leçon,mon propos que je sais que tu partage pour t'amener, je l'espère à reconsidérer ta position.L'Ordre à
besoin de toi.
Fraternellemnt


jean-noel Deloisy18207 V.M. gnomon 815 29/07/2011 08:57


Mon cher Marc;
Tout est vrai dans ton recit;il n'y a rien à rajouter!
Si ce n'ai que de se battre contre toutes dérives
que ce soit en loge ou au national
la Démission n'est pas toujours un acte de courage méme si cela est difficile à prendre comme décision
Mais avant tout nous devons nous battre pour garder cette vielle dame à qui nous avons eu le bonheur de cotoyer avec Jean Mons et André Roux
j'ai dit


Tientien 29/07/2011 08:29


Mon frère Marc
Comme je te comprends!
Moi je n'ai pas eu ta patience et la force de résister longtemps face à une cohorte de frères qui m'ont considéré comme un mouton noir porteur de malheur et de contradictions dans ma province des
iles du pacifique. J'ai longtemps espéré des réformes qui ne sont jamais venues. Pire les effets néfastes n'ont fait que s'accentuer jusqu'à en perdre cette valeur essentielle "la fraternité". Et
pourtant, j'avais vu juste et le fait de dire ce qui me semblait anormal ne m'a valu que des critiques et récriminations. Tu connais la chanson de béart: "celui qui dit la vérité doit être
exécuté".Ils ne l'ont pas fait directement mais plus sournoisement et je me suis rapidement rendu compte que n'avais plus rien à faire dans cette confrèrie en coalition d'opposition. Je suis parti
après 14 ans de maçonnerie et services assidus à la Glnf.
Je suis toujours amoureux des idéaux de la Franc-Maçonnerie mais j'ai beaucoup de mal à admettre que tant de frères aient manqué de clairvoyance ou du moins de sens critique vis à vis de
l'obédience. Il n'est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.
Moi je ne me suis pas trompé. J'ai été trompé par ces faux frères avides de pouvoir et d'honneurs.
Aujourd'hui, j'ai retrouvé une certaine sérénité mais je souffre encore de constater autant de gachis par des gens qui avaient toute ma confiance.
Ainsi va le monde.
Tu as toute mon affection car je te comprends parfaitement sur tous les points que tu as évoqués dans ta lettre d'explication.


Roger MURON 29/07/2011 00:29


Mon Cher Marc,

J'ai reçu moi-même la Lumière dans cette Respectable Loge des " 9 Chevaliers" en Avril 1991, quelle Loge et que la Franc-Maçonnerie était belle à cette époque! J'y ai cru, j'ai créé à VIENNE le "
Chevalier Blanc " consacrée en juin 2006 et en décembre 2008, j'ai démissionné, dégouté par des mauvais compagnons ambitieux qui voulaient se faire valoir auprès de ....pour obtenir, il faut le
dire, un beau tablier bleu.
Comme toi, je suis profondément peiné par le déclin de la GLNF.
J'espère que nous aurons l'occasion de nous revoir un jour si tu viens sur VIENNE.
Fraternellement
Roger MURON


baulieux 28/07/2011 23:15


je connais marc il m'a aidé à devenir maçon les rituels et les protocoles il les connaît par coeur je ne suis pas loin de le suivre bravo à nos nos freres frileux peureux attentistes "tout va bien
chez nous pourquoi s'affoler?" et voilà on yest!!! stif a gagné!!! les meilleurs partent


MdC 28/07/2011 22:29


Touché! En plein cœur ! Je crois que tout est dit.
Une des seules raisons qui fait que je ne démissionne pas c'est qu'avec mes (seulement ) 10 ans de Maçonnerie, j'ai encore foi en l'Homme. Jusqu'à quand..?

Je t'embrasse mon Frère.


Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour 28/07/2011 22:58



Tu as raison. Il faut continuer nonobstant toutes les
épreuves…



franck Bailly 28/07/2011 22:04


Mon très Cher et Bien aimé Frère,

J'ai reçu la Lumière en Avril 1989. J'ai connu les mêmes joies, fait les mêmes constats, je n'ai pas eu ta patience, j'ai démissionné en Janvier 2002 POUR LES MEME RAISONS QUE TOI. Je te comprends
et je t'aime,

Fraternellement

Franck


Présentation

  • : Le Myosotis du Dauphiné Savoie - Le Blog de Fidèle d'Amour -
  • : Tribune créée dans un premier temps pour restaurer les valeurs éthiques et morales de la Franc-maçonnerie de Tradition dans la GLNF. Désormais, ayant contribué au succès de cet objectif, elle se consacre à la défense de ceux-ci, à la défense de la GLNF contre des attaques extérieures, et à promouvoir une vision de la Franc-maçonnerie régulière. Par ailleurs, seront présentés des articles reflétant mon étude, mes lectures, mes engagements, et mes sympathies.
  • Contact

Référence et remerciements:

 

Par arrêt en date du 20 mai 2015, la cour d’appel de Paris a confirmé le jugement rendu le 6 mai 2014 par la chambre de la presse du tribunal de grande instance qui m'a déclaré coupable de diffamation publique envers François Stifani et Sébastien Dulac, à raison de la diffusion d’un message diffusé le 22 septembre 2010 sur le blog le myosotis-dauphine.savoie.over-blog.com. Je considère cet évènement comme l'attribution d'une Légion d'Honneur.

Merci aux soeurs et frères très nombreux qui m'ont soutenu dans ce combat de cinq années dont je m'honore, et dont je ne regrette rien.

Recherche