Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 19:01

Le Myosotis du Dauphiné-Savoie  

A le plaisir de vous annoncer la prochaine venue à son initiative du  

Très Respectable Frère Jean Murat  

dans notre Province,  

le lundi 30 mai 2011à 19h30 précises.

  

A cette occasion, il nous présentera ses propositions pour la refondation de la GLNF  

Et entamera un dialogue avec les Frères de notre Province, afin d’écouter leurs propres suggestions, leurs sensibilités et ressenti.  

Tous les Frères désireux de participer à cette soirée sont priés de le faire savoir en écrivant à l’adresse suivante pour réserver leurs places, en donnant leurs noms e celui de leurs loges : fideledamour@gmail.com

 

Il leur sera répondu la veille de la rencontre, avec les coordonnées précises du lieu de la rencontre, à charge pour eux de bloquer d’ors et déjà la date et l’heure. 

 

Nous vous prions de transmettre cette invitation à tous les Frères de la Province qui peuvent être intéressés à rencontrer Notre Frère Jean.

 

Qui est Jean Murat ?

 

Homme d’éthique, d’équilibre, de fraternité et d’érudition, il a été le premier (après le TRF Gérard Ramond) à s’opposer à la gouvernance actuelle, à l’époque de Jean-Charles Foellener déjà, et à contrer François Stifani en se portant candidat contre lui. Il obtint alors 26% des voix dans un Souverain Grand Comité pourtant verrouillé, ce qui constitua une grande surprise pour tous. On peut donc le considérer comme le premier des résistants à Stifani.

Il semble le mieux à même à mettre fin à ce que nous appelons la Maçonnerie-Spectacle, cette maçonnerie bling-bling qui nous à menée dans l’épouvantable situation dans laquelle nous nous débattons.

Il dispose actuellement de la confiance de nombreuses loges mais aussi de celles de beaucoup de membres du Souverain Grand Comité. Nombreux sont les Frères de toutes les Provinces de la GLNF qui ont foi et espoirs en lui.

 

Homme de consensus, il n’appartient à aucune coterie, et est plutôt issu de ce que nous appelons la troisième voie, c’est-à-dire celle de la majorité silencieuse, celle qui ne se met pas en avant constamment.

 

Il est le seul qui depuis le début de la crise, avance à découvert, en se plaçant résolument dans l’opposition à François Stifani, mais surtout contre le système dont celui-ci est l’émanation, à déclaré qu’il serait candidat à la Grande Maîtrise pour un seul et unique mandat, visant à mettre en place la Refondation nécessaire.

 

Jean Murat est médecin chirurgien aux armées, avec le grade de Général (C.R.)  ainsi que professeur d’université, après d’ailleurs avoir été assistant professeur de deux universités américaines.

 

Nous attirons votre attention sur un point fondamental : Alors que les trois derniers GG.MM. qui se sont succédés, sont des hommes résolument tournés vers l’aspect « matériel » des choses, des hommes d’affaires avec un entourage à leur image, Jean Murat a engagé sa vie dans une vocation claire : soigner et sauver des vies. Et il l’a fait dans le contexte le plus délicat qui soit, dans les armées françaises. Ce qui lui a d’ailleurs valu la Légion d’Honneur à titre militaire, dont il vient d’être fait Commandeur….

 

C’est donc un homme qui ne court ni après la fortune, ni après des chèques, ni même après les honneurs, puisque, ayant réussi sa vie professionnelle et personnelle, avec la reconnaissance la plus haute de la République, il n’a rien à prouver.

C’est un point qui est très important, car, à cet égard, non seulement son profil est en rupture avec ce que nous connaissons, mais, de plus, il constitue un atout formidable pour tous ceux qui veulent un homme intègre (tout le monde reconnaît cette qualité aussi à Jean) pour reconstruire la GLNF de demain sur des bases saines, qui seraient, dans ce cas, à son image.

 

Sur le plan maçonnique :

Pour faire simple et court, voici quelques unes de ses étapes :

 

- Dans les années 1990, il est à plusieurs reprises Vénérable Maître de la R.’.L.’. Villard de Honnecourt, la Loge de recherche de la GLNF, époque où celle-ci rayonnait particulièrement.

 

-  De 1995 à 2001, il est le Grand Maître Provincial de la fameuse Province du Val-de-Loire.

 

  -  De 2001 à 2007, il est, comme nous l’avons vu plus haut, Assistant Grand Maître.

 

  -  Depuis 2001, il est 33ème degré du rite Ecossais Ancien et Accepté.

 

Toutes ces distinctions ne seraient rien, si elles n’étaient animées d’une profonde érudition, et d’une connaissance de nos Rituels et surtout de leurs enseignements.

Maçon expérimenté, il connaît bien tous les rouages de la GLNF, aussi très bien les responsables de la plupart des obédiences anglo-saxonnes et européennes amies, tout comme les chefs de toutes les juridictions Initiatiques.

 

Par ailleurs, vous le verrez, ce qui frappe chez Jean Murat, c’est sa profonde gentillesse, sa disponibilité, sa bonté, sa simplicité, qui sont à la hauteur de sa rigueur intellectuelle et de son humilité.  

 

Pour ce qui nous concerne, nous pensons que le moment est venu de proposer aux Frères, un espoir et un recours, de leur suggérer un homme qui est apte à rassembler les plus de Frères autour de lui, tant venant de la «résistance », que parmi les Frères qui ont donnés leur voix à Stifani les 25 mars et 16 octobre dernier. Qu’ils voient quel esprit sera celui de la refondation, c'est-à-dire celui, au-delà d’un homme, d’une équipe, comprenant nécessairement toutes les sensibilités des résistants, et profondément axé sur la re-spiritualisation de la GLNF, sur ses Traditions, et bien évidement sur la Règle en douze points, qui seront garant de la possibilité de redonner la voix aux loges. Pour parler clair, le moment est venu de concevoir une nouvelle direction, puisque nous ne reconnaissons plus François Stifani et son clan. 

 

Une obédience de l’importance de la nôtre, ne peut rester sans un Grand Maître digne de ce nom, trop longtemps…  

 

Bien que son parcours plaide pour une totale confiance en lui, il ne s’agit pas là d’un chèque en blanc, puisque lui-même souhaite ardemment mettre en place les organes qui permettront dorénavant de contrôler nos dirigeants. Ce qui est déjà une garantie.   

 

Et, après le départ du système de Stifani, les élections (non truquées) permettront de changer toute personne qui n’incarnera pas la Règle en douze points ou la volonté de la majorité des Frères de la GLNF…  

 

Et, si par la suite d’autres candidats se déclarent, ce sera tant mieux,  le signe d’une richesse pour nous, et de ce fait, ils pourront s’exprimer dans nos colonnes. Le pluralisme est une richesse que nous apprécions.

 

Dans tous les cas de figures, nous avons besoin – et nous voulons – l’UNION !

 

 

 

 

Dans la perspective de cette soirée, nous vous suggérons de prendre connaissance du manifeste de Jean Murat, publié en octobre 2010, et qui est un condensé de ses propositions dont vous pouvez prendre connaissance sur son blog : http://letablierblanc.over-blog.com/

 

 

Mes Très Chers Frères,

 

En ces temps d’incertitudes maçonniques évidentes et de besoin de sagesse, il me paraît indispensable de préparer et mettre en place une refondation de la GLNF et de son mode de gouvernance avec au moins deux grands axes :

 

A/ Un Maçon libre et de bonnes moeurs

 

Avec un Premier Grand Chantier : Repenser, remettre à plat et en ordre les statuts, constitution et règlement général.

 

Le souci d'une obédience régulière, donc universellement reconnue, réside dans l'unité d'adhésion à la Règle mais aussi aux critères d'éthique et d'acceptation des règles civiles où le Maçon, libre spirituellement de ses adhésions, n'en demeure pas moins important par sa participation sociétale qui fait de lui - isolément - un témoin de l'idéal de notre fraternité initiatique dans le monde. 

 

De l’exemplarité

 

Il apparaît à tous, en premier lieu, la nécessité qu'aucun doute ou soupçon ne pèse sur ses dirigeants : Conseil d'administration et Président dont l'absence d'exemplarité doit pouvoir amener à une « Procédure d'Empêchement » à l'exemple de la GLS Alpina ou de la GLUA. Les doutes et suspicions pouvant provenir de la confusion des genres, aucun ne doit pouvoir se prévaloir de la F.M. pour se déclarer guide spirituel et asseoir son pseudo pouvoir personnel, même s'il abandonne démagogiquement cette idée par la suite, ainsi que les poursuites contre les hérétiques contestataires.

 

La F.M. ne doit pas être un pouvoir, sauf de conviction, qui la rendrait acceptable extérieurement et politiquement. Seule l'exemplarité de chaque Frère compte.

  

 

De la discrétion

 

La nécessité du respect de l'identité spécifique de chacun dans la Règle : nombre d'entre nous ne veulent pas, à juste titre et pour de multiples raisons personnelles, que la discrétion de l'organisme auquel ils appartiennent sincèrement ne les dénonce par le biais des médias, encore moins si ces médias s'expriment à la sollicitation de FF avides d'un pouvoir mal compris.

 

De la tradition et de la modernité

 

Les structures comparées de nos Grandes Loges fondatrices montrent qu'un remaniement statutaire, seulement réglementaire, doit moderniser notre fonctionnement profane afin de lever toute ambiguïté, en revenant à l'échange originel entre les Loges, unités de base du système, et l'exécutif central - et ce depuis 1760 - en raison de l'effet de nombre et la croissance qui se doit d'être maîtrisée afin de maintenir la qualité de la transmission des six Ordres qui constituent ce défi propre à la GLNF.

 

 

De la Loge

 

La chaîne de représentation doit restituer une indépendance financière aux Loges responsables, particulièrement dans les secteurs caritatifs et relationnels, mais aussi un pouvoir "judiciaire" pour accepter ou refuser un membre.

 

 

De l’écoute des Frères

 

Il conviendrait de rétablir par un bicamérisme le rôle de proposition aux structures supérieures.

 

Avec d’un côté, l'élection par les Loges de délégués locaux, traduisant une représentation directe des Loges.

 

De l’autre, la création d’un "Sénat", en charge des propositions à un Conseil d'administration où siégeraient les GMP, qui retrouveraient ainsi un véritable rôle représentatif/exécutif.

 

Dans tous les cas de figure, il est impératif d’éviter une balkanisation, traduisant une crainte de prise de pouvoir des "dirigeants", autant que la démagogie des "honneurs" qui ne sont que des fonctions. 

 

 

B/ Une GLNF propre

 

Le Second Grand Chantier : restituer à la GLNF « la transparence financière » avec une image comptable fidèle.

 

Auditer, analyser, certifier les comptes de toutes les entités de la GLNF et notamment des SCI, Fondations et sociétés périphériques gravitant dans le giron de la GLNF.

 

Il s’agit de mettre définitivement fin à la confusion des genres, encore une fois, notamment en matière immobilière, financière et fiscale. Le mélange, l’imbrication et l’habillage des "intérêts " de la GLNF et de ceux des sociétés satellites - dont les mêmes assurent sans contrôle extérieur, les orientations intéressées (le Pouvoir !!!) - doivent cesser.

 

Il est donc nécessaire de présenter des comptes consolidés clairs et fiables, incluant dans le périmètre de consolidation toute société dans laquelle la GLNF détient des participations, directes ou indirectes. L’actionnariat des sociétés périphériques devra également être publié en annexe du rapport financier annuel pour chaque exercice comptable.

 

L’information sur les comptes de l’exercice devra être clarifiée, jusqu’au plus grand degré de transparence possible, notamment en ce qui concerne les dépenses de siège, de frais de mission, de voyage et représentation.

 

Les investissements sans lien direct avec l’objet social de la GLNF et ses missions (appartement avenue Wagram) devront être liquidés dans les plus brefs délais.

 

Les organisations de bienfaisance ou caritatives devront être recentrées sur leur objet social initial, à savoir le secours et l’assistance des FF dans le besoin ou en grande difficulté financière. Le rôle des Loges dans ce domaine d’action devra être accru.

 

Il conviendra donc de porter un regard sans complaisance sur la régularité des comptes et l’image fidèle qu’ils donnent de la GLNF, passant par la mise en place d’un Comité d’audit indépendant destiné à faire toute la lumière sur la nébuleuse comptable et financière aujourd’hui en place et ce, en urgence.

 

Les propositions ci-dessus formulées entendent poser des principes « cadres » et définir des propositions « d’intérêt général ».

Il ne peut donc s’agir en aucun cas d’un quelconque programme électoral.

 

En conséquence, votons massivement non à l’Assemblée Générale éclatée du 16 octobre 2010,

 

A la gloire du Grand Architecte De l’Univers,

 

Le 13 octobre 2010, Jean Murat

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Myosotis du Dauphiné Savoie - Le Blog de Fidèle d'Amour -
  • : Tribune créée dans un premier temps pour restaurer les valeurs éthiques et morales de la Franc-maçonnerie de Tradition dans la GLNF. Désormais, ayant contribué au succès de cet objectif, elle se consacre à la défense de ceux-ci, à la défense de la GLNF contre des attaques extérieures, et à promouvoir une vision de la Franc-maçonnerie régulière. Par ailleurs, seront présentés des articles reflétant mon étude, mes lectures, mes engagements, et mes sympathies.
  • Contact

Référence et remerciements:

 

Par arrêt en date du 20 mai 2015, la cour d’appel de Paris a confirmé le jugement rendu le 6 mai 2014 par la chambre de la presse du tribunal de grande instance qui m'a déclaré coupable de diffamation publique envers François Stifani et Sébastien Dulac, à raison de la diffusion d’un message diffusé le 22 septembre 2010 sur le blog le myosotis-dauphine.savoie.over-blog.com. Je considère cet évènement comme l'attribution d'une Légion d'Honneur.

Merci aux soeurs et frères très nombreux qui m'ont soutenu dans ce combat de cinq années dont je m'honore, et dont je ne regrette rien.

Recherche